Cambodge & Arts et Culture : Le roi lépreux ou Yama, à vous de décider ce qu’il faut croire… »

Cette statue est l’une des plus reconnaissables de l’histoire du Cambodge. Cependant, malgré sa notoriété, il y a toujours un débat sur son identité, sur ce qu’elle représente et sur la date à laquelle elle a été sculptée dans le grès et placée au sommet de la Terrasse du Roi Lépreux dans la grande cité d’Angkor Thom.

Le roi lépreux ou Yama, à vous de décider ce qu’il faut croire… »
Le roi lépreux ou Yama, à vous de décider ce qu’il faut croire… »

Pour beaucoup, elle est connue sous le nom de statue du roi lépreux, une histoire que les guides touristiques et les habitants racontent depuis des décennies.

« Cependant, pour les spécialistes, certains affirment qu’elle représente Yama, le dieu de la Mort et du Jugement, et que l’histoire du Roi Lépreux est un récit fictif, non fondé sur des faits réels. Qui a raison ? »

La statue représente un personnage masculin nu, au torse athlétique et aux cheveux plaqués, mais sans organes génitaux, très probablement pour éviter le concept de sexualité. Son visage porte une moustache et deux crocs émergent de ses lèvres. Il est représenté assis, le genou droit levé, portant probablement une masse sur l’épaule droite, comme Yama représenté sur les bas-reliefs d’Angkor Wat, tandis que son bras gauche repose sur sa jambe.

Le roi lépreux ou Yama, à vous de décider ce qu’il faut croire… »

Sous le soleil brûlant et en raison des intempéries tropicales intenses, la statue a souffert de corrosion et de plaques de lichen, donnant l’impression d’une maladie de la peau. En rapport avec son emplacement sur la terrasse royale, la légende du roi lépreux est née et a été embellie par des érudits français à la fin du XIXe siècle. Elle avait également un certain sens, car il existait des preuves de l’existence d’un roi lépreux dans un passé lointain. Cependant, les érudits s’accordent généralement à dire qu’il s’agit de Yama, car la Terrasse était utilisée pour des crémations cérémonielles et une statue du dieu de la mort fait parfaitement l’affaire. À vous de décider quelle histoire vous préférez croire.

Le roi lépreux ou Yama, à vous de décider ce qu’il faut croire… »

La statue photographiée dans la collection du Musée national est en très bon état. De près, elle est presque parfaite, mais on peut voir quelques éclats sur les doigts et les orteils et le bras gauche a été méticuleusement recollé. Ce n’est pas l’image la plus artistique, elle est en fait assez simple, ce qui a peut-être permis d’éviter le pillage ou la destruction pendant si longtemps. Elle semble être restée au sommet de la terrasse depuis sa construction, probablement au XIIIe siècle, bien qu’elle porte une inscription, écrite un siècle plus tard, qui dit : « Sa Majesté a fait une offrande sur une petite assiette à Sa Majesté Dharmadhipati-adhiraja (qui signifie Yama) ». Quiconque acceptera cette offrande sera livré aux tortures de l’enfer, et les puissants bouddhas de l’avenir ne pourront pas les libérer ». Cela pourrait signifier qu’il est daté du 14e siècle, bien que d’autres experts suggèrent qu’il est antérieur à l’Angkorien. Seul un test de datation au carbone de la pierre permettra de trouver la réponse.

Le roi lépreux ou Yama, à vous de décider ce qu’il faut croire… »

En 1967, à la suite d’une tentative de vol et par mesure de sécurité, la statue a été transportée au dépôt de la conservation d’Angkor, puis transférée au Musée national de Phnom Penh la même année. Elle a d’abord été placée au centre de la cour du musée avant d’être déplacée dans la galerie, où elle se trouve aujourd’hui. À sa place sur la Terrasse et dans la cour du musée, des copies en ciment ont été installées.

Andy Brouwer — avec la permission du Musée national du Cambodge.


174 vues0 commentaire