Économie & Société : Le Royaume du Cambodge manque-t-il cruellement d’experts en informatique ?

Avec l’avancée de la mondialisation, le Cambodge tente de rattraper son retard en termes de capacités numériques. Cependant, le royaume doit encore relever de nombreux défis pour construire une industrie de haute technologie et répondre aux besoins du pays.

Photo ci-dessus : Seng Soputhik est un étudiant junior en informatique et gestion des technologies de l’information (ITM) à l’Université américaine de Phnom Penh.

 

Alors que la numérisation fait progressivement partie de la vie quotidienne des Cambodgiens sous de nombreux aspects, de plus en plus d’étudiants choisissent ce domaine à l’université.

Au cours d’une interview, Seng Soputhik, étudiant en informatique et gestion des technologies de l’information (ITM) à l’Université américaine de Phnom Penh (AUPP), nous a fait part de ses réflexions sur le rythme auquel le Cambodge entreprend de relever le dernier défi de la révolution industrielle actuelle.

Ky Chamna : Alors qu’une grande partie des pays du monde se positionnent sur le plan numérique et mettent à profit les progrès technologiques, dans quelle mesure pensez-vous que le Cambodge est prêt à relever le défi de la quatrième révolution industrielle (Industrie 4.0) ?

Seng Soputhik : Je pense que le Cambodge n’est pas encore prêt lorsque nous parlons de la transition vers l’industrie 4.0. Cependant, je suis fermement convaincu que le pays accélère le rythme et rattrape son retard. Il y a de nombreux aspects à prendre en compte dans la transition vers l’industrie 4.0. Chaque secteur de notre économie possède un ensemble unique d’opportunités et de défis à exploiter.

« Par exemple, dans notre secteur des télécommunications et de la finance, nous avons pu constater que la compétitivité du marché avait permis aux grandes entreprises d’intégrer des technologies critiques telles que la banque en ligne et même le pilotage des réseaux 5G dans le pays »

Toutefois, l’intégration de l’industrie 4.0 dans un pays comme le Cambodge se heurte à certains obstacles, car une grande partie de la population, même parmi celle qui vit dans les centres urbains, est peu instruite en matière de numérique.

Néanmoins, que la transformation soit lente ou rapide, je pense qu’avec de bonnes réglementations, un soutien continu du gouvernement, l’intérêt du public, l’amélioration de l’éducation et des investissements internationaux, le Cambodge devrait être en mesure d’effectuer une transition efficace vers l’industrie 4.0 de manière cohérente et constructive.

Ky Chamna : Vous avez choisi l’informatique et l’IMT comme domaine d’études. Qu’est-ce qui vous a poussé dans cette voie ?

Seng Soputhik : Il y a de nombreuses raisons. Tout d’abord, depuis mon plus jeune âge, j’ai toujours eu un vif intérêt pour le domaine de la technologie. Je suis étonné de voir à quel point la technologie fait partie de notre quotidien, ce qui m’a donné envie d’en savoir plus. En m’inscrivant à ce programme à l’AUPP, je suis une formation qui me permettra d’être très flexible dans le choix de la carrière que je souhaite poursuivre.

« L’informatique est un domaine d’enseignement très vaste, mais fondamental et, contrairement aux croyances populaires, il ne se limite pas au codage »

Vous pouvez devenir un data scientist, un développeur Web, un personnel de cybersécurité, et bien d’autres professions uniques et exigeantes. L’IMT me permettra d’acquérir des connaissances et des compétences en gestion pour résoudre des problèmes commerciaux grâce à l’utilisation de la technologie. Comme nous l’avons évoqué précédemment, la transition vers l’industrie 4.0 rendra les connaissances en informatique et en IMT beaucoup plus essentielles dans tous les secteurs de l’économie. Par conséquent, une spécialisation en informatique et en IMT me permet d’apprendre les sujets qui me passionnent et de me doter de connaissances essentielles qui seront polyvalentes et très demandées à l’avenir.

Seng Soputhik est un étudiant junior en informatique et gestion des technologies de l’information (ITM)
Seng Soputhik, étudiant junior en informatique et gestion des technologies de l’information (ITM)

Ky Chamna : Cette spécialité, comme indiqué sur le site Web de l’AUPP, « est conçue pour combler le fossé entre les problèmes des entreprises et les capacités des technologies de l’information, tout en alignant la technologie sur les stratégies des entreprises. » Pour les lecteurs qui sont au lycée et par ce domaine, pourriez-vous leur expliquer cela en termes pratiques ?

