Cambodge & Économie : Le Royaume appelle à un effort mondial en faveur de l’investissement durable

L’intensification de la concurrence géopolitique entre les grandes puissances entraîne des répercussions négatives de grande ampleur sur les flux d’investissements directs étrangers (IDE) dans le monde entier, et bien que la crise Covid-19 s’éternise, elle donne un élan sans précédent à la révolution numérique.

Le secrétaire général du Conseil pour le développement du Cambodge (CDC), S.E. Sok Chenda Sophea, prend la parole au 7e Forum mondial de l’investissement. Photo CDC
Le secrétaire général du Conseil pour le développement du Cambodge (CDC), S.E. Sok Chenda Sophea, prend la parole au 7e Forum mondial de l’investissement. Photo CDC

Il est donc plus que jamais nécessaire d’établir des liens plus étroits en matière d’investissement, afin de renforcer les différentes économies du monde et de les rendre plus résistantes et réactives à ces changements, et de construire une meilleure cohésion de la communauté mondiale.

C’est ce qu’a déclaré le secrétaire général du Conseil pour le développement du Cambodge (CDC), S.E. Sok Chenda Sophea, lors de la journée d’ouverture du 7e Forum mondial de l’investissement, qui s’est déroulé sur cinq jours la semaine dernière dans le centre diplomatique suisse de Genève. Selon le secrétaire général :

« La raison en est que le monde connait une série de changements profonds, provoqués par la transformation industrielle, les mutations technologiques, l’évolution sociétale, la concurrence géopolitique et la pandémie de Covid-19 »

« L’investissement international peut lier et renforcer les économies tout au long de ces changements, rendant la communauté mondiale encore plus solide et non plus faible. Cependant, les flux d’investissements internationaux ont changé de forme et, dans de nombreux cas, ont diminué — avec une baisse mondiale des IDE de 35 % en 2020 — ce qui met en péril leur contribution au développement durable ».

« Dans le même temps, des milliers de milliards de dollars de financement durable attendent de profiter d’un rebond des investissements directs étrangers, si des politiques et des mesures favorables sont mises en place. Ce potentiel est illustré par l’explosion des fusions et acquisitions récentes dans le monde, qui, au cours du premier semestre de 2021 seulement, a dépassé toute l’année 2020 ».

Baisse des investissements

Selon un rapport du ministère de l’Économie et des Finances, seuls 75 projets d’investissement privés en dehors des zones économiques spéciales (ZES) ont été approuvés par le CDC au cours des huit premiers mois de 2021, soit une baisse de près de 30 % en glissement annuel.

Le rapport présente un tableau général sombre pour les nouveaux investissements dans les projets hors ZES, avec de nouvelles entreprises approuvées par le CDC en janvier-août impliquant un investissement total en capital évalué à 1,106 milliard de dollars, soit moins 52,5 % en glissement annuel, et devant créer 57 000 emplois (- 32,3 % en glissement annuel).

Le vice-président de la Chambre de commerce du Cambodge, Lim Heng, attribue le déclin de ces nouveaux projets aux restrictions imposées par la pandémie en matière de circulation transfrontalière des personnes. Ces restrictions comprennent des périodes de quarantaine considérablement longues qui entravent le processus d’étude des marchés et de sélection des sites pour les entreprises potentielles, ce qui entraîne des goulets d’étranglement dans les procédures d’investissement, a-t-il déclaré.

Davantage de possibilités

Il a précédemment confié au Post que le Cambodge devrait bientôt rouvrir son économie, notant que le royaume affiche le taux de vaccination contre le Covid-19 le plus élevé de la région et que les règles de quarantaine pour les voyageurs entièrement vaccinés ont été assouplies.

M. Heng a déclaré que ces plans « ouvriront davantage de possibilités aux investisseurs de venir au Cambodge et permettront une augmentation des demandes d’investissement, tout en soutenant une reprise des approbations par les autorités compétentes ».

Cette hausse attendue des investissements sera d’autant plus prononcée au début de l’année prochaine, lorsque plusieurs accords de libre-échange régionaux et bilatéraux entreront en vigueur, a-t-il ajouté.

Toutefois, M. Heng a prévenu que le fait de prendre trop de temps pour gérer une réouverture économique réussie ne ferait que poser de nouveaux défis.

S.E. Sok Chenda Sophea estime que :

« Le Cambodge a montré qu’il s’engageait fermement à promouvoir la dimension de durabilité dans sa nouvelle loi sur l’investissement, qui prévoit un système d’incitation intelligent pour attirer des investissements plus durables dans le Royaume »

« Le Cambodge a lancé cette année une base de données des fournisseurs avec des dimensions de durabilité pour faciliter les investissements qui atteignent des objectifs durables »

« Les investisseurs peuvent passer des contrats avec des entreprises nationales qui opèrent de manière à prendre en compte l’environnement et à dispenser des formations pour le développement des compétences », a-t-il déclaré, ajoutant que la base de données « était le résultat de la coopération » entre le CDC et le Forum économique mondial.

May Kunmakara avec notre partenaire The Phnom Penh Post