Cambodge & Licadho : Les communautés foncières endettées du royaume prennent la parole

La Licadho (Cambodia League for the promotion and defense of Human rights) appelle les pouvoirs publics à faire pression sur le secteur de la micro-finance afin d’alléger davantage les charges de remboursement durant cette crise sanitaire.

Illustration Licahdo
Illustration Licadho

Right to Relief est un appel à une action immédiate de la part des fournisseurs de microcrédits — tant les institutions de microfinance (IMF) que les banques — ainsi que de leurs investisseurs internationaux, y compris les banques de développement d’Europe et des États-Unis.

L’objectif est d’enquêter sur l’ampleur des violations des droits de l’homme et de soulager les emprunteurs qui ont souffert des pratiques prédatrices de prêt et de recouvrement. Les recherches couvrent huit provinces du Cambodge, et chaque profil de communauté contient des informations sur la formation de la communauté en réponse à un conflit foncier, et sur la menace que le surendettement fait peser sur la sécurité foncière et autres.

Un site Web récent présente les points forts des 14 profils communautaires, tandis qu’un dossier PDF du rapport contient des profils plus complets et des informations supplémentaires sur le projet.

En décembre 2020, on totalisait 2,8 millions de prêts au Cambodge suivis par la Cambodian Microfinance Association (CMA), pour un total de 11,8 milliards de dollars américains. Il s’agit des prêts des IMF enregistrées ainsi que du « petit » portefeuille de plusieurs banques cambodgiennes. Parmi ces « micro-crédits », le montant moyen d’un prêt était de 4 280 dollars — un chiffre impressionnant, supérieur à 95 % du revenu moyen annuel des Cambodgiens. Cette croissance inconsidérée a entraîné un surendettement généralisé, et une grande partie de ce portefeuille est garantie par les titres fonciers des emprunteurs.

Comme l’ont montré des recherches antérieures menées par des ONG locales de défense des droits de l’homme, les IMF cambodgiennes pratiquent des taux d’intérêt élevés, exigent des titres fonciers comme garantie et ciblent les clients pauvres, vulnérables à la perte de leurs terres. Ces pratiques prédatrices ont permis aux IMF et à leurs partenaires de prêt étrangers de réaliser d’immenses profits et ont eu un impact négatif sur la sécurité foncière des Cambodgiens, notamment des communautés vulnérables.

Cette recherche montre également que les options proposées par les banques et les IMF pour restructurer ou retarder les remboursements des microcrédits pendant la période COVID-19 sont insuffisantes et n’ont pas réussi à empêcher les ventes forcées de terres ou d’autres abus de se produire pendant la pandémie alors que les revenus de nombreux Cambodgiens ont chuté, affectant leur capacité de remboursement.

« Les options proposées par les banques et les IMF pour restructurer ou retarder les remboursements des microcrédits n’ont pas permis d’empêcher les ventes forcées de terres ou d’autres abus pendant la pandémie »

Les communautés sont confrontées à un certain nombre d’abus liés à leur dette de microfinance. Les raisons les plus répandues pour contracter des prêts sont le remboursement d’autres dettes, les soins de santé, la construction d’une maison, l’agriculture et le paiement de l’éducation d’un enfant. Les conséquences les plus courantes des microcrédits sont la nécessité d’emprunter auprès d’usuriers, la diminution de la consommation alimentaire, la vente de biens, la vente de terres, le travail des enfants et la migration liée à l’endettement.

Pendant ce temps, les agents de crédit qui opèrent dans ces communautés se livrent à des pratiques de prêt et de recouvrement agressives, font pression sur les ventes de terres, menacent les emprunteurs qui sont en retard dans leurs remboursements et encouragent le recours à des prêteurs privés.

Ces communautés ont toutes été confrontées par le passé à des conflits fonciers liés à des entreprises ou à des individus puissants qui les ont évincés de leurs terres. Bon nombre de ces conflits découlent des plus de deux millions d’hectares de terres accordés à des sociétés privées sous la forme de concessions foncières à des fins économiques (ELC). Cette recherche montre qu’après des années et, dans certains cas, plus d’une décennie de lutte et de défense de leurs droits fonciers, la sécurité foncière des communautés est à nouveau menacée par la crise du surendettement dans le secteur du microcrédit.

Sans le droit à l’allègement, les emprunteurs continueront à être confrontés à la faim, au travail des enfants, à la migration, aux ventes forcées de terres et à de nombreuses autres violations des droits de l’homme induites par la dette.

Licadho

32 vues0 commentaire