Prey Veng & Coopération : Des investissements BAD efficaces pour lutter contre la sécheresse

Dans certaines régions du monde, le débat fait toujours rage pour savoir si le changement climatique est bien réel. Mais ici, dans les plaines inondables du puissant fleuve Mékong, à environ une heure de route à l’est de Phnom Penh, les habitants de la province de Prey Veng ont vu de près comment le changement climatique menaçait leurs moyens de subsistance.

Agriculteur de Prey Veng. Photo fournie
Agriculteur de Prey Veng. Photo fournie

Pendant la saison des pluies, de mai à octobre, les tempêtes sont devenues plus fréquentes et plus violentes, exacerbées par les crues du Mékong. Elles sont si violentes que de nombreux canaux anciens ont été endommagés, empêchant les villageois d’accéder à l’eau potable et à celle destinée à l’irrigation à partir des réservoirs. Pendant la période des plantations, la hausse des températures et le manque de précipitations ont entraîné une sécheresse intense, ce qui signifie qu’il n’y a plus du tout d’eau d’irrigation, ce qui rend difficile la subsistance des riziculteurs.

En 2018, 27 000 hectares de terres à Prey Veng ont été endommagés par des inondations et 29 000 autres hectares par la sécheresse, entraînant pas moins de 16 millions de dollars de pertes, selon le département provincial de l’agriculture. En 2020, les inondations ont touché 19 des 25 capitales et provinces du Cambodge, endommageant de nombreux types d’infrastructures rurales. D’ici 2039, le gouvernement prévoit une augmentation de 12,6 % des précipitations annuelles pendant la saison des pluies, par rapport aux chiffres de 1986-2005. Ce n’est pas une bonne nouvelle pour la province de Prey Veng, de faible altitude, qui abrite deux des plus grands fleuves du pays, le Mékong et le Tonle Bassac.

« Le changement climatique a des répercussions sur la fréquence et l’intensité des pluies, les températures et l’élévation du niveau de la mer »

« Leurs conséquences sur la disponibilité de l’eau auront un fort impact sur notre économie », déclare le secrétaire général du Conseil national pour le développement durable du ministère de l’Environnement, Tin Ponlok.

Investissement dans les infrastructures et le développement de l’agriculture

La Banque asiatique de développement (BAD) aide le Cambodge à lutter contre le changement climatique par le biais du Programme stratégique pour la résilience climatique (SPCR), d’un montant de 588 millions de dollars, un plan d’investissement approuvé par le gouvernement et financé par le programme pilote du Fonds d’investissement climatique pour la résilience climatique.

La BAD administre le programme, qui comprend sept projets d’investissement visant à renforcer les infrastructures rurales et urbaines du pays et le développement de l’agriculture, notamment l’irrigation, les semis et les activités post-récolte. Il comprend également un programme d’assistance technique de 11 millions de dollars US, qui s’est achevé en juin 2021 et a présenté les approches que le gouvernement pourrait adopter pour intégrer la résilience climatique dans la planification du développement. Le programme a conduit à l’élaboration de nouvelles réglementations, de lignes directrices techniques et d’exigences légales sur la construction d’infrastructures rurales spécifiques aux trois régions géographiques distinctes de la nation : les zones côtières, les hautes terres et les basses terres centrales.

Srinivasan Ancha, spécialiste principal du changement climatique à la BAD qui supervise le SPCR, affirme que le programme contribue à donner aux groupes vulnérables du Cambodge les moyens de lutter contre le changement climatique.

« L’agriculture est non seulement le secteur le plus vulnérable, mais elle soutient les groupes les plus exposés, notamment les femmes et les pauvres des zones rurales », explique M. Ancha.

« Le programme aide les habitants des zones rurales à développer des approches pratiques pour lutter contre le changement climatique et réduire les risques de catastrophe, renforçant ainsi le filet de sécurité des populations vulnérables. »

Le projet, par exemple, a contribué à améliorer le système d’irrigation de Damnak Chheukram, près de la ville de Pursat, en construisant un nouveau barrage pour réguler le débit d’eau de la rivière Pursat et réduire les inondations, ainsi qu’un canal principal de 16,5 mètres, des systèmes d’irrigation secondaires conduisant l’eau dans les rizières, et 29 bâtiments le long du canal.

