Cambodge & Santé : Assurer l’accès aux vaccinations de routine pour les enfants pendant la pandémie

Comment l’UNICEF a aidé les travailleurs de proximité à protéger les enfants, même dans les zones les plus reculées et les plus difficiles d’accès.

UNICEF Cambodge/2021/Antoine Raab
UNICEF Cambodge/2021/Antoine Raab

La commune de Santepheap, dans la province de Stung Treng, est une région très isolée. Cette belle contrée, densément boisée, se trouve à la limite nord du Cambodge, proche de la frontière avec le Laos. Peu peuplés, la plupart des villages ne sont reliés que par des chemins de terre, qui se transforment souvent en rivières de boue pendant la saison des pluies.

Pourtant, les agents de santé ruraux dévoués du Cambodge ont réussi à se rendre jusque dans ces villages tout au long de l’année 2021, en veillant à ce que les communautés éloignées soient vaccinées contre le COVID-19, tout en protégeant les vaccinations de routine qui sont si importantes pour la santé et la vie future des jeunes enfants.

« Pour être honnête, il a été très difficile de se rendre dans les villages », s’amuse Phat Sovann, responsable du programme de vaccination au centre de santé de Siem Pang, juste au sud de Santepheap.

Il est de retour au centre après avoir effectué, avec son équipe de vaccination, un voyage de 32 kilomètres dans des villages habités par des personnes de la minorité ethnique Kuoy. En plus de braver les routes de terre, l’équipe a dû traverser des rivières et sortir des sentiers battus, pataugeant souvent dans la boue avec des fournitures de vaccins sur les épaules. « Nos vélos n’arrêtaient pas de tomber, mais nous avons persévéré ».

On a beaucoup parlé de l’importance des vaccins COVID-19, mais on a moins parlé la nécessité de maintenir les vaccinations de routine. L’un des nombreux effets de la pandémie a été que les restrictions mises en place pour réduire la propagation ont également limité les mouvements habituels de la population pour obtenir ces services de santé. Les vaccinations de routine ont donc été quelque peu perturbées, car les habitants des régions éloignées ne pouvaient pas amener leurs enfants dans les centres de santé.

Lorn Chan Phal, chef du programme de vaccination du département provincial de la santé de Stung Treng, parle de ce défi.

« Tous les centres de santé ont un programme mensuel de sensibilisation pour fournir des services de vaccination de routine et de maternité sans risque, en utilisant le budget national. Cependant, cela ne suffit pas pour atteindre ces villages difficiles d’accès »

Conscients de l’urgence de rattraper le retard et de s’assurer que ces enfants bénéficient d’une protection contre des maladies telles que la rougeole, la diphtérie et la typhoïde, l’UNICEF et ses partenaires ont travaillé en étroite collaboration avec le Programme national de vaccination du ministère cambodgien de la Santé.

L’UNICEF a apporté un soutien supplémentaire aux équipes de soins de santé de Stung Treng et de quatre autres provinces du Nord-Est, afin qu’elles puissent accroître leur capacité à fournir des vaccinations de routine aux enfants âgés de 0 à 2 ans, parallèlement à d’autres services de santé, notamment les soins pour une maternité sans risque et les vaccinations COVID-19 pour les adultes.

La tâche était souvent décourageante. Le personnel de santé de proximité a souvent effectué des heures supplémentaires pour s’assurer que les communautés les plus éloignées bénéficient des services. Il a fallu six jours entiers à l’équipe de proximité pour assurer les vaccinations de routine et les soins prénataux à 837 personnes dans les six villages de la commune de Santepheap.

« Mais si nous ne nous rendons pas dans des endroits comme cette commune de Santepheap, tous ces petits enfants et ces femmes ne recevront pas leurs services de santé et leurs vaccinations de routine à temps », explique M. Phat.

© UNICEF Cambodge/2021/Navy Kieng
© UNICEF Cambodge/2021/Navy Kieng

« Nous étions très motivés, car nous savions que certains enfants avaient manqué les vaccinations de routine auparavant. »

Bien que fatiguée après son voyage, l’équipe était fière du travail accompli. Ils savaient, en parlant aux parents des communautés, à quel point ces derniers étaient reconnaissants des efforts exceptionnels que les équipes avaient déployés.

Moung Toeur en est un exemple, mère d’une petite fille de 10 mois qui a été vaccinée contre la diphtérie, la typhoïde et la rougeole. Elle dit avoir été très heureuse lorsque le chef du village lui a annoncé que l’équipe de soins de santé allait bientôt venir dans son village.

« Notre village est trop éloigné du centre de santé le plus proche et la route est très difficile à parcourir en ce moment », explique Mme Moung.

« Si l’équipe de sensibilisation n’était pas venue dans mon village, ma fille n’aurait peut-être pas eu l’occasion de se faire vacciner, car elle est trop petite pour emprunter cette longue route difficile pendant la saison des pluies. Je tiens vraiment à remercier l’équipe qui a fait de gros efforts pour atteindre des villages comme le mien. »

C’est en effet grâce à leurs efforts que le Cambodge, alors qu’il se remet de la pandémie, peut le faire en sachant que ses enfants ont également été protégés contre d’autres maladies en grandissant. L’UNICEF est fier de continuer à soutenir le ministère de la Santé et ses nombreuses équipes de proximité pour maintenir les vaccinations de routine : c’est l’une des réussites les moins connues de la pandémie, mais elle est importante.

Navy Kieng. UNICEF Cambodge