Cambodge : Mme Sherman appelle à la « réouverture de l’espace civil et politique »

NDLR : Rien de très nouveau à l’issue de la rencontre du Premier ministre cambodgien avec la secrétaire d’État adjointe américaine Wendy Sherman à propos des quelques points de friction qui affectent les relations diplomatiques entre les deux états. Les USA soucieux de l’espace politique et de l’influence chinoise et le Cambodge qui aimerait en finir avec la dette de guerre et apparemment déterminé à ne pas effectuer de changement drastique dans sa politique étrangère. Le Premier ministre a d’ailleurs bien laissé entendre qu’il existait peu d’alternative à Chine qui demeure le premier investisseur et partenaire d’aide au développement. À la fin du jour, USA et Cambodge continueront d’entretenir des relations commerciales fructueuses et en pleine croissance ces derniers mois.

Mme Sherman appelle à la « réouverture de l’espace civil et politique »
Wendy Sherman lors de sa rencontre avec le Premier ministre Hun Sen, le 1er juin. Photo de SPM Facebook.

À la fin de sa tournée en Asie du Sud-Est, la secrétaire d’État adjointe américaine Wendy Sherman a rencontré le Premier ministre Hun Sen et a appelé à la libération des personnalités de l’opposition politique.

Le 1er juin, Wendy Sherman a rencontré le Premier ministre Hun Sen à Phnom Penh dans le cadre de sa tournée diplomatique en Asie du Sud-Est du 25 mai au 4 juin, mais Mme Sherman aura seulement passé une journée au Cambodge.

Si les relations entre les États-Unis et le Cambodge se sont dégradées ces dernières années à la suite de la dissolution du Parti du sauvetage national du Cambodge et d’accusations de répression des droits civiques qui s’en est suivie, Mme Sherman a souligné que les États-Unis restaient attachés au peuple cambodgien, rappelant le rôle de son pays dans la signature de l’accord de paix de Paris en 1991 et les trois milliards de dollars d’aide au développement que les États-Unis ont fourni au Cambodge depuis lors.

Après ce qu’elle a appelé une rencontre « franche » avec Hun Sen, le département d’État américain a publié le même jour une déclaration décrivant les domaines de coopération et les questions sur lesquelles les deux pays peinent à s’entendre.

L’accueil par le gouvernement cambodgien d’experts américains du Centre de contrôle et de prévention des maladies et l’objectif commun des deux pays de s’attaquer à la pandémie de COVID-19 et à ses implications sociales et économiques ont été salués par Mme Sherman, mais de sérieuses préoccupations ont été soulevées quant à la souveraineté du Cambodge.

Ces préoccupations, selon le communiqué, découlent des questions litigieuses entourant la base navale de Ream et du niveau d’implication de la Chine dans le développement de ce qui, selon les États-Unis, pourrait devenir un bastion de la marine chinoise.

Selon le communiqué, M. Sherman a :

« exhorté les dirigeants du Cambodge à maintenir une politique étrangère indépendante et équilibrée, dans l’intérêt du peuple cambodgien »

Mme Sherman a également souligné l’importance des droits de l’homme et de la protection des libertés fondamentales, qui font partie intégrante des relations bilatérales entre les États-Unis et le Cambodge. Elle a réitéré les appels lancés à plusieurs reprises pour que le gouvernement cambodgien abandonne les accusations contre des opposants politiques, des journalistes et des militants.

Le bilan du Cambodge en matière de droits de l’homme a récemment fait l’objet d’un examen international minutieux, le gouvernement ayant été accusé d’utiliser la pandémie de COVID-19 comme couverture pour réprimer la dissidence et consolider le pouvoir du Parti du peuple cambodgien au pouvoir par une législation draconienne.

Phil Robertson, directeur adjoint de Human Rights Watch pour l’Asie, a déclaré :

« En tant que plus haut responsable américain à se rendre au Cambodge depuis près de dix ans, Sherman devrait critiquer fermement et publiquement la destruction massive de la démocratie, de la liberté des médias et des droits de l’homme par le Premier ministre Hun Sen »

Robertson a demandé à Mme Sherman de faire pression pour la libération des prisonniers politiques, notamment Kem Sokha, leader du Parti du sauvetage national du Cambodge, et d’abandonner les poursuites contre les manifestants pacifiques et autres activistes qui ont été emprisonnés au cours de l’année 2020.

« Toute idée d’une approche douce et gentille à l’égard du gouvernement cambodgien est à la fois malavisée et moralement ruinée face aux violations systématiques des droits commises quotidiennement par le gouvernement dans tout le pays », a ajouté Robertson.

Si Mme Sherman a appelé le gouvernement cambodgien à ouvrir l’espace civil et politique dans la perspective des élections communales de 2022 et des élections nationales de 2023, il est difficile de savoir quel impact ses paroles ont eu sur le Premier ministre.

Une déclaration du ministère des Affaires étrangères et de la Coopération internationale publiée le 2 juin ne fait aucune mention des demandes de Sherman concernant les libertés politiques au Cambodge. Cependant, le communiqué du gouvernement sur la rencontre entre Sherman et Hun Sen a très succinetement abordé la question de la base navale de Ream en déclarant :

« S.E. Hun Sen aune fois de plus clarifié la situation à la base navale de Ream et réitéré la forte détermination du gouvernement royal du Cambodge à maintenir et protéger son indépendance, sa neutralité et sa souveraineté en politique intérieure et étrangère »

Bien qu’il n’ait fait aucune promesse de rétablir les libertés politiques et les droits fondamentaux de son peuple, le Premier ministre a suggéré que les États-Unis envisagent de convertir 70 % de la dette du Cambodge en aide au développement qui, selon la déclaration, pourrait être consacrée à « l’éducation, la culture et le retrait des mines et des munitions non explosées. »

Après avoir passé la journée avec le chef du gouvernement royal, des hauts fonctionnaires cambodgiens et le personnel diplomatique américain à l’ambassade des États-Unis à Phnom Penh, Mme Sherman a consacré la soirée à une rencontre avec des acteurs de la société civile et avec le chef de l’opposition, Kem Sokha. Selon le communiqué du département d’État, les deux hommes ont discuté de :

« questions d’importance partagée avec les États-Unis, notamment la garantie d’un avenir pacifique, prospère, souverain et démocratique pour le Cambodge »

Le directeur exécutif du Centre cambodgien des droits de l’homme (CCDH), Chak Sopheap, qui a rencontré Mme Sherman dans la soirée du 1er juin, a déclaré que cette dernière partageait les mêmes inquiétudes quant au fait que le Cambodge s’écarte de l’esprit de l’Accord de paix de Paris — le mois d’octobre marquera le 30e anniversaire de la signature de cet accord.

« En tant que signataire de l’accord, les États-Unis et les autres parties prenantes devraient continuer à attacher de l’importance à l’édification de la société, non seulement en l’absence de guerre, mais aussi à la consolidation de la paix, notamment en garantissant des élections libres et équitables et le rétablissement de la situation des droits de l’homme, en particulier des libertés fondamentales », a déclaré Sopheap.

Les défis auxquels est confrontée la société civile, notamment les militants arrêtés et inculpés en raison de leur activisme, comme Rong Chhun, deux anciens journalistes de Radio Free Asia et de jeunes militants écologistes, ont été inculpés et détenus — ils devraient être libérés et les charges devraient être abandonnées, a-t-elle ajouté.

Phoung Vantha avec l’aimable autorisation de Cambodianess