Histoire & Musée national du Cambodge : Vajimukha à tête de cheval du Prasat Neang Khmau

L’une des statues les plus insolites de la collection publique du Musée national de Phnom Penh est une divinité à tête de cheval superbement polie, connue sous le nom de Vajimukha.

Vajimukha à tête de cheval du Prasat Neang Khmau
Vajimukha à tête de cheval du Prasat Neang Khmau

Elle a été récupérée dans son lieu d’origine, le Prasat Neang Khmau, un temple du Xe siècle dont les deux tours en brique se dressent encore sur le terrain d’une pagode près de Phnom Chisor, dans la province de Takeo, à 50 km au sud de la capitale.

Vajimukha, qui signifie cheval (vaji) et visage (mukha), a été rapatriée au musée pour y être exposée en 1923 par le conservateur en chef George Groslier, en même temps qu’une statue féminine, toutes deux dépourvues de tête, provenant du Prasat Neang Khmau, ou temple de la jeune femme sombre, dont le nom est tiré d’une légende locale. On pensait que la statue féminine représentait une princesse, mais sa tête n’a jamais été retrouvée.

Vajimukha à tête de cheval du Prasat Neang Khmau
Vajimukha à tête de cheval du Prasat Neang Khmau

En 1995, lors de la reconstruction du vihara principal de la pagode, une tête de cheval en grès a été découverte par les moines et confiée au Premier ministre Hun Sen, qui en a fait don au musée en 1996. Quatre ans plus tard, la tête s’est avérée correspondre parfaitement au corps masculin retrouvé dans le temple.

Cependant, en l’absence de symboles distinctifs, les experts ne peuvent pas savoir avec certitude lequel des deux avatars — Hayagriva ou Kalkin — du dieu à tête de cheval Vishnu elle représente, c’est pourquoi elle a été baptisée Vajimukha par souci de commodité. Vous pouvez voir une autre statue de Vajimukha au musée, qui a trois cents ans de plus et a été découverte à Kandal Stueng dans la province de Kandal et apportée au musée en 1920.

Andy Brouwer — avec la permission du Musée national du Cambodge.