Projet & Agriculture : Sept millions $ pour les petits exploitants de noix de cajou et de manioc

Les petits exploitants de noix de cajou et de manioc du Cambodge recevront bientôt un coup de pouce bienvenu pour moderniser leurs techniques agricoles et conquérir de plus larges marchés grâce à un nouveau projet de six millions d’euros (6,975 millions de dollars) mené par la GIZ.

Les attentes sont élevées pour les exportations de noix de cajou dans le Royaume
Les attentes sont élevées pour les exportations de noix de cajou dans le Royaume

La Deutsche Gesellschaft für Internationale Zusammenarbeit GmbH (GIZ) est une agence de développement allemande.

Le projet « Renforcement de la résilience climatique des systèmes agricoles au Cambodge et au Vietnam » (CRAS) se concentrera sur la formation des agriculteurs à des pratiques agricoles durables afin d’augmenter leurs rendements et leurs bénéfices, alors que les facteurs liés au climat continuent de jeter l’incertitude sur le secteur.

Le Dr Gunter Reithmacher, directeur national de la GIZ, a déclaré lors de la cérémonie d’ouverture que le changement climatique — notamment les sécheresses, les inondations et les fortes variations de température — avait fortement impacté le secteur agricole au Cambodge :

« Les cultures récentes sont décimées par les sécheresses, les inondations causées par les fortes pluies ont détruit les récoltes, et les agriculteurs se sont retrouvés avec une forte réduction de leurs revenus et presque aucune possibilité de faire face à cette situation »

Il a ajouté que le projet, qui se déroulera jusqu’en 2024, vise à améliorer les moyens de subsistance de certains de ces agriculteurs.

« L’objectif principal est toujours d’améliorer les moyens de subsistance des groupes bénéficiaires et de permettre à la population rurale d’accéder à des marchés plus larges pour améliorer le revenu de leur ménage. »

Hannah Bartels, l’assistante de gestion du CRAS, a expliqué que le projet permettra d’améliorer les méthodes de production pour qu’elles soient plus résistantes au climat, d’augmenter les ventes de cultures produites avec ces nouvelles techniques, et d’informer les politiques nationales grâce aux recommandations et aux données recueillies dans le cadre du projet.

« Les agriculteurs recevront une formation et un accompagnement sur le terrain pour les techniques de plantation résilientes au climat », a-t-elle ajouté.

Lukas Waldmann, consultant junior pour le CRAS, a souligné que les techniques actuelles pourraient être améliorées en prenant des mesures telles qu’une surveillance adéquate des parasites afin de réduire l’utilisation de produits chimiques dans les exploitations, un changement qui permettrait à la fois de préserver la santé des agriculteurs et de minimiser les impacts environnementaux.

De nouvelles techniques agricoles pourraient également se profiler à l’horizon

« Dans les projets précédents, par exemple, il est apparu clairement que la fertilisation minérale pourrait être au moins partiellement remplacée par des dispositifs organiques tels que des engrais liquides naturels utilisant des produits fabriqués par les agriculteurs sur leurs sites. Cela permettrait également de réduire l’impact sur l’environnement et d’économiser des coûts pour les agriculteurs », a-t-il déclaré.

Diversifier leurs produits, en augmenter la qualité et la quantité

Selon M. Bartels, le projet aidera les agriculteurs à diversifier leurs produits, à augmenter la qualité et la quantité de leurs rendements, et à les rendre plus résistants au changement climatique.

« De plus, grâce aux efforts de coopération avec le secteur privé et à la mise en relation d’entreprises, les agriculteurs pourront avoir un meilleur accès au marché », a-t-elle ajouté.

Le projet est mené en collaboration avec l’Université royale d’agriculture (RUA), le Fonds pour l’innovation agricole (AIF), l’institut de recherche CIAR et la Direction générale de l’agriculture.

La recherche pour le projet a commencé en mars et, après qu’un appel à propositions lancé par l’AIF ait attiré 81 participants, quatre entreprises représentant 1 325 agriculteurs ont été sélectionnées pour mettre en œuvre leurs propositions.

  • Ample-Agro Products Co, ltd a proposé d’augmenter la transformation locale des noix de cajou à Kampong Thom et Siem Reap et de créer un contenu promotionnel basé sur des témoignages pour attirer des marchés plus prospères à l’étranger.

  • Handcrafted Cashew Nuts Stung Treng prévoit d’installer des usines de traitement des noix de cajou fonctionnant à l’énergie solaire et d’introduire un modèle de préfinancement pour aider les agriculteurs à acheter les équipements nécessaires.

