Cambodge & Travail domestique : Protection accrue nécessaire pour une main-d’œuvre féminine

Dix ans après l’adoption de la Convention sur les travailleurs domestiques de l’Organisation internationale du travail, il reste encore beaucoup à faire pour reconnaître les droits des travailleurs domestiques et améliorer leurs conditions de travail, écrit Chihoko Asada-Miyakawa, sous-directrice générale et directrice régionale de l’Organisation Internationale du Travail (OIT) pour l’Asie et le Pacifique.

Chihoko Asada-Miyakawa, sous-directrice générale et directrice régionale de l’OIT pour l’Asie et le Pacifique
Chihoko Asada-Miyakawa, sous-directrice générale et directrice régionale de l’OIT pour l’Asie et le Pacifique

Lorsque j’ai pris mes fonctions de directrice régionale de l’Organisation internationale du travail à Bangkok, les travailleurs domestiques étaient au premier rang de mes préoccupations. Non seulement la région Asie-Pacifique abrite la moitié des travailleurs domestiques du monde, mais ce groupe de travailleurs est au cœur de nombreux domaines qui m’intéressent à titre personnel — les droits des travailleuses, la santé et le logement, la coopération internationale et la gouvernance des migrations.

« Pour beaucoup d’entre nous, il est impossible de penser à la question du travail domestique sans émotion. Nombreux sont ceux qui, parmi ceux qui lisent ces lignes, ont eu des relations étroites avec des travailleurs domestiques : dans l’enfance, en tant que soutien vital du ménage plus tard dans la vie, ou pour ceux qui ont des besoins de soins particuliers »

D’autres auront été en mesure de subvenir aux besoins de leur famille ou de gagner un revenu supplémentaire grâce au salaire du travail domestique.

Les travailleurs domestiques accomplissent tant de choses pour nous. Ils assurent notre sécurité, notre confort, notre alimentation et nous permettent de travailler en dehors de nos foyers. Lorsque nous abordons le travail domestique à travers notre propre expérience, c’est souvent sous un jour très positif. Les liens affectifs qui se tissent en partageant un foyer, et le sentiment que les travailleurs domestiques font « partie de la famille » sont des aspects de ce travail qui en font un « travail pas comme les autres. »

Cependant, en 2011, l’adoption de la Convention de l’OIT sur les travailleurs domestiques a enfin reconnu que le travail domestique est aussi un « travail comme les autres ». Connue sous le nom de Convention 189, elle a été le premier instrument international à établir que, malgré toutes les expériences très spécifiques et personnelles du travail domestique, les travailleurs domestiques méritent une protection, comme tous les autres travailleurs.

La Convention a donné un nouvel élan aux travailleurs domestiques et à leurs alliés qui se battaient depuis des années pour que les travailleurs domestiques puissent bénéficier des droits fondamentaux du travail tels que l’accès à un salaire minimum, des conditions de travail sûres et la protection contre la discrimination.

Cette reconnaissance internationale reste particulièrement cruciale, car nous savons que 10 ans plus tard, de nombreux travailleurs domestiques sont toujours sous-payés, surchargés de travail, harcelés et exploités.

Cette année, l’OIT a examiné le chemin parcouru au cours de la dernière décennie pour atteindre les objectifs de la Convention sur les travailleurs domestiques. Malgré certains progrès — les Philippines ont notamment ratifié la convention et plusieurs autres pays de la région ont amélioré la protection juridique des travailleurs domestiques — nous avons encore un long chemin à parcourir avant de parvenir à un travail décent pour les travailleurs domestiques en Asie-Pacifique.

« Il existe une multitude de raisons pour lesquelles nous devons profiter de cet anniversaire pour relancer notre engagement en faveur de l’amélioration des conditions du travail domestique »

Dans le mouvement mondial en faveur de l’émancipation des femmes, le travail domestique joue un rôle crucial. La grande majorité des travailleuses domestiques sont des femmes et le secteur offre des possibilités d’emploi à celles qui ont peu de qualifications et aux femmes migrantes qui ne peuvent pas toujours accéder au marché du travail dans leur pays et qui risquent beaucoup pour saisir ces opportunités.

Plus généralement, il n’est pas difficile de voir comment les différentes intersections entre le genre et les normes sociales ont influencé le statut du travail domestique et des travailleurs domestiques dans la société. Le travail à la maison est traditionnellement non rémunéré et n’est pas considéré comme un emploi économiquement valable. Le domicile n’étant généralement pas considéré comme un « lieu de travail », de nombreux pays ne considèrent toujours pas le travail domestique comme un emploi formel, ce qui signifie que le travail domestique n’est pas encore reconnu comme un travail dans la législation du travail.

Le caractère informel du travail domestique contribue à son invisibilité, ce qui, à son tour, crée une situation dans laquelle la situation critique des travailleurs domestiques est plus facilement négligée.

Lorsque le travail domestique reste informel, les lieux de travail ne sont pas enregistrés, les conditions de travail ne sont pas contrôlées et l’accès des travailleurs domestiques à la sécurité sociale, à la protection des revenus et même au vaccin COVID-19, est limité. Tant que le travail domestique ne sera pas véritablement reconnu pour ce qu’il est — un travail — il sera difficile de saisir pleinement la contribution des travailleurs domestiques à notre bien-être socio-économique général.

« Nous demandons donc instamment aux gouvernements de ratifier la convention sur le travail domestique et de faire le premier pas catalytique en reconnaissant les services rendus par les travailleurs domestiques »

A l’OIT, nous plaidons en ce sens non seulement parce que c’est la bonne chose à faire, mais aussi parce que les possibilités d’avancement et les possibilités de changements dans le secteur ayant un effet transformateur sur la vie des travailleurs domestiques sont immenses.

Le travail domestique doit être considéré comme une source d’emploi encore plus essentielle dans la reprise économique post-COVID-19, en tant que secteur à forte intensité d’emploi qui répond aux besoins croissants des ménages en matière de services de soins et qui offre des possibilités d’emploi aux femmes qui ont été le plus durement touchées par la pandémie.

Lorsque les travailleurs domestiques seront en mesure de faire valoir leurs droits et que le travail domestique sera valorisé de manière appropriée, nous verrons les avantages d’une société plus équitable et plus juste. Ce n’est qu’alors que nous pourrons affirmer que nous avons « reconstruit en mieux ».

Chihoko Asada-Miyakawa est directrice générale adjointe de l’OIT et directrice régionale pour l’Asie et le Pacifique. Avec l’aimable autorisation de Cambodianess.

30 vues0 commentaire