Cambodge & Cinéma : « Same same but different », une belle histoire écrite par la vie

« Same same but different » raconte l’histoire d’amour insolite et émouvante entre un jeune allemand et une fille de bar à Phnom Penh.

Sur un thème où l’on pouvait s’attendre soit au cliché soit à une énième histoire semi-glauque dont le dénouement serait forcément tragique ou mélodramatique, le réalisateur Detlev Buck s’en sort plutôt bien, restitue une atmosphère du Phnom Penh de l’époque plutôt réaliste et livre une narration qui évite justement les clichés du genre et suit la quête d’amour de ces deux jeunes que tout sépare avec un regard juste, tendre et émouvant.

La vie

Oui, tout sépare les deux tourtereaux, Benjamin (David Kross) et Srey Keo (Apinya Sakuljaroensuk), il est occidental, vient de terminer ses études et son voyage au Cambodge n’est qu’une quête d’aventure ; elle est pauvre, séropositive et ne se berce pas d’illusions sur l’issue de sa relation avec son boy-friend allemand. Mais, malgré cela, ils tombent amoureux et, lorsque Ben retourne dans son pays, il ne pense qu’à une chose : se battre pour Srey Keo et en assumer la responsabilité. Et il ira jusqu’au bout.

Biographie

On pourrait penser qu’il s’agit de pure fiction tant une relation amoureuse entre un Occidental et une prostituée asiatique, de surcroît séropositive, laisse présager une aventure très compliquée. Non, ce film est une belle histoire écrite par la vie : en février 2006, le journaliste Benjamin Prüfer publie son histoire d’amour avec une prostituée cambodgienne dans un magazine allemand. Le nombre impressionnant de réactions des lecteurs le pousse à écrire le roman autobiographique « Same same but different » en 2007. Le réalisateur Detlev Buck alors en quête d’une histoire d’amour, et uniquement d’amour, sautera sur l’occasion et le film sortira en 2009.

Reproches

Lors de sa sortie, les réactions ont été mitigées. On a d’abord reproché au réalisateur d’avoir fait appel à une actrice thaïlandaise pour incarner une Cambodgienne. Certains ont trouvé le film ennuyeux avec des séquences un peu longues et une histoire parfois un peu trop fleur bleue… va savoir. Pourtant, malgré le contexte difficile imposé dès la première ligne du script, le réalisateur livre une œuvre plutôt rafraîchissante et authentique qui ne verse jamais dans le sirupeux. Mieux, certaines scènes sont réellement teintées d’un joli regard sur le Cambodge et sur ces Roméo et Juliette urbains face au quai impossible. Vrai que l’œuvre penche parfois vers une poésie fleur bleue qui, alors qu’elle pourrait totalement devenir mielleuse avec un traitement sans talent, se révèle totalement juste à travers l’œil d’un réalisateur qui a plutôt bien restitué la véritable histoire sentimentale et courageuse de Benjamin. Oui, dans la vraie vie et tout comme dans les contes pour enfants, ils se marièrent et eurent beaucoup d’enfants.

La vraie vie

Benjamin et Srey Keo se sont mariés à Phnom Penh en 2006 et se sont installés à Hambourg, où Benjamin Prüfer a travaillé comme journaliste pour le Financial Times Deutschland. En 2009, ils ont déménagé au Cambodge. Le couple a eu trois fils et a adopté une fille. Pendant son séjour au Cambodge, Benjamin a travaillé pour l’édition allemande du Huffington Post. depuis 2018, la famille vit à nouveau en Allemagne dans la ville natale de Prüfer, Darmstadt.

Film en version originale sous-titrée en anglais ici