Cambodge & Culture : Stop à la cupidité des marchands d’antiquités khmères

Les autorités judiciaires de New York ont annoncé que 27 pièces d’antiquités khmères seraient renvoyées dans leur pays d’origine.

27 pièces d’antiquités seront renvoyées au Cambodge
27 pièces d’antiquités seront renvoyées au Cambodge. Photo fournie

Le procureur du district de Manhattan, Cy Vance Jr., a annoncé la semaine dernière le retour de 27 antiquités d’une valeur d’environ 3,8 millions de dollars au peuple cambodgien lors d’une cérémonie de rapatriement à laquelle ont assisté la ministre cambodgienne de la Culture et des Beaux-Arts, S.E. Dr Phoeurng Sackona, l’ambassadeur du Cambodge aux États-Unis, Chum Sounry, et l’agent spécial en charge des enquêtes de sécurité intérieure des États-Unis (HSI), Erik Rosenblatt.

« Le rapatriement de ces 27 superbes reliques au peuple cambodgien rétablit un lien important entre l’époque classique d’Angkor et les coutumes et croyances modernes du pays qui, pendant trop longtemps, a été perturbé par la cupidité des trafiquants d’antiquités volées », a déclaré le procureur Vance.

« Cet événement est un rappel fort que les individus qui pillent et vendent des objets culturellement importants commettent des crimes non seulement contre le patrimoine d’un pays, mais aussi contre son présent et son avenir. Je tiens à remercier l’unité de lutte contre le trafic d’antiquités de mon bureau et nos partenaires de Homeland Security Investigations pour leurs efforts incessants qui ont permis de restituer près de 400 trésors à 10 pays au cours de l’année écoulée. J’attends avec impatience d’autres rapatriements dans un avenir proche. »

Les autorités judiciaires de New York ont annoncé que 27 pièces d’antiquités khmères seraient renvoyées dans leur pays d’origine.
27 pièces d’antiquités khmères seront renvoyées dans leur pays d’origine. Photo fournie

« Homeland Security Investigations s’est engagé à lutter contre le pillage du patrimoine culturel et le trafic illicite de biens culturels », a déclaré l’agent spécial en charge de HSI New York, Peter C. Fitzhugh. « Aujourd’hui, plus de deux douzaines d’antiquités ont été restituées au peuple cambodgien. Bien que la valeur de ces objets sur le marché noir se chiffre en millions, ces pièces sont inestimables pour la préservation de l’histoire du Cambodge. HSI New York est fier d’avoir travaillé sur cette enquête avec le DANY qui a conduit au retour final de ces objets dans leur pays d’origine, car chaque artefact est un témoignage du riche héritage culturel du Cambodge. »

« Cette cérémonie est un hommage à la coopération entre nos deux pays pour prévenir le pillage et le trafic d’objets khmers », a déclaré W. Patrick Murphy, ambassadeur des États-Unis au Cambodge, ajoutant :

« Les États-Unis sont fiers de jouer un rôle dans la sécurisation de l’héritage culturel du peuple cambodgien »

« La politique gagnant-gagnant du gouvernement royal qui a apporté la paix au Cambodge est une base solide pour la préservation de la culture de la nation », a déclaré S.E. Dr Phoeurng Sackona, ministre de la Culture et des Beaux-Arts. « Ce rapatriement prouve que, même dans les circonstances difficiles de la pandémie de COVID-19, le Cambodge reste déterminé à retrouver et à ramener les âmes de nos ancêtres qui ont quitté leur patrie au fil des ans, y compris pendant une période de guerre. Le Cambodge remercie sincèrement et félicite le bureau du procureur du district de Manhattan, du HSI et de toutes les autorités compétentes tel que le ministère cambodgien des Affaires étrangères et de la Coopération internationale et l’ambassade des États-Unis au Cambodge. La ministre remercie également les autres personnes et institutions privées, y compris Museums Partner, qui ont apporté leur soutien à cette réalisation importante, notamment le transport de ces statues inestimables jusqu’au Cambodge pour le bénéfice du peuple cambodgien et du monde entier. »

Le cas KAPOOR

Parmi les objets restitués aujourd’hui, 24 ont été saisis dans le cadre de l’enquête sur SUBHASH KAPOOR, ainsi que trois dans le cadre de l’enquête sur NANCY WIENER.

