Cambodge & Économie : Le PM appelle l’Asie et l’Europe à renforcer leurs relations commerciales

« La propagation du Covid-19 a entraîné une série de défis dans le monde entier, mais a également créé d’énormes opportunités, exigeant de tous les dirigeants d’Eurasie qu’ils se donnent la main dans la lutte contre la pandémie et qu’ils renforcent les investissements et les relations commerciales dans l’intérêt commun », a déclaré le Premier ministre Hun Sen.

Port autonome de Phnom Penh dans la province de Kandal. Les exportations cambodgiennes se sont élevées à 1,617 08 milliards de dollars en 2020, soit une baisse de 6,6 % en glissement annuel, et les importations à 484,70 millions de dollars, soit une baisse de 13,8 % en glissement annuel. YOUSOS APDOULRASHIM
Port autonome de Phnom Penh . Les exportations cambodgiennes se sont élevées à 1,617 08 milliards de dollars en 2020, soit une baisse de 6,6 % en glissement annuel, et les importations à 484,70 millions de dollars, soit une baisse de 13,8 % en glissement annuel. YOUSOS APDOULRASHIM

Le Premier ministre s’est exprimé par vidéoconférence lors du 1er Forum économique et commercial Asie-Europe (AEEBF1), un événement parallèle au 13e sommet virtuel Asie-Europe (ASEM13), que le Royaume accueille les 25 et 26 novembre.

Les thèmes de l’AEEBF1 et de l’ASEM13 sont, respectivement, « Transition vers une nouvelle normalité : Tirer parti des chaînes de valeur mondiales, du multilatéralisme et de la quatrième révolution industrielle » et « Renforcer le multilatéralisme pour une croissance partagée ».

Hun Sen a énuméré certains des défis à relever : le déclin des chaînes de valeur et de production mondiales, l’émergence d’un système international multipolaire et les tensions géopolitiques, une recrudescence des inégalités sociales et de la pauvreté, une accélération de la délocalisation des usines en raison des retombées des guerres commerciales et technologiques en cours, et les menaces de plus en plus dangereuses que représente le changement climatique.

« Nous savons tous très bien que la coopération Asie-Europe a contribué de manière significative au renforcement des liens entre les peuples et des liens économiques pour le développement commun.

« Dans le même temps, cette coopération recèle encore d’autres potentiels que nous devons exploiter pour promouvoir le développement socio-économique de l’Asie et de l’Europe »

« Le commerce international est une locomotive essentielle pour promouvoir la croissance économique et la création d’emplois. Avec la nouvelle tendance à l’évolution du commerce et des chaînes d’approvisionnement mondiales, je suis d’avis que les deux régions doivent accorder plus d’attention au soutien du système commercial multilatéral », a-t-il déclaré.

Les dirigeants politiques doivent mettre davantage l’accent sur « la suppression des obstacles au commerce et à l’investissement afin d’exploiter le potentiel de la coopération commerciale entre l’Asie et l’Europe », en favorisant « la libéralisation et la facilitation des échanges », a-t-il noté.

Le président de la Chambre de commerce européenne au Cambodge (EuroCham Cambodia), Tassilo Brinzer, a fait remarquer que les dirigeants eurasiens seraient enfin en mesure de participer à l’ASEM13, après les retards liés à la crise sanitaire.

Il a déclaré au Post :

« L’ASEM13 arrive enfin au Cambodge, et bien qu’il y ait eu des retards et des obstacles liés au Covid-19, je suis heureux que cet événement et les événements parallèles, tels que l’AEEBF1 et deux événements connexes d’EuroCham Cambodge, aient lieu ces jours-ci »

Il a noté que ces événements interviennent alors que le Royaume commence à sortir de la pandémie, « au moment où les accords commerciaux régionaux tels que le RCEP (Partenariat économique global régional) ou l’ALE Chine-Cambodge entrent en vigueur en janvier 2022, et au moment où le Cambodge est sur le point de prendre la présidence de l’ASEAN ».

Selon M. Galliano, le PDG de la société de services financiers Cambodia Investment Management Co Ltd, les États-Unis (30,1 % du total mondial), Singapour (14,8 %), la Chine (6,1 %) et le Japon (6 %) sont les principaux partenaires commerciaux du Cambodge.

Dans le classement continental, a-t-il précisé, 40,1 % des exportations du Royaume en valeur ont été livrées à des pays asiatiques, tandis que 34,7 % ont été vendues à des importateurs d’Amérique du Nord, et 23,4 % de marchandises à l’Europe.

Le commerce avec les États-Unis est en plein essor, puisque les exportations vers le marché nord-américain ont augmenté de 27 % en glissement annuel, ce qui représente environ 40 % des exportations cambodgiennes cette année, a-t-il précisé.

« Le commerce bilatéral avec l’Union européenne peut donc être considérablement amélioré. Le 13e sommet de l’ASEM place le Royaume sous les feux de la rampe en tant qu’hôte et constitue une excellente occasion pour le Cambodge de promouvoir son image, notamment dans les domaines du développement économique et de la prospérité, de la réduction de la pauvreté et de la distribution des revenus, ainsi que de la paix et de la stabilité », a déclaré M. Galliano.

Selon le Premier ministre Hun Sen, les pays d’Eurasie représentent environ 65 % de l’économie mondiale, et environ 55 % du commerce mondial, tandis que l’UE était le principal partenaire commercial du Cambodge en 2018, représentant 45 % des exportations du Royaume cette année-là.

La plupart de ces exportations (95,7 %) sont entrées sur le marché de l’UE dans le cadre des préférences tarifaires Tout sauf les armes (TSA), a indiqué la Commission européenne (CE). Dans l’ensemble, le Cambodge était le deuxième plus grand utilisateur des préférences TSA, derrière le Bangladesh.

Toutefois, le 12 août 2020, la CE a partiellement retiré le régime TSA au Cambodge. Cette suspension affecte un cinquième, soit un milliard d’euros, des exportations annuelles du royaume vers le bloc des 27 pays de l’UE.

S.E. Hun Sen a ajouté : « Comme la crise Covid-19 devrait s’apaiser dans un avenir proche, la promotion de la normalité des flux commerciaux, des affaires et des investissements correspondant aux nouvelles tendances mondiales est une tâche essentielle et urgente pour relancer et améliorer le développement socio-économique de l’Asie-Europe. »

May Kunmakara avec notre partenaire The Phnom Penh Post

0 commentaire