Cambodge : Négociations difficiles à propos du salaire minimum chez les travailleurs du textile

Les employeurs du textile sont déterminés à réduire le salaire minimum cambodgien, tandis que les travailleurs exigent davantage. Les deux parties affirment que leurs propositions sont nécessaires pour se remettre de la pandémie.

Rarement une telle divergence n’a été observée entre les propositions de salaire minimum soumises par les employeurs et les syndicats
Rarement une telle divergence n’a été observée entre les propositions de salaire minimum soumises par les employeurs et les syndicats. Photo ILO

Les négociations ont repris autour du salaire national cambodgien, mais les propositions de salaires des quelque 600 000 travailleurs de l’habillement, du textile et de la chaussure du pays sont plus que jamais contestées, la pandémie de COVID-19 ayant fait des ravages tant chez les employés que dans les industries d’exportation.

Rarement une telle divergence n’a été observée entre les propositions de salaire minimum soumises par les employeurs et les syndicats. Ces derniers ont demandé une augmentation de 22,20 dollars, passant des 192 dollars mensuels actuels à 214,20 dollars, tandis que les employeurs espèrent ramener le salaire minimum à un niveau inférieur à celui d’avant la pandémie, soit 183,40 dollars, ce qui représente une baisse de 4,4 %.

Ces propositions ont été discutées lors du deuxième cycle de négociations sur le salaire minimum de l’année à venir, le 14 septembre, mais les deux parties demeurent résolument opposées à leurs propositions respectives.

Ath Thorn, président de la Confédération cambodgienne du travail, a déclaré que les employeurs devraient augmenter les salaires des travailleurs de manière appropriée, car le marché cambodgien semble revenir à la normale.

« Si les salaires ne sont pas augmentés de manière appropriée, les travailleurs seront confrontés à encore plus de difficultés », a-t-il déclaré.

« Les employeurs devraient au moins augmenter les salaires de manière plus appropriée que les années précédentes »

Entre 2020 et 2021, le salaire minimum du Cambodge n’a augmenté que de 2 dollars, passant de 190 à 192 dollars par mois, mais cela s’est fait après que l’Association des fabricants de vêtements du Cambodge (GMAC) ait exercé une pression sur le gouvernement, en insistant sur un gel du salaire minimum au milieu de la pandémie de COVID-19.

L’augmentation du salaire minimum de l’année dernière a été considérée par les travailleurs comme insuffisante face à l’augmentation du coût de la vie et à l’accroissement des dettes contractées pour survivre — surtout en comparaison avec l’augmentation de 8 dollars du salaire minimum prévue entre 2019 et 2020.

L’augmentation, la réduction ou le maintien du salaire minimum seront déterminés lors d’une troisième réunion entre les représentants des travailleurs, des employeurs et du gouvernement.

Heng Sour, porte-parole du ministère du Travail, a refusé de commenter les négociations en cours.

Réduire les salaires pour sauver les entreprises

Le secrétaire général du GMAC, Ken Loo, a qualifié de « grotesque » la demande des syndicats d’un salaire minimum de 214,20 dollars, arguant que le secteur de la confection a énormément souffert de la pandémie et que l’augmentation du coût des activités commerciales ne pourrait supporter une nouvelle hausse du salaire minimum.

« Leurs affirmations selon lesquelles le secteur est plus rentable que jamais sont grotesques, tout est devenu plus imprévisible et il est clair que les entreprises absorbent des coûts supplémentaires pour assurer la sécurité des travailleurs », a déclaré M. Loo, ajoutant que les masques, le désinfectant pour les mains et d’autres précautions pour se prémunir contre les infections font augmenter les coûts pour les entreprises.

Ken Loo, secrétaire général de l'Association des fabricants de vêtements du Cambodge (GMAC), dans une usine à Phnom Penh le 28 juillet 2016 (VOA)
Ken Loo, secrétaire général de l'Association des fabricants de vêtements du Cambodge (GMAC), dans une usine à Phnom Penh (VOA)

Il a également noté que le Cambodge figurait parmi les seuls pays producteurs de vêtements à envisager d’ajuster son salaire minimum et s’est dit surpris que le salaire minimum ait augmenté en 2021, étant donné qu’il avait été gelé chez d’autres pays producteurs de vêtements.

« Il n’y a rien de personnel, nous travaillons selon les critères prescrits par la loi et notre proposition de salaire est basée sur des données, je ne comprends pas le raisonnement des travailleurs, les exportations ont clairement diminué de 10 % », a-t-il déclaré.

Le ministère du Travail a annoncé en juillet 2021 que les exportations de vêtements, textiles et chaussures du Cambodge pour les six premiers mois de l’année étaient évaluées à 3,7 milliards de dollars, soit une baisse de 5,4 % par rapport à la même période en 2020.

« Nous devons comprendre qu’il s’agit de sauver les entreprises », a déclaré M. Loo. « S’il n’y a pas d’entreprise, il n’y a pas de salaires. Oui, nous avons vu des licenciements, des réductions de salaire et d’autres mesures pour sauver les entreprises et ce n’est pas idéal, mais c’est mieux que rien. »

Le secteur cambodgien de l’habillement a souffert de la pandémie : environ 450 usines auraient suspendu leurs activités dans une certaine mesure et 83 autres auraient entièrement fermé leurs portes.
Le secteur cambodgien de l’habillement a souffert de la pandémie : environ 450 usines auraient suspendu leurs activités dans une certaine mesure et 83 autres auraient entièrement fermé leurs portes.

