WEB & Cambodge : Suite aux accusations, le ministère défend son projet de passerelle Internet

Le ministère des Postes et Télécommunications (MPTC) a rejeté les allégations concernant la création de la passerelle Internet nationale (NIG), soulignant qu’elles sont « infondées, politiquement motivées, fausses et contraires aux objectifs énoncés dans le sous-décret du 16 février 2021 sur la mise en place de cette passerelle.

Le ministre cambodgien des Postes et Télécommunications, Chea Vandeth

Le ministère a souhaité réagir dès ce weekend après que plusieurs organes de presse et organisations non gouvernementales aient accusé le gouvernement royal d’avoir l’intention de « collecter des données, d’écouter les conversations des utilisateurs, de restreindre la liberté d’expression, et de suivre le modèle chinois ». « Des passerelles Internet nationales ont été établies dans presque tous les pays du monde et le Cambodge ne fait pas exception », a déclaré le MPTC, précisant :

« Le sous-décret sur la passerelle Internet nationale a été élaboré de manière transparente et des consultations ont eu lieu avec des experts du secteur des télécommunications, des opérateurs privés et des institutions compétentes à de nombreuses reprises »

« Le but de la passerelle est d’augmenter l’efficacité de la collecte des recettes nationales sur la base d’une concurrence loyale et honnête, de créer la transparence entre l’État et les opérateurs, ainsi que de prévenir les connexions réseau transfrontalières illégales, les jeux d’argent en ligne illégaux, les cybermenaces, la pornographie, les fraudes en ligne, etc. », souligne le MPTC avant de conclure :

« Le ministère tient à réaffirmer qu’aucune disposition du sous-décret n’autorise la collecte de données sur les utilisateurs et la restriction de la liberté d’expression. De plus, le MPTC a l’intention de rédiger la loi sur la protection des données personnelles après la loi sur la cybersécurité qui sera adoptée sous peu ».

Rappelons qu’un sous-décret officialisant la création du “National Internet Gateway – Passerelle Internet nationale” a été publié mardi dernier. Le sous-décret, en préparation depuis août 2020, exige que tout le trafic Internet au Cambodge soit acheminé via un organisme de réglementation chargé de surveiller l’activité en ligne avant qu’elle n’atteigne les utilisateurs.

Recevoir les articles dès leur publication

  • Instagram
  • Facebook Social Icône
  • Gazouillement
  • LinkedIn Social Icône