top of page
Ancre 1

Kampong Speu & Parcours : Les bijoux peu conventionnels de Soy Panha

Contrairement à de nombreux artisans bijoutiers du Royaume - qui utilisent des métaux précieux ou des os sculptés - Soy Panha n'utilise que les pierres venant de la terre cambodgienne pour façonner ses colliers originaux, qui ont beaucoup de succès.

Bijoux fabriqués par Soy Panha. Photo fournie
Bijoux fabriqués par Soy Panha. Photo fournie

Contrairement à de nombreux artisans bijoutiers du Royaume qui utilisent des métaux précieux ou des os sculptés, Soy Panha, également connu sous le nom de Chhad Reach, n’utilise que des pierres trouvées dans le sol cambodgien pour façonner ses colliers raffinés.

Son chemin vers le succès dans le monde des accessoires de mode n’a pourtant pas été facile.

Panha, 27 ans, est le fils d’une veuve du village de Trapeang Ktom, dans la commune de Vor Sor du district de Samrong Tong. Étant le plus jeune de quatre frères, son éducation a été chaotique, la précarité ayant contraint sa mère à se déplacer d’un endroit à l’autre et par finalement s’installer à Phnom Penh pour trouver un emploi de laveuse de vaisselle.

Soy Panha
Soy Panha

« Avec une grande famille à nourrir et très peu de revenus, les temps étaient durs. Certains jours, ma famille ne mangeait que de la bouillie de riz, d’autres jours, il n’y avait pas assez d’argent même pour ce simple repas », raconte-t-il.

Création de Soy Panha. Photo fournie
Création de Soy Panha. Photo fournie

En 2010, Panha est en 10e année lorsque sa mère tombe malade et doit être hospitalisée. Il commence à travailler comme motodop afin de couvrir les frais de sa mère pendant son séjour à l’hôpital.

« D’une manière étrange, nous avons eu de la chance à cette époque. Ma mère avait reçu une carte d’identité de pauvre, et ses frais médicaux étaient donc pris en charge par le gouvernement. Si cela n’avait pas été le cas, je ne sais pas comment nous aurions survécu », confie Panha.

« Malgré cela, je n’avais pas les moyens d’étudier, alors parfois j’allais à l’école, et parfois je n’y allais pas. Lorsque l’enseignant nous demandait d’acheter de nouveaux livres ou des fournitures scolaires, mes amis m’aidaient », raconte-t-il.

En 2016, Panha a suivi un cours de gestion de six mois, qui lui a permis de trouver un emploi dans le secteur du textile. Il a travaillé pour une entreprise du secteur avant de rentrer chez lui pour créer sa propre entreprise en 2019.

Le jeune homme avait décidé qu’il voulait travailler dans la bijouterie, mais reconnaissait aussi que le marché de l’ivoire sculpté de bois était encombré, et extrêmement concurrentiel. C’est alors qu’il a décidé de se concentrer sur la sculpture et le polissage des pierres naturelles.

Création de Soy Panha. Photo fournie
Création de Soy Panha. Photo fournie

« J’ai passé ma première année à étudier les types de pierres qui me permettraient de travailler. Je devais comprendre quelles étaient les plus belles, celles qui étaient faciles à travailler et celles qui étaient abordables ! Au bout d’un an, j’avais de bonnes connaissances et j’ai commencé à fabriquer des colliers et des bracelets et à les mettre en ligne », dit-il.

Les pierres qu’il utilise sont généralement extraites à une profondeur de trois à cinq mètres. Elles se déclinent dans un large éventail de couleurs brillantes, peuvent être jaunes, brunes, noires, rouges ou même violettes et varient en taille. Une fois que le village a su que Panha était dans le commerce des bijoux, les habitants ont commencé à lui offrir les pierres qu’ils trouvaient.

Chaque perle peut prendre plus d’une heure à polir, et certains de ses colliers contiennent jusqu’à 20 perles.

« Les pierres que j’utilise proviennent de nombreuses provinces différentes, dont Takeo, Kampong Thom, Tbong Khmum, Ratanakiri, Mondolkiri et Preah Vihear - partout où elles peuvent être trouvées », explique-t-il.

Le marché pour ses pièces uniques est en expansion. Outre ses clients locaux, la demande augmente parmi les membres de la diaspora cambodgienne aux États-Unis, en Australie et au Canada.

« Un collier de perles varie de 12 à près de 70 dollars. Je suis prêt à transmettre mon talent à tous les jeunes qui sont prêts à apprendre. Il vaut mieux qu’ils aient une compétence productive plutôt que de se tourner vers l’oisiveté, ou pire, vers la drogue », conclut Panha.

 

Kim Sarom avec notre partenaire The Phnom Penh Post

Commenti

Valutazione 0 stelle su 5.
Non ci sono ancora valutazioni

Aggiungi una valutazione

Merci pour votre envoi !

bottom of page