Mais alors que les principales destinations d’exportation du Cambodge commencent à rouvrir leurs portes grâce au succès des campagnes de vaccination et à la baisse des cas de COVID-19, la Banque asiatique de développement (BAD) a suggéré dans un récent rapport que les exportations cambodgiennes de vêtements devraient rebondir.

Tout en notant que la croissance économique s’était contractée à seulement 2,3 % en 2020, la BAsD prévoyait initialement une hausse de la croissance à 5,5 % en avril 2021 en raison de la réouverture des économies des principaux partenaires commerciaux, bien que cette prévision ait été ramenée à un niveau plus modeste de 4 % en septembre 2021 par cette même BAsD.

Les travailleurs luttent pour survivre

Le gouvernement estime que près de 150 000 emplois ont été perdus dans le secteur et que ceux qui ont conservé leur emploi ont subi des baisses de salaire allant jusqu’à 50 %. Dans l’ensemble du secteur et au-delà, des accusations d’intimidation des syndicats ont été lancées.

La pandémie a poussé les travailleurs de l’habillement cambodgiens au désespoir. En effet, les restrictions imposées par le COVID-19 et le refus des usines de payer correctement leurs employés ou de leur accorder les avantages contractuels ont fait grimper en flèche l’endettement et les énormes difficultés des 650 000 travailleurs de l’habillement du pays.

Dans ce contexte, la lutte pour l’ajustement du salaire minimum est devenue plus animée que d’habitude, les employés et les employeurs cherchant désespérément à se remettre de la tourmente provoquée par la pandémie de COVID-19.

« Il est difficile de voir comment les travailleurs pourraient survivre avec cela », a déclaré Patrick Lee, un consultant juridique du groupe de défense des droits des travailleurs CENTRAL, lorsqu’on lui a demandé ce qu’il pensait du salaire minimum de 183,40 dollars proposé par les employeurs.

« Un ouvrier de la confection qui loue une chambre à Phnom Penh paie probablement entre 30 et 50 dollars par mois de loyer. À 183,40 dollars par mois, il lui reste entre 153 et 133 dollars par mois, soit 4 à 5 dollars par jour à dépenser dans le mois, et ces 4 à 5 dollars par jour doivent être utilisés pour couvrir la nourriture, les services publics, le remboursement de la dette, le transport, les frais de santé, les dépenses scolaires de leurs enfants et plus que probablement l’argent pour soutenir leurs parents », a-t-il déclaré.

« Ce n’est pas un véritable salaire de subsistance »

M. Lee a noté que la pandémie avait mis la pression à la fois sur les travailleurs et les usines, mais il a fait l’éloge des travailleurs de l’habillement du Cambodge pour avoir enduré l’insécurité de l’emploi, l’incertitude sur les paiements et bravé le risque d’infection afin de gagner leur vie.

« Les travailleurs de l’industrie de la confection ont été exposés à un risque énorme d’infection par le COVID-19, beaucoup ont travaillé plus de dix heures par jour ainsi que le dimanche, et c’est ainsi que les employeurs veulent les remercier de leurs sacrifices, avec une réduction de salaire », ajoute M. Lee.

Les marques sont invitées à agir sur les conditions de travail au Cambodge

Alors que le GMAC soutient que l’abaissement du salaire minimum n’affectera pas les travailleurs ayant des contrats existants qui garantissent toujours un salaire supérieur ou égal aux 192 dollars convenus pour 2021, le CENTRAL et d’autres groupes de défense des droits des travailleurs ont déjà découvert « des tactiques de déréglementation dans le secteur de l’habillement », qui ont entraîné une détérioration des conditions d’emploi, une plus grande insécurité et une diminution du pouvoir collectif d’organisation.

Le Workers' Rights Consortium a signalé qu’en avril 2021, 10 usines au Cambodge avaient fermé ou licencié des employés et devaient collectivement 23 441 074 dollars de salaires et d’avantages sociaux impayés.
Le Workers' Rights Consortium a signalé qu’en avril 2021, 10 usines au Cambodge avaient fermé ou licencié des employés et devaient collectivement 23 441 074 dollars de salaires et d’avantages sociaux impayés.

En tant que tel, le recours à des contrats à durée déterminée — qui rendent les travailleurs facilement remplaçables pour des motifs autrement inadmissibles en vertu du droit du travail cambodgien — pourrait voir de nombreux travailleurs voir leur contrat résilié pour être réembauchés au nouveau salaire minimum, potentiellement inférieur.

Dans cette optique, M. Lee a appelé les marques internationales qui achètent des produits fabriqués au Cambodge à intervenir et à s’attaquer aux problèmes qui sévissent dans le secteur de l’habillement.

« Je pense qu’il est temps que les marques internationales de vêtements viennent à la table de ces discussions sur le salaire minimum », a-t-il conclu.

« Beaucoup d’entre elles ont réalisé des millions, voire des milliards de dollars de bénéfices pendant la pandémie. Il est temps pour elles de commencer à contribuer directement aux salaires des travailleurs afin de leur assurer un niveau de vie décent. »

Mao Sopha et Gerald Flynn avec l’aimable autorisation de Cambodianess