Photographie & Pratique : Phnom Penh sous la pluie

Cela fait plusieurs semaines que le pays vit au rythme des averses. Si les provinces sont les régions qui souffrent le plus des mauvaises conditions météorologiques, la capitale Phnom Penh n’est pas épargnée non plus.

Certains quartiers subissent parfois quelques inondations assez spectaculaires. Comme sur la phot ci-dessus, à l'intersection de Monivong et Norodom.

Il est utile de rappeler quelques consignes de prudence en cas d’averse dans la ville. Si celle-ci est vraiment violente avec des orages, mieux vaut éviter de circuler. Si l’aquaplaning est tentant pour les deux roues, mieux vaut s’abstenir, car l’eau peut dissimuler bosses et trous dans la chaussée et, à bonne vitesse, c’est un vol plané assuré.

Beaucoup d’enfants et même d’adultes aiment jouer dans l’eau quand celle-ci atteint des niveaux permettant d' « un peu plus que patauger ». C’est à éviter également, car l’eau qui déborde est de la pluie mélangée à des eaux usées. Et, ce n’est pas très hygiénique. Certains endroits près des bouches d’égout ou du canal sont de vrais bouillons de culture.

En cas de forte inondation dans la ville, éviter aussi les promenades à proximité des compteurs électriques
En cas de forte inondation dans la ville, éviter aussi les promenades à proximité des compteurs électriques

Si la pluie permet souvent de circuler, toujours prévoir un imperméable sur sa moto. Les averses peuvent être assez soudaines et mieux vaut éviter l’occasion d’attraper une bonne grippe. Il est préférable aussi de porter des lunettes, même en cas de pluie fine. Le mélange vent et pluie peut être tonifiant, mais se révéler bien moins efficace pour la vision de la route et de la circulation.

Autrement, qu’il pleuve ou non, éviter les comportements dangereux tels que téléphoner en roulant ou ne pas porter de casque.

Téléphone au volant
Téléphone au volant
Conduite sans casque
Conduite sans casque

Enfin, si l’une de ses fameuses carrioles tirées par un petit 100 ou 125 cm3 a peine à faire bouger sa cargaison de 150 kilos de bois sur le pont, éviter la solidarité… Il est fréquent de voir ces engins se coucher sur le flan, se cabrer avec le conducteur qui se retrouve à la verticale ou se retrouver tout simplement bloqués au milieu du pont en pleine circulation avec un concert de klaxons.

Éviter également de rouler à proximité. On a déjà vu des cargaisons se sauver de la carriole. Les chargements sont fréquemment attachés de façon approximative. Se retrouver à quelques centimètres derrière une carriole qui transporte du métal ou des briques peut être douloureux en cas de rupture, ou même d’arrêt brusque.

Solidarité risquée
Solidarité risquée

Par Christophe Gargiulo

Plus de photographies ici…

Merci pour votre envoi !

  • Instagram
  • Facebook Social Icône
  • Gazouillement
  • LinkedIn Social Icône