Environnement & Initiative : Naissance du « Groupe Bambou » à Keo Seima

Située à l’intérieur du sanctuaire faunique de Keo Seima, l’aire communautaire protégée (ACP) de Sre Preah a été créée en janvier 2019. Plus de 200 familles de trois villages de la commune de Sre Preah — O Chra, Pu Char et Pu Kong — en sont membres.

Sanctuaire faunique de Keo Seima

Les habitants de ces villages dépendent traditionnellement de la riziculture et du chamkar (jardin – potager – verger), mais ces activités ne génèrent pas de revenus suffisants pour subvenir aux besoins d’un ménage toute l’année.

Projet « Groupe du Bambou »

Le projet de conservation de l’USAID Keo Seima (USAID KSCP), mis en œuvre par la Wildlife Conservation Society (WCS) Cambodge, a travaillé avec ces communautés pour établir un groupe d’exploitation et de transformation du bambou, qui compte actuellement 27 membres, dont 15 femmes.

Le « Groupe du Bambou » gère 69 hectares de bambou dans l’APC, contenant quatre espèces de bambou connues localement sous le nom de russey thngor, russey proey, russey khley et russey roleak.

Les membres du groupe ont reçu une formation sur les techniques de récolte durable du bambou, l’élaboration de plans d’affaires, les compétences en matière d’inventaire, le partage des avantages et la gestion financière.

Grâce au soutien du KSCP, les villageois ont pu transformer des tiges de bambou en lattes de bambou de bonne qualité et ont jusqu’à présent réalisé plusieurs ventes de produits, générant un total de 630,25 $ US pour la communauté locale.

Artisanat de Keo Seima

Objets artisanaux

Le groupe du bambou est en mesure de produire des objets artisanaux en bambou grâce à une formation dispensée dans le cadre du KSCP. Les produits, tels que la bouilloire et les tasses à thé, les tasses, la boîte à mouchoirs, la boîte à stylos et le support de haut-parleur, produits pendant la formation ont attiré beaucoup d’attention des acheteurs potentiels.

Esprit communautaire

Les revenus provenant de la vente de produits en bambou sont utilisés par les membres du groupe pour les dépenses des ménages, et une partie est investie dans la conservation des forêts de l’APC. Les villageois espèrent continuer à vendre du bambou transformé et étendre la superficie cultivée en bambou tout en cherchant de nouveaux débouchés pour cette nouvelle activité.

Cambodge et Bambou

En juin 2019, le Sénat a accepté de fournir 40 000 hectares de terres pour encourager les agriculteurs du pays à planter et transformer du bambou et du rotin et à créer un réseau de commercialisation international pour leur permettre de commercialiser leurs produits. Cette décision vise à promouvoir la culture et la transformation du bambou et du rotin dans le royaume.

Le Programme d’échange de produits forestiers non ligneux a indiqué qu’il avait mis en œuvre avec succès 60 centres communautaires d’artisanat du bambou et du rotin dans les provinces de Kratie, Stung Treng, Mondulkiri, Ratanakkiri, Preah Vihear, Koh Kong et Siem Reap. Le bambou et le rotin sont cultivés sur 379 897,74 hectares de terres dans le Royaume.

Le sanctuaire de Keo Seima

L’ONG Wildliffe Conservation Society (WCS) travaille avec plusieurs partenaires dans la forêt de Seima pour préserver une communauté extrêmement importante d’espèces menacées et leur environnement forestier. Cet objectif se poursuit grâce à un vaste programme de gestion des aires protégées qui se concentre le renforcement des capacités des communautés locales à s’engager dans la conservation des ressources naturelles et le développement de sources de financement durables pour financer la conservation et améliorer les moyens de subsistance des populations locales.

La forêt protégée compte plus de 60 espèces qui sont menacées. La région abrite 25 espèces différentes de carnivores, dont le tigre (selon WCS) et sept autres espèces de chats sauvages. La zone revêt une importance internationale pour la conservation des primates, des éléphants d’Asie, des bovins sauvages et de plusieurs espèces d’oiseaux. La forêt de Seima abrite également plusieurs communautés qui dépendent d’elle sur les plans économique, culturel et spirituel depuis de nombreuses générations.

Challenges

L’accélération des niveaux de développement économique pose des défis accrus pour la conservation dans la région. L’accès facilité par les nouvelles routes et le manque de tenure des terres et des ressources ont entraîné un afflux incontrôlé de non-locaux coupant, défrichant et revendiquant des terres de manière opportuniste.

Les agences gouvernementales et l'ONG WCS travaillent aujourd'hui en étroite collaboration. Les équipes chargées de l’application des lois tentent d’empêcher les activités illégales telles que le défrichement, et cet effort est complété par un processus participatif de planification de l’utilisation des terres qui aide à protéger les droits des populations locales. L’impact à long terme de ces activités sur les populations fauniques est contrôlé par un programme de surveillance écologique.

CG & Ratna Leak - WCS

APAC_FR_807X123_SERIES.gif

S'abonner à Cambodgemag

  • Instagram
  • Facebook Social Icône
  • Gazouillement
  • LinkedIn Social Icône