Premier ministre : Envisager l'état d'urgence au Cambodge

Le Premier ministre Hun Sen a déclaré hier qu’il envisageait de demander au roi Norodom Sihamoni de déclarer l’état d’urgence alors que le nombre d’infections par le coronavirus avoisine 100 cas dans le pays.

Premier ministre : Envisager l'état d'urgence au Cambodge

S’adressant à quelques centaines de médecins, infirmières et bénévoles de la capitale Phnom Penh, S.E Hun Sen a averti qu’en cas d’urgence, certaines libertés seraient restreintes et il a exhorté les groupes de défense des droits de l’homme à s’abstenir de critiquer le gouvernement.« J’envisage d’utiliser l’article 22 de la constitution pour demander au roi de placer le pays sous état d’urgence », a déclaré le Premier ministre.

« Je ne veux pas le faire, mais je le ferai si les interdictions actuelles ne s’avèrent pas efficaces »

Le Premier ministre faisait référence aux restrictions déjà mises en place exigeant la fermeture des écoles et des lieux de divertissement pour lutter contre la propagation du virus. « La constitution stipule que lorsque le pays fait face à un danger, le roi peut déclarer l’état d’urgence avec l’accord du Premier ministre, de l’Assemblée nationale et du président du Sénat. » Le discours du Chef du gouvernement royal a été prononcé alors que le ministère de la Santé du Cambodge annonçait que le pays avait confirmé un total de 96 cas de coronavirus à l’intérieur de ses frontières, et que le nombre continuait de monter en flèche dans le monde, avec près de 460 000 infections qui ont provoqué plus de 21 000 morts. Le Premier ministre a précisé que ceux qui se porteront volontaires pour lutter contre l’épidémie ne seront déployés qu’une fois qu’ils auront reçu suffisamment d’équipement de protection, ajoutant que tous les détaillants qui pratiquent la tarification des masques chirurgicaux ou d’autres articles préventifs seront « fermés ». Tous les étrangers au Cambodge qui se sont révélés positifs pour le virus seront traités gratuitement, a-t-il ajouté, appelant cela « l’obligation morale » du pays. Répondant à l’annonce d’Hun Sen, Yong Kim Eng, président de l’ONG locale Centre populaire pour le développement et la paix, a déclaré au service khmer de RFA qu’il soutenait la décision du gouvernement, mais a mis en garde contre une répression des droits de l’homme et de la liberté d’expression, notant que les autorités ont récemment arrêté des gens pour avoir prétendument diffusé de « fausses nouvelles » sur le virus. « Nous devons garantir la liberté d’expression, notamment à travers les médias et les plateformes de médias sociaux », a-t-il déclaré.

S'INSCRIRE PAR E-MAIL

  • Facebook Social Icône
  • Gazouillement
  • Instagram
  • LinkedIn Social Icône