Diplomatie : S.E. Prak Sokhonn, « La démocratie n’est pas un sprint, mais une course de fond »

Le vice-premier ministre cambodgien, ministre des Affaires étrangères et de la Coopération internationale, S.E. Prak Sokhonn, a fait remarquer que la démocratie ne se résumait pas à un sprint, mais plutôt à une course de fond.

Le vice-premier ministre cambodgien, ministre des Affaires étrangères et de la Coopération internationale, S.E. Prak Sokhonn
Le ministre des Affaires étrangères et de la Coopération internationale, S.E. Prak Sokhonn

Lors d’une récente réunion en ligne avec le professeur Vitit Muntarbhorn, nouveau rapporteur spécial sur la situation des droits de l’homme au Cambodge, le diplomate cambodgien a souligné que toute évaluation du Cambodge devait tenir compte de ses origines et de sa situation actuelle.

« Divers mécanismes ont été mis en place pour établir un partenariat plus étroit entre le gouvernement et les organisations de la société civile. »

« La démocratie n’est pas un sprint, mais une course de fond. », a-t-il dit.

« Toutes les mesures législatives et administratives sont appliquées dans les limites de la loi. Les accusations portées devant les tribunaux concernent des infractions pénales et constitutionnelles. Les accusés ont la possibilité d’être entendus et de réfuter l’acte d’accusation dans le cadre du droit à une procédure régulière », a-t-il ajouté.

S.E. le Vice-Premier Ministre a félicité le Professeur Vitit Muntarbhorn pour sa nomination en tant que nouveau Rapporteur Spécial sur la situation des droits de l’homme au Cambodge, a salué son approche respectueuse et a réaffirmé la coopération du pays pour travailler en étroite collaboration avec le Rapporteur Spécial.

Concernant la pandémie de Covid-19, S.E. Prak Sokhonn a présenté les mesures et les stratégies mises en œuvre par le Cambodge pour répondre à cette crise sanitaire et pour atténuer son impact socio-économique sur les personnes vulnérables, notamment le programme de transfert d’argent, l’approvisionnement en nourriture pendant le confinement et les vaccinations.

« La priorité du gouvernement est de garantir les droits à la vie, à la survie et à la santé, ainsi que la stabilité sociale et la santé publique », a-t-il déclaré.

En réponse, le professeur Vitit a salué le programme de transfert d’argent et le déploiement de la vaccination nationale gratuite au Cambodge.

le Professeur Vitit Muntarbhorn
le Professeur Vitit Muntarbhorn. Image UN

Se considérant comme un « bon ami du Cambodge », le professeur Vitit a souligné son grand respect pour le Royaume. Il a félicité le pays pour sa coopération étendue et diversifiée dans les mécanismes des droits de l’homme, à savoir la ratification de la plupart des conventions relatives aux droits de l’homme ainsi que les progrès significatifs en matière de droits sociaux et économiques.

Les deux interlocuteurs ont également échangé leurs points de vue sur la préparation de la présidence de l’ASEAN par le Cambodge en 2022 et sur certaines initiatives possibles au sein de l’organisation régionale.

Il s’agit de la sixième rencontre du professeur Vitit Muntarbhorn avec des dignitaires cambodgiens du gouvernement royal du Cambodge depuis son entrée en fonction. Le nouveau Rapporteur spécial a eu des échanges avec des représentants du ministère de l’Intérieur, du Comité des droits de l’homme du Cambodge, du ministère de la Santé, du ministère des Affaires sociales, des anciens Combattants et de la Jeunesse, et du ministère de la Justice.

Le professeur Vitit a remercié le gouvernement royal du Cambodge d’avoir facilité ces « conversations ouvertes et constructives, démontrant ainsi la bonne coopération que le Cambodge accorde à son mandat ».

AKP

50 vues0 commentaire