Un autre projet du SPCR, le Programme de développement du secteur de la commercialisation du riz résistant au changement climatique, a aidé les agriculteurs des provinces de Prey Veng, Battambang et Kampong Thom à adopter des technologies modernes pour améliorer la productivité agricole et lutter contre le changement climatique.

L’une des technologies innovantes utilisées dans le cadre du projet est le nivellement des terres au laser. L’équipement de nivelage au laser permet d’aplanir les sols avec un écart de 3 à 6 centimètres. Cela signifie que la même quantité d’eau et d’engrais peut être appliquée partout dans le champ, ce qui réduit les dépenses tout en augmentant le rendement du riz.

« Ainsi, selon Pol Oum, agriculteur dans le district de Kampong Trabek, le rendement d’un demi-hectare de terre est passé de 20 sacs de riz à 29 sacs, tout en réduisant la consommation d’essence »

Le programme a aussi permis d’augmenter le rendement des cultures de 25 % en facilitant l’accès des agriculteurs à des semences de qualité, en leur enseignant des techniques de séchage et de stockage et en améliorant la résistance des variétés de riz au changement climatique. Il a permis de porter la production de paddy à 9,5 millions de tonnes en 2020, contre 8 millions de tonnes en 2012.

Photo ci-dessus : Thun Somali, de la commune de Prek Changkran, a appris à cultiver, récolter, stocker et transporter des semences de qualité qui se vendent plus cher.

Elle est coordinatrice pour 30 agriculteurs sous contrat avec la coopérative agricole Bopea Senchey, qui commande la production de variétés résistantes au climat, sèche, nettoie et vend les semences sur le marché.

Un canal qui fonctionne bien permet des cultures plus nombreuses et diversifiées

Dans la commune de Romchek, où la sécheresse a réduit la saison de plantation à deux ou trois mois, les habitants ont bénéficié de l’assistance technique du SPCR qui a présenté les approches que le gouvernement pourrait aussi adopter pour intégrer la résilience climatique dans la planification du développement.

Un projet de démonstration de 30 535 dollars US, par exemple, a permis de réhabiliter un canal de 1 050 mètres. Le tronçon du canal, qui était trop peu profond pour stocker l’eau, a été renforcé par deux nouveaux ponceaux monotubes. Les pentes ont été renforcées par des lits de roche maintenus par des fils métalliques. Le projet, qui sera étendu par le gouvernement et les communautés pour couvrir la totalité des 3,5 kilomètres du canal, permettra de relier la commune à un réservoir situé à 3 km.

Chin Kuong a bon espoir que le canal améliore sa vie.

Photo ci-dessus : Assise avec un groupe de femmes du village, Bopea Senchey raconte que la sécheresse a laissé la famille avec très peu de moyens pour vivre, et que son mari a dû quitter la région pour trouver des emplois dans le bâtiment afin de joindre les deux bouts.

Comme il n’y a pas de puits dans le village, elle doit aller loin pour chercher de l’eau potable. Mais lorsqu’il pleut, la route boueuse qui longe le canal est quasiment impossible à emprunter.

La route sera moins sujette aux inondations lorsque le canal fonctionnera. Dans le cadre du projet de réhabilitation du canal, Kuong et 200 autres ménages dans 200 villages apprendront également à choisir et à planter une dizaine de variétés de riz résistantes à la sécheresse, qui auront besoin de moins d’eau pour pousser, déclare le consultant du projet Sam An Cheab. Les villageois apprendront également à cultiver des pastèques et d’autres cultures à meilleur rendement.

« Le canal est magnifique », dit Mme Kuong.

« Avec cet ouvrage, nous aurons également accès à des routes. Il sera beaucoup plus facile de se déplacer, et nous aurons de l’eau pour les cultures. Je peux cultiver davantage, et il y aura assez à manger pour la famille. »

Jane Zhang - Spécialiste principale en communication, Banque asiatique de développement