Cambodge : Vaccination rapide et soutien continu de la politique budgétaire, clés de la reprise

L’économie cambodgienne devrait retrouver une croissance positive en 2021 après une récession l’année dernière, grâce à une vaccination rapide et à un soutien soutenu de la politique budgétaire.

Tuktuk à Phnom Penh. Photographie par Sovannkiry Sim
Tuktuk à Phnom Penh. Photographie par Sovannkiry Sim

C’est ce qu’indique une évaluation préliminaire du Bureau de recherche macroéconomique de l’ANASE+3 (AMRO) après sa consultation en ligne avec les autorités cambodgiennes qui s’est déroulée du 19 avril au 4 mai 2021.

L’augmentation récente du nombre de contaminations dans les communautés et le confinement mettent en évidence les défis permanents posés par la pandémie, ainsi que la nécessité d’une vaccination plus rapide et de mesures politiques plus ciblées et plus souples pour soutenir la reprise, indique le rapport d’AMRO.

La session était dirigée par le spécialiste d’AMRO, Seung Hyun Luke Hong et accueillait aussi le directeur d’AMRO, Toshinori Doi, et l’économiste en chef, Hoe Ee Kho. Les discussions ont porté sur la préservation de la solidité budgétaire et le maintien de la stabilité financière, alors que le gouvernement continue à apporter un soutien important aux ménages et aux entreprises dans le contexte d’une récente flambée des infections locales.

« Malgré les perturbations de l’activité intérieure dues au récent verrouillage, l’économie cambodgienne devrait croître de 4,0 % en 2021, grâce à une reprise robuste de l’industrie manufacturière et au maintien des mesures de relance budgétaire », a déclaré Hong durant la consultation. Il a ajouté :

« Le récent regain de cas communautaires souligne la nécessité d’une réponse forte du gouvernement pour contenir la pandémie et accélérer le déploiement de la vaccination pour atteindre l’immunité collective »

À propos de 2020 et les effets de la pandémie

En 2020, poursuit le rapport, la croissance devrait se contracter de 3 %, car les restrictions appliquées au Cambodge et chez ses principaux partenaires commerciaux et marchés touristiques ont affaibli les principaux moteurs de croissance du pays. La baisse de la demande des principaux marchés d’exportation et les perturbations de l’offre ont entraîné une chute de 9,9 % des exportations de vêtements, le principal produit d’exportation du pays. Fortement tributaire du tourisme, la réduction de plus de 80 % des arrivées internationales a logiquement entraîné des fermetures d’entreprises et des pertes d’emplois. Le secteur de la construction s’est également contracté dans un contexte de ralentissement de l’activité économique et de la frilosité des investisseurs. L’agriculture a été le principal point positif en 2020, grâce à la vigueur des exportations agricoles.

« Le déficit de la balance courante s’est réduit à 11,5 % du PIB en 2020, contre 15,0 % du PIB en 2019, principalement en raison de la contraction des importations due au ralentissement de l’économie »

Les investissements directs étrangers (IDE) sont restés relativement stables, diminuant légèrement de 1,8 % en 2020. Les réserves internationales ont augmenté pour atteindre 21,3 milliards de dollars à la fin décembre 2020, ce qui équivaut à environ 11 mois d’importations de biens et de services.

Depuis 2021

En ce qui concerne les risques et les vulnérabilités, l’AMRO avance que, malgré le fait que le Cambodge soit parvenu à contenir l’épidémie de COVID-19 en 2020, le pic des infections communautaires depuis février 2021 et le verrouillage subséquent en avril accentuent le risque élevé de dégradation de l’économie. En particulier, sa forte dépendance à l’égard d’un secteur des services à forte densité de contacts et d’un secteur manufacturier à forte intensité de main-d’œuvre rend la reprise économique plus vulnérable à de nouvelles vagues d’infection, compte tenu de la faiblesse relative du système de santé publique.

Traces durables

Sur le plan financier, les risques peuvent provenir d’une éventuelle détérioration de la qualité des actifs. Malgré la restructuration active des prêts, une reprise économique prolongée et inégale est susceptible d’entraîner une nouvelle détérioration de la qualité des actifs des institutions financières. Toutefois, la forte position en capital et les conditions de liquidité du système bancaire devraient constituer un tampon important.

Usine de confection au Cambodge. Photo ILO
Usine de confection au Cambodge. Photo ILO

Selon le rapport, la pandémie pourrait laisser des traces durables dans l’économie cambodgienne, rendant difficile, mais pas impossible, le retour à la croissance à long terme. Après une croissance moyenne d’environ 7 % au cours des dix dernières années, la contraction de l’économie en 2020 posera probablement des défis structurels considérables à l’économie cambodgienne. Les fermetures d’entreprises et les pertes d’emplois dues à la pandémie, si elles se prolongent, pourraient diminuer la vigueur de la reprise économique dans les années à venir et causer des dommages durables à la capacité de production de l’économie.

Remerciements

L’équipe AMRO tient à exprimer sa gratitude aux autorités cambodgiennes et aux autres organisations participantes pour leur coopération et leur échange de vues franc. AMRO tient à exprimer sa gratitude pour le fort soutien des autorités et l’excellent arrangement qui a rendu cette mission virtuelle possible.

À propos d’AMRO

Le Bureau de recherche macroéconomique de l’ASEAN + 3 (AMRO) est une organisation internationale créée pour contribuer à assurer la stabilité macroéconomique et financière de la région ASEAN + 3, qui comprend 10 membres de l’Association des nations de l’Asie du Sud-est (ASEAN) et la Chine ; Hong Kong, Chine ; Japon ; et la Corée. Le mandat d’AMRO est de mener une surveillance macroéconomique, de soutenir la mise en œuvre de l’arrangement financier régional, l’Initiative de multilatéralisation de Chiang mai (CMIM), et de fournir une assistance technique aux membres.

Source : AMRO