Musée national du Cambodge : La bataille historique de Koh Ker revient sur ses terres

Nous remontons le temps jusqu’au Xe siècle, alors qu’une bataille sanglante se déroulait dans aux portes du temple Prasat Chen.

La bataille historique de Koh Ker revient sur ses terres
La bataille historique de Koh Ker revient sur ses terres

Le complexe de Koh Ker a été la capitale du royaume khmer pendant une brève période de vingt ans sous le règne du roi Jayavarman IV. Resté intact pendant plus de 1 000 ans, tout a changé en 1972 lorsque des pillards ont pillé les temples, arrachant ces statues massives de leur piédestal et les emportant à la faveur de l’obscurité.

« Grâce à une chaîne élaborée de marchands, de courtiers et d’acheteurs, elles ont fini dans des musées et des collections privées aux États-Unis »

Jusqu’à aujourd’hui, où six des statues sont de retour sur le territoire national et sont fièrement exposées au Musée national de la capitale, Phnom Penh.

Au cours des cinquante années qui se sont écoulées depuis la disparition des statues, les autorités cambodgiennes se sont battues pour rapatrier les trésors de Koh Ker.

À l’origine, la bataille opposait les guerriers mythiques Bhima et Duryodhana, décrits dans l’histoire épique hindoue, le Mahabharata, et entourés de nombreux autres personnages, chacun ayant sa propre histoire à raconter. À l’origine, neuf statues magnifiquement sculptées et plus grandes que nature occupaient l’espace intime du temple. Aujourd’hui, le musée a récupéré six de ces œuvres d’art, les trois autres se trouvant très probablement dans des collections privées, loin des regards indiscrets.

La bataille historique de Koh Ker revient sur ses terres

La première à être rapatriée est arrivée en juin 2013, lorsque le Metropolitan Museum of Art de New York a volontairement renvoyé deux des statues, les jumeaux Pandava — Nakula et Sahadeva — à Phnom Penh, pour qu’ils retrouvent un troisième frère sans tête, Yudhisthira, au musée. Les piédestaux des trois statues avaient été laissés à l’intérieur du temple, alors que les voleurs avaient arraché les torses de leurs socles.

Il en allait de même pour Balarama, un avatar du dieu Vishnu, qui avait été emporté à l’étranger et vendu deux fois par les commissaires-priseurs Christie’s avant qu’ils ne réalisent qu’il appartenait au Cambodge et qu’il soit volontairement renvoyé dans le Royaume en 2014.

Les deux dernières pièces du puzzle ont été restituées au Cambodge en grande pompe en juin 2014. Les deux puissants guerriers sont rentrés chez eux. La dernière bataille de Duryodhana a impliqué le ministère américain de la Justice et la maison d’enchères internationale Sotheby’s, qui ont finalement accepté de rendre volontairement la statue au Cambodge.

Pour le vainqueur historique, Bhima, un autre des frères Pandava, le musée Norton Simon de Californie a également consenti à rapatrier la sculpture. Cependant, il manquait encore à cette réunion — qui est magnifiquement représentée sur un magnifique fronton en grès rose du temple de Banteay Srei que le musée expose — un autre frère Pandava, Arjuna, ainsi que Krishna, le jeune frère de Balarama, et Dhrishtadyumna, le commandant de l’armée Pandava.

Aujourd’hui, dans l’exposition publique du Musée national, l’équipe de conservation a rattaché Duryodhana et Bhima à leurs pieds.

« Ils ont pris leurs places respectives au centre de ce spectacle, l’un en face de l’autre et prêts à se battre une fois de plus »

Il est tout à fait remarquable que six de ces sculptures majestueuses aient trouvé le chemin de leurs terres ancestrales. Elles étaient révolutionnaires pour l’époque, les premières figures autonomes et dynamiques de l’art khmer classique. Ne manquez pas de visiter le Musée national prochainement pour assister à cette scène étonnante.

Andy Brouwer — avec la permission du Musée national du Cambodge

Merci pour votre envoi !

  • Instagram
  • Facebook Social Icône
  • Gazouillement
  • LinkedIn Social Icône