Cambodge & Économie : Réflexions sur les possibilités de reprise de la croissance après la pandémie

Les réflexions suivantes sur la reprise économique post-COVID-19 ne prétendent pas être une analyse macro-économique à part entière. Elles se concentrent plutôt sur certains aspects structurels et sectoriels qui reflètent la réalité appréhendée par deux experts (Asian Vision Institute et Konrad Adenauer Stiftung).

Diamond City All. Illustration  Paul Szewczyk
Diamond City All. Illustration Paul Szewczyk

Jusqu’à l’apparition de la pandémie de COVID-19, le Cambodge a connu une longue période de croissance vigoureuse. Elle était inclusive dans la mesure où elle offrait pour la première fois à des centaines de milliers de personnes un emploi et un revenu dans le secteur formel de l’économie. Avec la pandémie, il est devenu évident que la structure de l’économie cambodgienne offrait peu de résistance aux chocs extérieurs. Toutefois, la pandémie permet également au gouvernement cambodgien de tirer des conclusions précieuses et d’élaborer des programmes visant à accroître la résilience future du pays face à de tels chocs.

Transfert de fonds

En tant que mesure à court terme, le programme de transfert de fonds s’est avéré extrêmement utile. Il pourrait bien servir de tremplin à une structure permanente, un régime d’assurance sociale à couverture universelle. Cette structure pourrait et devrait également couvrir les urgences médicales individuelles, qui conduisent souvent à l’endettement et à la pauvreté continue des membres les plus vulnérables de la société. Mais qu’il n’y ait aucun doute : de tels régimes ne sont pas gratuits ; ils nécessitent un financement permanent. De plus, pour bénéficier de la protection d’une assurance sociale, ceux qui reçoivent la protection du système sont les mêmes qui devront l’entretenir en y contribuant régulièrement.

Microfinance

Pendant la crise, le secteur de la microfinance a fait l’objet d’une attention particulière. Un système de microcrédit qui fonctionne bien peut être très utile pour un pays comme le Cambodge. Il peut fournir des crédits aux agriculteurs et aux petites entreprises qui n’ont pas accès au secteur bancaire, et il offre une alternative aux emprunts auprès des usuriers. Cependant, la crise du COVID-19 a révélé des problèmes à court terme ainsi que des déficiences structurelles. Il semble que les problèmes à court terme soient en passe d’être résolus par la Cambodia Microfinance Association et les organisations de la société civile.

« Mais pour qu’il reste bénéfique, fonctionnel et pertinent pour la croissance économique à long terme, certains experts suggèrent une réglementation plus stricte du secteur de la microfinance »

Il ne suffit peut-être pas que les règlements internes des entreprises et l’autogestion guident exclusivement les opérations de ces institutions. En outre, les experts recommandent d’améliorer la culture financière générale de la population afin qu’elle prenne conscience et mesure les conséquences de s’endetter lourdement, elle et sa famille. La troisième question à débattre est de savoir si les titres fonciers doivent être interdits comme garantie des microcrédits. Les titres fonciers donnés en garantie pourraient inciter les institutions de microfinance à se préoccuper moins de la capacité des clients à rembourser le prêt.

Rien ne garantit que le modèle de croissance passé du Cambodge retrouve sa force d’antan. Le besoin de modernisation et de diversification des structures économiques se fait sentir depuis un certain temps. Mais quels secteurs peuvent être les moteurs de la croissance future ?

Agriculture

Le secteur agricole offre un potentiel important, mais jusqu’à présent, la mécanisation est limitée, la productivité est faible et la production est axée sur le marché intérieur. Dans le même temps, des opportunités intéressantes existent en matière d’exportations vers les marchés étrangers. Libérer ce potentiel n’est certainement pas facile, comme l’ont montré les négociations sur les exportations de mangues vers le Japon ou la Chine. Cela exige du temps, des efforts et des ressources de la part de toutes les parties.

En outre, la conquête des marchés internationaux ne se fait pas du jour au lendemain.

Un aspect important est l’accès à l’information pour les producteurs et les négociants. Seules des données actualisées et complètes sur la demande potentielle du marché, les clients, les réglementations phytosanitaires et autres réglementations d’importation, les canaux de transport et les réseaux de distribution permettent une exportation durable des produits.