  • SHE Agrorcam Products, co, ltd, se concentrera sur la formation de nouveaux transformateurs de noix de cajou à Kampong Thom et sur la commercialisation des noix de cajou transformées localement sur les marchés nationaux et internationaux.

  • La proposition de Trouchou Upland Crop Development se concentre sur 500 producteurs de manioc à Banteay Meanchey et Odddar Meanchey. L’entreprise prévoit de former les agriculteurs aux systèmes de culture appropriés, à la gestion des sols et à la culture de matériel végétal propre.

Chacun de ces projets axés sur la noix de cajou propose d’accroître les bénéfices des 825 agriculteurs concernés.

Une installation de traitement des noix de cajou à Kampong Thom
Une installation de traitement des noix de cajou à Kampong Thom

Les entreprises doivent encore obtenir l’approbation finale avant de pouvoir démarrer en novembre.

Le Dr Ro Sophoanrith, vice-doyen de la faculté d’agronomie de la RUA, a déclaré que l’école collaborerait avec la GIZ en fournissant à l’agence des données et un accès aux réseaux du secteur, tandis que la GIZ aiderait à créer une plate-forme d’information numérique pour aider à diffuser largement le contenu lié aux meilleures techniques agricoles.

Dans le cadre de ses recherches préliminaires pour le projet CRAS, la GIZ a mené en août une enquête auprès de 289 ménages de cultivateurs de manioc et de noix de cajou à Kampong Thom et à Kratié afin de s'informer sur leurs pratiques agricoles.

Elle a révélé que 73 % des cultivateurs de manioc interrogés étaient confrontés à des problèmes de maladies et de parasites, mais que seuls 31 % d’entre eux les traitaient. Presque tous les agriculteurs interrogés ont déclaré avoir remarqué que le changement climatique avait un impact négatif sur leur production, mais seuls 27 % ont dit avoir commencé à s’adapter à ce changement, principalement en utilisant davantage de produits agrochimiques ou en modernisant leurs systèmes d’irrigation.

Les producteurs de noix de cajou ont déclaré avoir besoin de conseils

Les producteurs de noix de cajou ont déclaré avoir besoin de conseils pour garantir la qualité de leurs cultures, utiliser des pesticides pour lutter contre les parasites, comprendre les techniques de fertilisation appropriées et trouver des méthodes pour augmenter leurs rendements.

Les producteurs de manioc ont demandé une formation pour augmenter leurs rendements, améliorer le stockage des semis, appliquer des engrais et lutter contre les parasites. Ils ont également demandé des balances appropriées aux points de collecte.

La plupart des agriculteurs ont indiqué qu’ils ne disposaient pas des connaissances nécessaires pour faire face aux effets du changement climatique.
La plupart des agriculteurs ont indiqué qu’ils ne disposaient pas des connaissances nécessaires pour faire face aux effets du changement climatique.

L’enquête a aussi montré que les producteurs de manioc et de noix de cajou vendaient la plupart de leurs produits non transformés au niveau local du village, tandis que 100 % des personnes interrogées ont déclaré ne pas avoir d’accords écrits avec des acheteurs pour leurs produits.

Selon M. Bartels, l’une des clés du succès à long terme du projet CRAS au-delà de 2024 serait de mettre ces agriculteurs en contact avec des entreprises intéressées par l’approvisionnement en produits durables et de les encourager à former des partenariats.

Les leçons et les meilleures pratiques tirées du projet seront également numérisées, ce qui permettra de partager et d’adopter largement ces précieuses informations à l’échelle nationale.

Le Dr Mak Soeun, directeur général adjoint du GDA, a déclaré que les cultures de manioc et de noix de cajou ont été considérées comme des secteurs prioritaires pour stimuler la croissance agricole dans le Royaume et que le projet CRAS constituera une base sur laquelle la nation pourra s’appuyer.

Le Cambodge est actuellement le quatrième producteur de manioc en Asie et le dixième dans le monde, selon le PNUD.

En janvier, une nouvelle politique a été mise en œuvre par le PNUD, le ministère du Commerce et le ministère de l’Agriculture, des forêts et de la pêche (MAFF) afin d’augmenter la production et les exportations de cette précieuse culture.

Les exportations de noix de cajou continuent également de croître

Au cours des sept premiers mois de cette année, 1,1 million de tonnes de noix de cajou d’une valeur de 1,83 milliard de dollars ont été envoyées au Vietnam, ce qui représente près de la moitié des importations de noix de cajou du Vietnam.

De janvier à août, le Cambodge a exporté 876 521 tonnes de noix de cajou, soit une augmentation de 340 % par rapport à l’année précédente, selon les données du MAFF.

Brian Badzmierowski

Avec notre partenaire Cambodia Investment Review