forum 1.jpg
forum 2.jpg

Archives & Gastronomie : Les Sourires du Malis

Restaurant de référence pour la cuisine khmère authentique à Phnom Penh et Siem Reap, le Malis n’est pas seulement une destination culinaire et un endroit privilégié pour découvrir les saveurs délicates et parfumées cambodgiennes dont les recettes traditionnelles ont été mises au goût du jour par le Maître Chef Luu Meng.

Malis est aussi l’endroit des sourires, ces fameux sourires khmers qui apportent ce petit plus dans l’accueil réservé par la jeune équipe de ce temple de la cuisine du Cambodge. Au hasard de votre visite, vous croiserez les sourires de Bun Sophal, de Hung Yolay et de quelques autres qui vous rappellent que vous n’êtes pas seulement venu découvrir ou redécouvrir la cuisine khmère, mais aussi que vous êtes, définitivement, le bienvenu…

Long Chan Siyean, 19 ans, assistance au service, originaire de Phnom Penh, travaille au Malis depuis cinq mois

Le Restaurant Malis a ouvert à Phnom Penh en 2004, de la volonté de ses promoteurs de redonner à la cuisine khmère ses lettres de noblesse alors que la période dramatique de 1975 – 1979 avait provoqué la disparition des recettes traditionnelles du royaume.

Phat Liden, 22 ans, serveuse, originaire de Phnom Penh, travaille au Malis depuis deux ans

Situé au cœur de Phnom Penh, non loin du Monument de l’Indépendance, le Malis propose à ses clients de dîner soit à l’extérieur au milieu d’un jardin tropical où les tables entourent des bassins, des frangipaniers et une statue géante de Bouddha, soit de manger à l’intérieur dans le confort des salles climatisées.

 Bun Sophal, 18 ans, aide au service, originaire de Phnom Penh, travaille au Malis depuis cinq mois.

Le Malis est ouvert pour le petit-déjeuner, pour le repas du midi et pour dîner. Il est également possible de réserver des salles privées pour vos déjeuners d’affaires ou pour d’autres événements particuliers.

Cheam Borey, 23 ans, chef des desserts, originaire de Phnom Penh, travaille au Malis depuis trois ans.

Vous ne les croiserez peut-être pas, mais les sourires du Malis sont aussi en cuisine. Ce sont eux qui préparent les meilleurs Amoks et Prahok de poisson, les M’chou Prey et Royal Mak Mee, et des dizaines d’autres recettes tout-à-fait khmères.

Van Raksmey, 23 ans, cuisinier, originaire de Phnom Penh, travaille au Malis depuis un an

Pour réserver au Malis Phnom Penh, appeler le +855 (0)15 814 888 ou faites une réservation en ligne ici

Sok Dany, 19 ans, aide au service, originaire de Phnom Penh, travaille au Malis depuis cinq mois

Le Malis vu par Pascal Medeville

À Phnom Penh, le Malis est un peu considéré comme la « Rolls » des restaurants cambodgiens de la capitale khmère. Il faut dire que, ne serait-ce que vu de l’extérieur, l’établissement en impose : adresse prestigieuse (sur le boulevard Norodom, à une centaine de mètres au sud du Monument de l’Indépendance), armée de valets/gardes/gardiens de parking en livrée à l’entrée, cohorte de Lexus et autres véhicules prestigieux qui ont les faveurs de la bourgeoisie cambodgienne, accès masqué par un mur-écran (destiné, selon la tradition chinoise, à empêcher l’accès au lieu des esprits malfaisants) arborant le nom du restaurant, mur d’enceinte blanc assez haut pour cacher l’intérieur, il y a de quoi impressionner le quidam. La suite ici…

Merci pour votre envoi !

  • Instagram
  • Facebook Social Icône
  • Gazouillement
  • LinkedIn Social Icône