Énergie & Cambodge : Bien gérer les pénuries d’électricité provoquées par la sécheresse

Les sécheresses successives de ces dernières années ont provoqué une crise de l’électricité au Cambodge, ce qui a incité le gouvernement à investir rapidement dans la construction de centrales au charbon et au pétrole.

Photo ci-dessus : De l’eau s’écoule de tuyaux à l’extérieur de la centrale électrique au fioul lourd du district de Lvea Aem, le 20 mai 2021. Des voisins affirment que les effluents ont eu un impact sur les papayes et autres cultures dont ils tirent leur subsistance, dans la province cambodgienne de Kandal (Image : Danielle Keeton-Olsen/The Third Pole).

 

En l’espace de deux ans, deux gros générateurs et une clôture de protection ont été érigés dans ce qui était autrefois une rizière dans la province de Kandal au Cambodge. Ces générateurs font partie d’une centrale au fioul lourd récemment construite, qui alimente en électricité non pas les ampoules, les chargeurs de téléphone et les ventilateurs des maisons sur pilotis situées à proximité, mais les habitants de la capitale Phnom Penh, frappés par la crise de l’électricité.

Peu après que ses voisins du district de Lvea Aem aient été délogés de leurs terres agricoles avec une compensation de 20 USD par mètre carré, Sokheng, 43 ans, qui ne souhaite être identifiée que par son prénom, a déclaré avoir vu les champs se transformer rapidement — et bruyamment — en une centrale électrique en l’espace d’un an environ. La plupart des membres de sa communauté se sont montrés furieux à l’idée d’une usine de fioul lourd (HFO) dans leur jardin, craignant que les centrales électriques n’apportent un air pollué et une dégradation de la santé.

« Beaucoup d’entre eux (mes voisins) pleuraient, criaient, parce qu’ils ne voulaient pas que la centrale électrique soit construite ici », dit-elle.

« Ils veulent que les constructeurs de la centrale aillent dans un endroit qui n’aurait pas d’impact sur les villageois »

Après qu’une année de sécheresse eut entraîné une crise de l’électricité au Cambodge, où la majorité de l’énergie provient de barrages hydroélectriques, les autorités ont cherché des solutions — en grande partie sous la forme de ressources à fortes émissions comme le charbon. En 2015-16, les sécheresses successives au Cambodge ont affecté 2,5 millions de personnes, la plupart dans les zones rurales, qui dépendent largement de l’agriculture comme source de revenus.

Cependant, les sécheresses de 2019-20 ont frappé les résidents urbains. À l’époque, l’hydroélectricité fournissait une part plus importante du portefeuille énergétique du Cambodge, représentant près de la moitié des 9 000 GWh d’énergie produite en 2018 et environ un tiers des 12 000 GWh produits en 2019, selon l’Autorité de l’électricité du Cambodge.

Le changement climatique, les intempéries et une vague de barrages hydroélectriques sur le Mékong ont frappé le niveau des rivières au Cambodge et dans le bassin inférieur du Mékong. La Chine possède 11 barrages hydroélectriques sur le cours principal du Mékong, et 11 autres sont à différents stades de planification au Laos et au Cambodge.

Une course pour répondre à la demande croissante d’électricité

Alors que le Cambodge embrasse un boom de la construction commerciale et de l’industrie légère, la capacité énergétique du pays n’a cessé de grimper, augmentant d’environ 20,5 % par an entre 2017 et 2019. Bien qu’il soit encore en train de rattraper ses voisins en matière d’électrification rurale, environ 97 % des villages cambodgiens étaient connectés au réseau en 2020, un pourcentage qui témoigne d’une croissance rapide par rapport au taux d’électrification de 66,5 % en 2015.

Couplée à El Niño, la pire sécheresse sévira en 2019. Cette année-là, l’hydroélectricité pendant la mousson aura fourni 1 329 MW, mais par temps sec, elle n’a pu fournir que 399 MW, indique une publication de la compagnie publique Électricité du Cambodge l’année dernière.

Après les pannes de Phnom Penh en 2019, le Premier ministre Hun Sen s’est empressé de trouver des solutions, demandant même à un moment donné un navire générateur d’électricité en provenance de Turquie, bien que cette idée ne se soit jamais concrétisée. Les entreprises, grandes et petites, qui se plaignaient des prix relativement élevés de l’électricité au Cambodge voient désormais leurs bénéfices amputés par les fréquentes coupures de courant.

Au cours du second semestre de 2019 et de 2020, le Cambodge a annoncé un certain nombre de nouveaux projets à long terme visant à garantir que la crise électrique de 2019 ne se reproduira pas. Les entreprises chinoises, en particulier les entreprises d’État, ont joué un rôle clé dans la construction ou l’exploitation de certaines des nouvelles sources d’énergie du Cambodge — comme l’implication de Sinosteel dans la centrale électrique au charbon du parc national de Botum Sakor au Cambodge — tandis que les banques nationales, notamment la Bank of China et l’ICBC, ont financé à la fois les développements hydroélectriques et houillers du Cambodge.

