Communauté : FVC, 10 ans de volontariat

France Volontaires Cambodge a célébré le 5 octobre dernier la Journée internationale du volontariat. Se déroulant pour la première fois à Siem Reap, cet événement marquait aussi les dix ans de l’association.

Depuis 2009, France Volontaires s’attache à développer et promouvoir les engagements solidaires dans l’Hexagone et à travers le monde. Disposant de 23 antennes en France, en Afrique, en Amérique latine et en Asie, l’association est le fruit d’un partenariat entre institutions tant officielles que privées. Chaque année, au mois d’octobre, est organisée une journée dédiée aux échanges et à l’information, permettant de s’y retrouver parmi des statuts et des dispositifs parfois complexes à appréhender.

Un état des lieux du volontariat au Cambodge

Force est de constater, et c’est heureux, que les bonnes volontés ne manquent pas, puisqu’environ 500 personnes viennent chaque année au Cambodge pour y effectuer une mission de volontariat. Des jeunes pour la plupart, s’engageant dans des activités pouvant durer parfois plusieurs années.

Tenues régulièrement à jour, les statistiques permettent de dresser l’état des lieux d’un volontariat s’effectuant principalement dans la zone géographique de Siem Reap, la capitale venant en seconde position. « C’est pour cette raison que nous avons décidé de nous rassembler cette année dans la cité des temples, et non pas à Phnom Penh comme nous le faisions jusqu’à présent », déclare Maud Martinasso, chargée de communication au sein de France Volontaires Cambodge. Occupant cette fonction depuis juin 2018, Maud est depuis longtemps familiarisée avec les pratiques du volontariat et en a pratiqué toutes les formes, du VIA au VSI.

Les principaux types de volontariat

À l’international, Service Civique et VSI représentent la grande majorité des options choisies par les volontaires. Réservé aux jeunes âgés entre 16 et 25 ans, le Service Civique permet à ses participants de s’engager dans une mission d’intérêt général pour une durée allant de 6 à 12 mois, tout en percevant une légère indemnité. Le VSI, ou Volontariat de Solidarité Internationale, dure au minimum une année et s’adresse aux personnes déjà titulaires de compétences spécifiques.

Enfin, toute personne, qu’elle soit active ou retraitée, peut s’engager lors d’un congé de solidarité, dont la durée ne devra cependant pas excéder 3 mois. Les domaines d’activité s’avèrent extrêmement variés. « Depuis deux ou trois ans, nous constatons un intérêt grandissant pour les missions concernant la jeunesse et la protection de l’enfance, mais aussi pour les ONG veillant au respect de l’environnement. Les profils, quant à eux, sont essentiellement constitués de spécialistes en gestion de projet, en communication ou en financement participatif », précise Maud Martinasso.

Au premier plan, Maud Martinasso, de l’association FVC, remet les prix du concours aux deux gagnants, Lucille et Julien.


180 secondes chrono

Les volontaires présents à cette journée ont pu livrer leurs témoignages, de manière informelle autour du cocktail organisé en fin de journée, mais aussi sous la forme d’un concours. En trois minutes, et sous l’œil attentif du jury, les candidats ont tâché d’expliquer leur engagement. Lucille, qui a remporté le 1er prix, représente à elle seule le portrait type du volontaire, les deux tiers d’entre eux étant de sexe féminin, âgés entre 20 et 30 ans, et diplômés Bac +4 ou plus.

Officiant dans un prestigieux laboratoire de phytochimie, la grande gagnante avoue s’épanouir dans une mission qui l’amène à encadrer une équipe, gérer un budget, des projets et des commandes. Autant de responsabilités particulièrement utiles et formatrices au sortir de ses études. Julien, arrivé en deuxième position, se consacre quant à lui à l’éducation et à la protection de l’enfance, tout en gardant un regard très lucide sur la situation de volontaire.

Éviter certains écueils

Pour le jeune homme, chaque volontaire arrive en tenant en mains trois clés, celles de la culture occidentale, des compétences et de l’engagement. Ces trois notions constituent selon lui autant d’atouts que de handicaps, entre quête de sens, choix des méthodes de travail et rapport à une culture différente de la sienne.

Afin de préparer son volontariat et d’éviter certains pièges tels que celui du volontourisme, France Volontaires Cambodge a édité un guide très complet recelant une multitude de conseils tant sur les formes de volontariat que sur les aspects pratiques de la vie au Cambodge. Ce guide est disponible dans les locaux phnompenhois de l’association, qui se fera un plaisir de conseiller toute personne tentée par cette forme d’engagement.

Guide et plaquette édités par FVC.


Par Rémi Abad

APAC_FR_807X123_SERIES.gif

S'abonner à Cambodgemag

  • Instagram
  • Facebook Social Icône
  • Gazouillement
  • LinkedIn Social Icône