Cambodge & Économie : Le marché des produits agricoles se redresse, mais les prix restent bas

La levée du lockdown à Phnom Penh et dans la province de Takmao a redonné vie au marché pour certains agriculteurs, mais ceux-ci déplorent des prix encore trop faibles.

Agricultrice au Cambodge. Image IWMI
Agricultrice au Cambodge. Image IWMI

Les agriculteurs heureux de vendre à nouveau malgré les pertes

Chhun Heang, qui cultive du chou frisé dans la province de Kampong Cham, est l’un de ceux dont les produits sont de nouveau sur le marché. Les négociants viennent à nouveau dans sa plantation parce qu’ils peuvent à leur tour revendre à Phnom Penh.

« Sur le marché de Phnom Penh, le chou frisé se vend à 2 500 riels le kilo. Cependant, le chou frisé est vendu à 2 200 riels le kilo lorsqu’il est acheté directement à la ferme », dit-il.

Malgré les prix cassés, Heang se déclare heureux que son chou frisé et celui d’autres agriculteurs puissent se vendre.

« Les prix sont encore limites, mais c’est bien mieux qu’avant. Les commerçants achètent le chou frisé directement à la ferme, et le prix est légèrement plus intéressant, car, pendant le lockdown à Phnom Penh, ce légume était en vente à 2 000 riels le kilo, sans acheteur », explique-t-il.

Tai Song, un producteur de laitue dans la province de Kandal, explique qu’il est être en train de récolter les produits restants sur environ un demi-hectare depuis le lockdown.

« Mes laitues peuvent à nouveau être vendues. Les commerçants viennent acheter à la ferme pour seulement 800 riels par kilogramme. Bien que ce soit un prix réduit, je dois vendre pour regagner un peu d’argent », dit-il.

Il précise disposer d’environ 25 tonnes de laitues qui se vendent progressivement, ce qui lui permet de récupérer environ la moitié de son capital. Outre les achats auprès des commerçants, il vend également ses laitues à Phnom Penh.

« Je trouve mon propre marché à Phnom Penh », a déclaré Song. « Je vends dans les centres commerciaux et à domicile. De plus, les commerçants achètent maintenant trois ou quatre tonnes à la fois directement à la ferme. »

Bien que les agriculteurs parviennent à trouver un marché pour leurs produits, ils exhortent les consommateurs à soutenir les produits agricoles locaux plutôt que les produits importés. Ils estiment que les exploitants locaux connaissent les différents aspects de la production et tiennent toujours compte de la santé des consommateurs.

Khorn Nary & Teng Yalirozy avec l’aimable autorisation de Cambodianess

34 vues0 commentaire