Combler les pénuries avec des combustibles fossiles

Parmi les plans les plus discutés visant à remplacer l’hydroélectricité insuffisante, le Cambodge a signé des accords avec deux centrales électriques au charbon en 2020. Il s’agit de l’entrée en service d’une centrale au charbon de 700 MW soutenue par la société chinoise Sinosteel dans le parc national de Botum Sakor, couvert par une concession, dans la province de Koh Kong, et d’une autre centrale au charbon de 265 MW dans la province d’Oddar Meanchey, construite par une société cambodgienne.

La centrale HFO, province de Kandal est l’un des premiers projets énergétiques mis en service après les sécheresses, dans le district de Lvea Aem, à environ 20 km de Phnom Penh.

Le Cambodge a également accepté d’acheter 2 400 MW d’électricité produite à partir de charbon au Laos à la fin de 2019, à partir de deux centrales situées dans la province de Xekong, son voisin du nord. À la suite de cet accord, le Cambodge insiste pour construire une ligne de transmission à travers le sanctuaire de la faune de Prey Lang, une forêt diptérocarpée mixte de 430 000 hectares, déjà malmenée par l’exploitation forestière.

L’un des premiers projets énergétiques à être mis en service après les sécheresses a été la centrale au fioul lourd du district de Lvea Aem, dans la province de Kandal, à environ 20 km de Phnom Penh. La société d’ingénierie finlandaise Wärtsilä a été choisie pour construire l’un des générateurs de 200 MW avec l’entrepreneur public chinois CGGC-UN Power, tandis que l’entreprise allemande MAN Energy et une autre entreprise publique, China National Heavy Machinery Corporation, ont mis au point le second générateur.

Le pays a simultanément commencé à embarquer l’énergie solaire, signant 140 MW supplémentaires à la fin de 2019. Cependant, à la fin de l’année, le solaire avait eu peu d’impact à environ 12 % des 3 056 MW de capacité installée du Cambodge, selon les projections de l’Autorité de l’électricité du Cambodge.

Victor Jona, porte-parole du ministère cambodgien des Mines et de l’Énergie, n’a pas répondu aux demandes de commentaires concernant l’usine de fioul lourd. Mais Jan Hoppe, responsable des communications de MAN Energy Solutions, a déclaré que l’entreprise avait été engagée pour travailler rapidement dans le cadre de l’effort d’urgence du gouvernement cambodgien pour stabiliser l’approvisionnement en électricité.

« La nouvelle centrale électrique contribuera de manière significative à sécuriser l’approvisionnement en électricité au Cambodge, quelles que soient les conditions météorologiques ou climatiques. La centrale est connectée au réseau et produit de l’électricité lorsque la demande est élevée, de sorte que le Cambodge ne sera pas confronté à des pénuries d’électricité pendant la prochaine saison sèche », déclare-t-il.

Les deux entreprises européennes font remarquer que les générateurs fonctionnant au HFO pourraient être utilisés pour le gaz naturel liquéfié (GNL), qui produit moins d’émissions. Le Cambodge a reçu sa première cargaison de GNL en provenance de Chine en janvier 2020. Et alors que le Cambodge a annoncé un plan de 15 ans pour construire un port et des pipelines pour le transporter, les analystes du cabinet d’avocats international White & Case suggérent que le pays est confronté à un certain nombre d’obstacles financiers et d’infrastructures avant que la combustion de GNL à l’usine de Lvea Aem soit réaliste.

Malgré l’expansion des sources d’énergie par le gouvernement, le Cambodge risque d’être confronté à l’avenir à des problèmes énergétiques liés à la sécheresse, d’autant plus que les sécheresses deviennent plus fréquentes et plus brutales en raison du changement climatique, déclare Courtney Weatherby, directeur adjoint du programme Asie du sud-est du groupe de réflexion américain Stimson Center.

Courtney Weatherby, Centre Stimson

« La récente diversification du Cambodge, qui s’est éloigné de la dépendance à l’hydroélectricité, signifie probablement que le problème sera plus facile à gérer à l’avenir, car le Cambodge disposera d’autres sources d’énergie, mais les sécheresses sont un problème récurrent et elles ne font que s’aggraver avec le changement climatique », dit-elle.

Weatherby note que le pays pourrait plutôt prévoir et répondre de manière plus proactive aux sécheresses, comme l’a fait le Vietnam après que le delta du Mékong ait souffert de pénuries d’eau et de salinisation lors des sécheresses de 2015 et 2016. Le voisin du Cambodge a mis en place des politiques, notamment des systèmes de prévision et d’alerte, qui ont permis de réduire les dégâts, a-t-elle expliqué.