Depuis de nombreuses années, l’unité chargée du trafic d’antiquités du procureur de Manhattan, ainsi que ses partenaires de l’HSI, enquête sur KAPOOR et ses complices pour le pillage, l’exportation et la vente illégale d’objets d’art anciens provenant du Sri Lanka, de l’Inde, du Pakistan, de l’Afghanistan, du Cambodge, de la Thaïlande, du Népal, de l’Indonésie, du Myanmar et d’autres pays.

KAPOOR et ses co-accusés faisaient généralement entrer clandestinement des antiquités pillées à Manhattan et vendaient les pièces par l’intermédiaire de la galerie de KAPOOR, Art of the Past, située sur Madison Avenue. De 2011 à 2020, le bureau du procureur et le HSI ont récupéré plus de 2 500 objets faisant l’objet d’un trafic par KAPOOR et son réseau. La valeur totale des pièces récupérées dépasse 143 millions de dollars.

Le bureau du procureur a émis pour la première fois un mandat d’arrêt contre KAPOOR en 2012. En juillet 2019, une plainte et une série de mandats d’arrêt pour KAPOOR et sept coaccusés ont été déposés et un acte d’accusation a été déposé en octobre 2019. En juillet 2020, le bureau du procureur a déposé des documents d’extradition pour KAPOOR, qui est actuellement en prison en Inde en attendant la fin de son procès en cours au Tamil Nadu.

Les trois pièces autres que possédait KAPOOR et renvoyées au Cambodge résultent de l’enquête sur WIENER, qui a été inculpé en décembre 2016 de possession criminelle de biens volés au premier degré, de possession criminelle de biens volés au second degré et de complot au quatrième degré. Entre 1999 et 2016, WIENER aurait utilisé son entreprise basée à New York, Nancy Wiener Gallery, pour acheter, passer en contrebande et vendre pour des millions de dollars d’antiquités volées en Afghanistan, au Cambodge, en Chine, en Inde, au Pakistan et en Thaïlande.

Parmi les objets rapatriés au Cambodge aujourd’hui figurent plusieurs statues bouddhistes angkoriennes et des statues hindoues telles qu’un Bouddha en bronze méditant sur un Naga, une statue de Shiva et une sculpture bouddhiste en grès de Prajnaparamita.

À la date de cette cérémonie, le bureau du procureur a restitué 390 antiquités à 10 nations depuis août 2020, dont, ces derniers mois, trois objets au Népal, une paire de statues au Sri Lanka, 13 artefacts en Thaïlande et 33 reliques en Afghanistan. Plus tôt cette semaine, le bureau du procureur a rapatrié 12 trésors en Chine lors d’une cérémonie au consulat général de Chine à New York.

Unité de lutte contre le trafic d’antiquités du procureur de Manhattan

À ce jour, l’unité de lutte contre le trafic d’antiquités du procureur de Manhattan, la première du genre, a récupéré plusieurs milliers d’antiquités volées, pour une valeur totale de plus de 175 millions de dollars. Plusieurs centaines de ces objets inestimables ont été rendus à leurs propriétaires légitimes et rapatriés dans leur pays d’origine, dont un total de 390 objets dans 10 pays depuis août 2020.

Plusieurs centaines d’autres sont prêts à être rapatriés dès que les pays concernés seront en mesure de les recevoir au milieu de la pandémie. Mais plus d’un millier doivent être retenus dans l’attente de poursuites pénales contre les trafiquants. Parmi les objets déjà restitués figurent une paire de statues de Bouddha au Sri Lanka, une stèle égyptienne en calcaire datant de 664 av. J.-C., 45 antiquités datant du IIe siècle au Pakistan ; un cercueil en or volé en Égypte au lendemain de la révolution égyptienne de 2011 ; trois statues libanaises en marbre ; une mosaïque romaine excavée des navires de Nemi ; une relique étrusque volée sur le site d’une nécropole historique connue sous le nom de « Cité des morts » ; un fragment de sarcophage en marbre ; une sculpture bouddhiste volée sur un site de fouilles archéologiques ; une paire de statues indiennes du 12e siècle ; une collection de statues en bronze du 8e siècle av. J.-C., et un ensemble de pièces de monnaie grecques anciennes, entre autres.

Le procureur adjoint Matthew Bogdanos, avocat principal de première instance et chef de l’unité de trafic d’antiquités, s’est chargé de la récupération des artefacts avec les analystes d’enquête Alyssa Thiel et Apsara Iyer et les agents spéciaux John Paul Labbat et Brenton Easter.

Le procureur Vance a remercié le HSI New York et S.E. Sackona pour leur aide dans cette affaire.

Source : Ambassade des Etats-unis au Cambodge

0 commentaire