Asie & Pacifique : Mettre fin au travail des enfants d’ici 2025

Les Nations Unies ont déclaré 2021 Année internationale pour l’élimination du travail des enfants. Chihoko Asada-Miyakawa, sous-directrice générale et directrice régionale de l’OIT pour l’Asie et le Pacifique, explique pourquoi le temps du changement est venu.

Enfant chiffonnière au Cambodge. Photo CG
Enfant chiffonnière au Cambodge. Photo CG

62 millions de mineurs travaillent dans la région Asie-Pacifique. C’est une affirmation simple à formuler, mais beaucoup plus difficile à comprendre. 62 millions d’enfants. Prenez le temps de réfléchir à l’ampleur de ce chiffre, qui correspond à peu près à tous les enfants de moins de 14 ans des Philippines, du Vietnam et du Japon réunis. Parallèlement, 28 millions d’entre eux effectuent des travaux dangereux, risquant quotidiennement leur vie et leur santé dans des secteurs tels que l’exploitation minière, l’agriculture et la construction.

Mais derrière ces chiffres, il y a des enfants isolés, qui ont tous des espoirs et des rêves pour l’avenir.

Des enfants comme Min Min, qui récupère des bouts de jade, mais rêve d’acheter sa propre maison ; Shahid, qui collecte des bouteilles en plastique usagées, mais aspire à l’éducation ; et Bhiti, qui travaille dur sur une machine à coudre, mais aspire à devenir médecin.

Partout où le travail des enfants est en vigueur, il a des conséquences dévastatrices sur l’éducation de ces derniers, sur l’acquisition de compétences et sur leurs possibilités de surmonter le cercle vicieux de la pauvreté, d’une éducation incomplète et de précarité d’emploi.

La pérennité du travail des enfants dans le monde d’aujourd’hui est inacceptable. Comme l’a récemment déclaré le directeur général de l’OIT, Guy Ryder :

« le travail des enfants n’a pas sa place dans la société. Il prive les enfants de leur avenir et maintient les familles dans la pauvreté »

La bonne nouvelle est qu’au niveau mondial, au cours des 20 dernières années, près de 100 millions de jeunes ont été arrachés au monde du travail, ce qui a permis de ramener les chiffres à 152 millions dans le monde.

Bien que les chiffres aient baissé, la tendance s’est considérablement ralentie et la pandémie de COVID-19 menace de compromettre davantage les années de progrès accomplis. Avec la fermeture des écoles et les défis de l’enseignement à distance et de la crise économique, de nombreux enfants pourraient se voir poussés à travailler pour soutenir le revenu des ménages.

Les Nations unies ont déclaré 2021 Année internationale pour l’élimination du travail des enfants. De nouvelles estimations mondiales du travail des enfants seront annoncées le 10 juin à l’occasion de la Journée mondiale contre le travail des enfants. Nous souhaitons sincèrement que la tendance à la baisse se poursuive, malgré l’impact continu du COVID-19.


L’objectif principal de cette année est de favoriser les réponses politiques et d’entreprendre des initiatives pour atteindre la cible 8.7 des objectifs de développement durable des Nations Unies.

Il s’agit de « prendre des mesures immédiates et efficaces pour éradiquer le travail forcé, mettre fin à l’esclavage moderne et à la traite des êtres humains et assurer l’interdiction et l’élimination des pires formes de travail des enfants, y compris le recrutement et l’utilisation d’enfants soldats, et d’ici 2025, mettre fin au travail des enfants sous toutes ses formes »

Lors du lancement mondial de l’Année internationale en janvier 2021, les agences des Nations unies, les gouvernements des différents continents, les entreprises et les organisations de la société civile se sont engagés à intensifier leurs efforts au cours de l’année 2021 et à envoyer un signal clair que l’élimination du travail des enfants est possible.

Sous le slogan « Agir pour mettre fin au travail des enfants », les gouvernements et autres partenaires s’engagent à prendre des mesures qui ouvrent la voie vers 2025.

Grâce à l’expérience passée, nous savons que pour réussir, il faut s’attaquer aux causes profondes du travail des enfants, prendre des décisions claires et mobiliser des budgets. Une action plus cohérente est nécessaire, garantissant la disponibilité d’une éducation de qualité, une protection sociale pour tous et un travail décent pour les parents.

Les gouvernements, les entreprises, la société civile et les autres partenaires sont encouragés à sensibiliser à l’importance de l’éradication du travail des enfants et à partager les bonnes pratiques et les leçons apprises — aux niveaux national, régional et mondial. Un certain nombre d’événements au cours de l’année offriront également aux gouvernements, aux partenaires sociaux et à la société civile des possibilités d’engagement.

Ce travail est soutenu par l’Alliance 8.7, un partenariat mondial visant à mettre fin au travail des enfants, au travail forcé, à la traite des êtres humains et à l’esclavage moderne. L’Alliance travaille activement avec 22 « pays pionniers », dont le Népal, le Sri Lanka, le Vietnam et les Fidji dans la région Asie-Pacifique, et plus de 200 organisations partenaires pour accélérer l’action, partager les connaissances et mettre en œuvre des solutions innovantes sur le terrain. Il est important de développer ces solutions en collaboration avec les écoles, les familles, les autorités et les organisations locales, tout en écoutant la voix des enfants.

« L’Année internationale offre une occasion extraordinaire de réunir les partenaires, d’apprendre les uns des autres et de mettre en pratique des mesures efficaces et innovantes pour protéger les droits des enfants »

Il ne peut y avoir de solution unique ; les réponses doivent être adaptées aux environnements très divers dans lesquels le travail des enfants se produit encore. Chaque action — qu’elle soit entreprise par un gouvernement ou un individu — contribue à jeter les bases d’un monde dans lequel les enfants profitent de leur enfance. Je vous encourage à nous rejoindre et à agir dès maintenant. Mettons fin au travail des enfants d’ici 2025.

Par Chihoko Asada-Miyakawa, Sous-Directrice générale de l’OIT et Directrice régionale pour l’Asie et le Pacifique.

45 vues0 commentaire