Cambodge & Société : Baisse de revenus pour les indépendants de la production médiatique

Avec des sources de revenus réduites et des projets abandonnés, ces indépendants de la presse écrite et de l'audiovisuel tentent toutefois de trouver d’autres moyens de générer du travail.

Ly Sovann Lupoly et son équipe. Photo fournie
Ly Sovann Lupoly et son équipe. Photo fournie

La propagation de l’épidémie COVID-19 a touché toutes les couches de la société, mais les travailleurs indépendants de l’industrie des médias ont été parmi les plus durement touchés, car ils sont confrontés à des difficultés financières.

Production vidéo

L’un d’entre eux se nomme Ly Sovann Lupoly, un producteur vidéo indépendant qui a connu une forte baisse de sa demande pendant le verrouillage de Phnom Penh. Pourtant, il entrevoit des perspectives d’amélioration de la situation actuelle et sa carrière pourrait peut-être être relancée.

« En général, je réalise deux à trois vidéos par mois », explique Lupoly.

« Mais lorsque le verrouillage a été imposé, personne ne m’a embauché tandis que beaucoup d’autres ont reporté la production »

Pour résoudre le problème, Lupoly a cherché un emploi à temps plein, mais sans succès jusqu’à présent, car les entreprises semblaient hésiter à embaucher de nouveaux employés par crainte de contracter le coronavirus.

Originaire de la province de Koh Kong, il gagne habituellement de 100 à 1 000 dollars par projet, en fonction de l’importance du travail demandé. En moyenne, Lupoly a toujours perçu entre 1 000 et 2 000 dollars brut par mois.

Lorsqu’il était employé à plein temps, il gagnait 800 dollars par mois. Mais il rêvait de créer un jour son propre studio.

Journalisme indépendant

Sem Pisey, journaliste indépendante, explique que, bien qu’elle n’ait pas été très affectée par la pandémie, elle a tout de même dû faire face à des difficultés financières en raison de la réduction du nombre d’articles demandés par les médias auxquels elle contribue.

Sem Pisey, journaliste indépendante
Sem Pisey, journaliste indépendante

« Le prix des articles reste le même, mais le nombre d’articles acceptés a été réduit », dit-elle.

« Les directeurs de journaux m’ont dit qu’ils avaient également réduit le nombre d’articles de leurs employés à plein temps »

« Certains me versent un salaire mensuel tandis que d’autres me paient à chaque article. »

Toutefois, pour Sem Pisey, cette situation difficile pourrait avoir un côté positif, car la réduction de la charge de travail lui a donné l’occasion d’apprendre une langue étrangère et de s’inscrire à des cours de formation rapide en ligne pour élargir ses compétences.

Avant l’épidémie de COVID-19, Mme Pisey travaillait pour cinq organes de presse différents, rédigeant des articles sur l’immobilier, la construction, l’agriculture, les questions sociales, l’économie, l’éducation et des reportages. Mais deux de ces médias n’utilisent plus son travail.

Forte de dix ans d’expérience, Mme Pisey rédige également des articles sur des projets liés à la garde de jeunes enfants. Cependant, elle n’est payée que si les clients apprécient son travail.

Po Sakun & Teng Yalirozy avec l’aimable autorisation de Cambodianess

32 vues0 commentaire