Campagne cambodgienne. Illustration  Paul Szewczyk
Campagne cambodgienne. Illustration Paul Szewczyk

En ce qui concerne les marchés allemand et européen, des efforts sont en cours pour établir un système de soutien à l’exportation au Cambodge qui fournira des informations sur tous ces aspects. L’intention est de rendre ce système pleinement opérationnel dès que les restrictions actuelles imposées par la COVID-19 seront levées. Un autre aspect consiste à remonter la chaîne de valeur et à développer les capacités d’agro-transformation au Cambodge. Par exemple, si vous pouvez trouver des légumes en conserve du Pérou dans les supermarchés de Phnom Penh, pourquoi serait-il impossible de trouver des produits cambodgiens dans les supermarchés de Berlin, Hambourg ou Munich ?

Industrie

La fabrication industrielle est une autre option à explorer. Utilisée stratégiquement, elle ouvrira la porte à l’intégration de la chaîne de valeur mondiale, y compris la possibilité de passer progressivement des technologies de bas niveau à celles de niveau moyen. Cette approche pourrait fonctionner pour des industries telles que les composants automobiles, les produits électriques ou les produits d’ingénierie. Elle pourrait nécessiter des incitations fiscales pour encourager les investisseurs étrangers à établir une base de production au Cambodge.

Elle aura certainement besoin d’une main-d’œuvre qualifiée dont les compétences seront déterminées par la demande. La combinaison de ces éléments avec le concept de zones économiques spéciales facilitant la production locale grâce aux investissements étrangers offrira un point de départ pour les réseaux de production industrielle et les grappes technologiques. La zone économique spéciale SANCO de Poipet peut servir de bon exemple.

Tourisme

Le tourisme est un autre secteur que le Cambodge pourrait vouloir développer plus systématiquement. Angkor n’a pas besoin de beaucoup de publicité. Il a plutôt besoin d’une approche politique équilibrée qui optimise son utilisation à long terme en tant que destination touristique et respecte les dimensions religieuses et culturelles de ce trésor architectural unique.

« La récente décision de ne pas poursuivre un projet de développement touristique à grande échelle dans le voisinage immédiat d’Angkor Wat semble suivre cette approche équilibrée »

Dans le même temps, la visite d’Angkor ne doit pas seulement faire partie d’un forfait régional vendu par les agences de voyage internationales. Le Cambodge a beaucoup plus à offrir. Pour développer pleinement le potentiel du pays, le Cambodge devra analyser les flux touristiques existants, l’impact économique et la durabilité future. Les défis seront la responsabilité des effets sociaux et environnementaux du tourisme, la gestion efficace des flux touristiques ou les stratégies de plus en plus numérisées pour répondre aux demandes et aux attentes des voyageurs modernes.

Textile

Malgré la pandémie et un accès limité au marché européen, l’industrie textile fournit environ un million d’emplois. Si elle est bien gérée, elle continuera à le faire pendant longtemps. La formation professionnelle et la prise en compte des normes environnementales et sociales internationalement reconnues sont probablement les deux facteurs les plus importants sur lesquels le Cambodge doit continuer à travailler s’il veut que son industrie textile reste compétitive.

Dans le même temps, il convient de noter que la Commission européenne a considérablement assoupli la proposition initiale concernant le retrait du libre accès au marché dans le cadre du programme TSA. Il a été payant pour le Cambodge d’aborder les questions avec la Commission européenne à Bruxelles. Un nouvel engagement proactif avec la Commission de l’UE à Bruxelles pourrait ouvrir la voie à une restitution complète du système préférentiel TSA, dont le Cambodge a largement bénéficié.

Golden Sixties 

On a beaucoup écrit sur les « années dorées » du Cambodge durant l'ère du Sangkum. Mais peut-être ces années n’étaient-elles pas si dorées que cela après tout. L’économie cambodgienne de l’époque était largement alimentée par des fonds étrangers. En d’autres termes, les « Golden Sixties » étaient une sorte d’illusion non durable. Aujourd’hui, en revanche, le Cambodge dispose d’une base de production viable et du potentiel nécessaire pour s’intégrer aux chaînes de valeur régionales et internationales. Aujourd’hui, si les ressources disponibles sont utilisées de manière productive, la croissance durable et inclusive ne sera plus une illusion.

Christian Berger et Stefan Hanselmann

Asian Vision Institute et Konrad Adenauer Stiftung. Mekong Connect.

0 commentaire