Cambodge & Société : Le bouche-à-oreille, un média encore puissant dans le royaume

Alors que certains communicants ne jurent que par les médias sociaux pour véhiculer leurs messages, le plus vieux média du monde n’a pas encore dit son dernier mot.

Dans la campagne de Siem Reap. Photo CG
Dans la campagne de Siem Reap. Photo CG

Selon une étude récemment publiée par la société de services d’analyse et de conseil Kantar pour le compte de la Fondation Konrad Adenauer, les réunions directes et les discussions en face à face restent un important canal de transmission de l’information au Cambodge, notamment dans les zones rurales.

« 31 % des personnes interrogées ont cité leur famille, leurs amis ou leurs collègues comme leur principale source d’information sur les affaires courantes, et 24 % se sont tournées vers le chef de leur village pour recevoir ces informations.

« Cela s’avère légèrement plus prononcé à Kampong Thom où 51 % et 47 % respectivement ont désigné le chef de village et leur famille comme leur principale source d’information », notent les auteurs de cette étude basée sur une enquête représentative menée à l’échelle nationale fin 2020 auprès de 1015 Cambodgiens, âgés de 16 à 64 ans, et résidant dans cinq grandes zones géographiques, à savoir Phnom Penh, les plaines, les montagnes, le fleuve Tonlé Sap et les zones côtières.

Cette étude confirme aussi la prédominance des médias sociaux comme première source d’information pour l’actualité pour 79 % des personnes interrogées, suivie par la télévision (48 %). L’étude confirme également que les jeunes sont les plus susceptibles — dans 93 % des cas — d’utiliser les médias sociaux.

« Mais les bonnes vieilles discussions avec la famille, les amis et les collègues de travail restent un moyen loin d’être négligeable pour mieux connaitre l’opinion publique et relayer l’information »

Les élections communales ayant lieu prochainement, cela incitera probablement les candidats à entrer en contact direct avec les électeurs.

Cette étude, qui s’est également intéressée au comportement politique des gens, a montré que les électeurs sont influencés par la facilité avec laquelle ils peuvent approcher les candidats, la capacité de ces derniers à obtenir des fonds pour la commune et l’accent qu’ils mettent sur l’action directe et locale. « Les candidats à un poste politique sont évalués principalement en fonction de leur capacité à apporter un progrès économique direct à leur communauté », peut-on lire dans le rapport.

Il est clair que les électeurs ne veulent pas de paroles en l’air : ils veulent des choses concrètes et visibles dont ils seront heureux de faire la publicité par le bouche-à-oreille.

Avec l’aimable autorisation de Cambodianess

Merci pour votre envoi !

  • Instagram
  • Facebook Social Icône
  • Gazouillement
  • LinkedIn Social Icône