« L’un des défis est qu’une grande partie de la diversification du Cambodge s’est faite vers le charbon, qui a non seulement des impacts sur la pollution atmosphérique locale, mais qui exacerbe évidemment le changement climatique. »

Problème communautaire

Sokheng affirme que les villageois n’ont entendu parler du plan de compensation que par les autorités locales, sans révéler l’objectif de la centrale ou les risques environnementaux potentiels. Selon le code environnemental du Cambodge, la plupart des projets doivent faire l’objet d’une étude d’impact sur l’environnement avec consultation du public, mais le code maintient une exemption pour les « projets spéciaux et cruciaux approuvés par le gouvernement royal ».

Les habitants du district de Lvea Aem n’interagissent pas avec les travailleurs de l’autre côté de la haute clôture de l’usine, recouverte de caméras, et Sokheng dit ne rien savoir des opérations de l’usine de fioul lourd.

Lors de la visite de l’usine, le jeune fils de Sokheng fait observer un jet d’eau occasionnel qui s’écoule régulièrement de la haute clôture en béton de l’usine vers un petit ruisseau qui coule derrière l’usine. Les habitants ont cessé d’utiliser ce ruisseau pour boire ou se baigner bien des années avant la construction de l’usine, mais ils continuent d’y pêcher quelques petits poissons et d’utiliser l’eau pour leurs plantes.

Photo ci-dessus : Le fils de Sokheng, 10 ans (à droite), et un ami marchent le long du chemin derrière la centrale électrique à fioul lourd du district de Lvea Aem, dans la province de Kandal, au Cambodge, le 20 mai 2021 (Image : Danielle Keeton-Olsen/The Third Pole).

 

Sokheng annonce que ses papayes ne poussaient pas aussi bien qu’avant, les feuilles jaunissant et les tiges semblant se raccourcir. « On dirait qu’elles ne veulent pas grandir », dit-elle de ses papayes, ajoutant qu’elle pense que c’est à cause de l’eau qui s’écoule de l’usine dans leur ruisseau.

La centrale électrique] n’est pas utile, elle est nuisible pour la communauté parce que nous utilisons de l’énergie provenant d’ailleurs pour approvisionner le village, nous n’utilisons pas d’énergie provenant d’ici, et les gens autour d’ici ne peuvent rien faire pousser ».

« La centrale électrique n’est pas utile, elle est nuisible pour la communauté parce que nous utilisons de l’énergie provenant d’ailleurs pour approvisionner le village, nous n’utilisons pas d’énergie provenant d’ici, et les gens autour ne peuvent rien cultiver », affirme-t-elle.

Les émissions du Cambodge devraient monter en flèche en raison de la poussée énergétique de 2019. L’Institut de recherche économique pour l’ASEAN et l’Asie de l’Est a prévu dans un rapport sur les perspectives 2020 que les émissions du Cambodge passeraient d’un peu plus de 3 millions de tonnes d’équivalent carbone en 2020 à 25 millions en 2050, si le pays continue sur sa lancée.

Certaines des marques multinationales qui portent l’industrie d’exportation du Cambodge, notamment H & M, Nike et Specialized, ont averti que le pays risquait de perdre leurs futurs investissements en raison de son adhésion au charbon alors que des options renouvelables sont disponibles.

Bridget McIntosh, directrice pays d’EnergyLab Cambodia, qui promeut les énergies propres, souligne qu’il existe plusieurs solutions énergétiques moins chères, plus vertes et plus efficaces à l’horizon, mais l’adoption rapide du charbon et la signature d’accords d’achat d’électricité ont enfermé le Cambodge dans des engagements à plus long terme :

« Depuis les pénuries d’électricité de 2019, le Cambodge a signé des accords pour un si grand nombre de nouveaux projets d’électricité, principalement au charbon, qu’il est maintenant surengagé jusqu’à bien après 2030 »

Selon Mme McIntosh, le solaire serait plus complémentaire de l’hydroélectricité, dans laquelle le Cambodge a déjà beaucoup investi. Lorsque les moussons arrivent, l’hydroélectricité est très efficace, mais l’énergie solaire peut prendre le relais pendant la difficile saison sèche du Cambodge. « Cette production hydroélectrique limitée peut être utilisée lorsque le soleil se couche pour augmenter l’offre d’électricité, car le charbon n’est pas très souple pour monter en puissance. L’énergie solaire est très bon marché et le devient de plus en plus, mais elle a besoin de quelque élément pour s’équilibrer. L’hydroélectricité et, à l’avenir, les batteries ou l’électricité au gaz joueront également un rôle dans cet exercice d’équilibrage. »

Danielle Keeton-Olsen et Yon Sineat

 
  • Danielle Keeton-Olsen est une journaliste indépendante basée à Phnom Penh qui couvre les questions d’environnement, d’affaires et de travail au Cambodge et au-delà. Ses articles sont parus dans VOD English, BBC, Mongabay et Forbes Asia, entre autres.

  • Yon Sineat est une journaliste indépendante basée au Cambodge. Elle couvre le travail et les migrations, les questions relatives aux femmes, la politique et l’environnement.

Avec l’aimable autorisation de The Third Pole

Merci pour votre envoi !

  • Instagram
  • Facebook Social Icône
  • Gazouillement
  • LinkedIn Social Icône