Seng Soputhik :Pour faire simple, ce programme consiste en des cours d’informatique et de gestion des technologies de l’information dans lesquels les étudiants n’apprennent pas seulement l’informatique, mais aussi le côté administratif des entreprises. Nous apprendrons comment intégrer stratégiquement la technologie dans les opérations commerciales afin d’accroître l’efficacité. Parmi les exemples qui me viennent à l’esprit, je citerai la manière dont les entreprises peuvent maximiser leurs bénéfices en utilisant des systèmes d’information tels que des bases de données et des outils analytiques leur permettant de prévoir les ventes et les coûts afin de prendre de meilleures décisions en matière de commande. Un autre exemple est que, pendant la pandémie de COVID-19, les entreprises doivent investir dans des plates-formes de communication en ligne telles que Zoom ou Microsoft Team ; un responsable informatique serait la personne qui guiderait l’institution dans l’investissement et la mise en œuvre afin d’obtenir le maximum de bénéfices en réfléchissant aux besoins de l’entreprise.

Ky Chamna : À quelle échelle une entreprise cambodgienne devrait-elle envisager d’intégrer l’IMT dans sa stratégie commerciale ?

Seng Soputhik : Toute entreprise, quelle que soit son échelle, peut et doit intégrer l’utilisation des technologies de l’information dans ses activités opérationnelles. Si une petite entreprise peut utiliser les systèmes d’information couramment disponibles, les grandes entreprises peuvent utiliser des outils plus complexes.

« Bon nombre des systèmes d’information actuels permettent d’automatiser de nombreux processus fastidieux qui nécessitent une main-d’œuvre inutile, comme le comptage des stocks, le calcul des ventes ou même l’amélioration du service à la clientèle »

Grâce à ces processus automatiques, les informations peuvent être produites plus rapidement et avec plus de précision, ce qui permet de prendre de meilleures décisions, essentielles sur un marché concurrentiel.

Les parties prenantes seraient également en mesure de détourner leurs efforts vers d’autres domaines de leur activité afin d’accroître davantage les bénéfices. Donc oui, toute entreprise, y compris les PME, peut utiliser les systèmes d’information pour prendre l’avantage sur ses concurrents, analyser les ventes et les dépenses, et augmenter sa rentabilité. Cependant, je me rends compte que de nombreuses PME cambodgiennes ne sont pas encore conscientes des capacités des systèmes d’information et des avantages qu’elles peuvent en tirer. Je les encourage donc vivement à explorer l’utilisation de la technologie dans leurs activités commerciales.

Ky Chamna : Le nombre d’experts en IMT au Cambodge répond-il aux besoins du marché ? Surtout en matière d’expertise de codage ?

Seng Soputhik : D’après mes observations, en tant que jeune diplômant sur le point d’entrer dans le secteur, je pense qu’il est vrai qu’il y a une pénurie d’experts pour les demandes actuelles du marché. Si notre système ne produit pas davantage d’experts en GTI, le fossé continuera de se creuser. De nombreuses entreprises et grandes sociétés investissent massivement dans l’organisation, la maintenance et le développement de systèmes d’information dans tout le pays.

À l’heure de la transition vers l’industrie 4.0, l’intégration de la technologie dans les entreprises et la vie quotidienne commence à prendre de plus en plus d’importance. La demande d’ingénieurs, de codeurs et de personnel de cybersécurité va sans aucun doute continuer à augmenter.

« S’il n’y a pas assez d’experts locaux en IMT, les entreprises continueront à recruter des talents étrangers, ce qui représente une perte importante »

Il faut également mentionner qu’à mesure que le Cambodge se familiarise avec le numérique, les nombreuses PME qui n’utilisent actuellement aucun système d’information commenceront également à adopter ces technologies afin d’évoluer et de survivre sur le marché actuel. Malgré cela, la spécialisation en gestion des technologies de l’information dans l’enseignement supérieur devenant extrêmement populaire parmi les diplômés du secondaire et la société devenant beaucoup plus intégrée qu’auparavant, le nombre d’experts dans le secteur continuera également à augmenter.

Ky Chamna avec l’aimable autorisation de Cambodianess

Merci pour votre envoi !

  • Instagram
  • Facebook Social Icône
  • Gazouillement
  • LinkedIn Social Icône