Véhicules électriques : Sur la voie de la mobilité durable au Cambodge et au-delà

Les voitures électriques (VE) prennent le monde d’assaut — une tempête électrique. En 2020, selon l’Agence internationale de l’énergie, on comptait plus de 10 millions de voitures électriques sur les routes, soit une augmentation de 43 % par rapport à 2019.

Photo UNDP Cambodia / 2022 / VuthyVa
Photo UNDP Cambodia / 2022 / Vuthy Va

Fait assez remarquable, pendant une période où les immatriculations globales de voitures neuves ont chuté à cause de la pandémie, la part des ventes mondiales de voitures électriques a augmenté de 70 % pour atteindre le chiffre record de 4,6 % de toutes les ventes de voitures en 2020.

Ventes spectaculaires

Les ventes de cyclomoteurs électriques augmentent également de façon spectaculaire, notamment dans des pays comme le Cambodge, où le public peut louer des véhicules électriques à deux roues en covoiturage dans certains endroits de Phnom Penh.

Par exemple, l’application Go2 d’Oyika permet aux utilisateurs de louer des scooters électriques et de les laisser dans la rue pour que la personne suivante les récupère. Un tuktuk électrique circule dans les rues de Phnom Penh et des bus électriques transporteront bientôt les habitants de Siem Reap.

Un nombre restreint, mais croissant de véhicules électriques à quatre roues circule déjà sur les routes cambodgiennes. Plusieurs entreprises ont ouvert des salles d’exposition dans la capitale, présentant plus de 10 types de voitures électriques. Le marché des deux-roues compte environ neuf fournisseurs de VE à deux roues, et un autre fournit des trois-roues.

De nombreuses raisons expliquent l’augmentation rapide des ventes de VE, tant au Cambodge que dans le monde entier. Le coût des batteries a fortement baissé ces dernières années, et donc le coût des VE.

L’apparition de batteries à densité énergétique accrue, l’augmentation du nombre de cycles de charge et de décharge et la diminution des pertes de charge ont directement conduit à une augmentation de la durée de vie et de la fiabilité des VE — suscitant ainsi une plus grande confiance chez les consommateurs.

D’ici 2025, on s’attend à ce que le prix d’un VE à deux roues soit le même que celui d’une moto traditionnelle aux performances similaires.

Le plafonnement des subventions est un autre facteur qui peut avoir contribué à l’augmentation rapide des ventes de VE dans le monde. En Europe comme en Chine, aucune subvention n’était accordée aux véhicules dont le prix dépassait un certain seuil. Selon l’Agence internationale de l’énergie (AIE), cela a pu faire baisser le prix moyen des voitures électriques dans ces deux régions : les véhicules électriques à batterie (BEV) vendus en Chine étaient 3 % moins chers en 2020 qu’en 2019, tandis que les véhicules électriques hybrides rechargeables (PHEV) en Europe étaient 8 % moins chers.

Solution technique de choix

Les véhicules électriques sont considérés comme la solution technique de choix pour répondre aux normes d’émission strictes dans de nombreux pays. Lors du sommet COP26 qui s’est tenu en novembre à Glasgow, un groupe de gouvernements, de constructeurs automobiles et d’autres parties prenantes ont signé un accord visant à assurer la transition vers des ventes de voitures et de camionnettes neuves sans émissions d’ici 2040 au niveau mondial et d’ici 2035 sur les « principaux marchés ».

Quinze pays se sont engagés, dans le cadre d’un autre accord, à s’efforcer de vendre 100 % de camions et de bus électriques sans émissions d’ici 2040. Le Cambodge n’a pas encore signé.

Il convient de noter que les VE dépendent de la source d’électricité à partir de laquelle ils sont rechargés. Les émissions sont évidemment nulles s’ils sont chargés avec de l’électricité provenant de sources renouvelables, mais ce n’est pas le cas s’ils sont chargés à partir du réseau électrique.

Une étude récente du Conseil international pour le transport propre a confirmé que les voitures électriques étaient toujours plus propres que les moteurs à combustion interne au cours de leur cycle de vie, même lorsqu’elles étaient chargées à partir des réseaux électriques les plus polluants.

Elles présentent également des avantages pour la santé et l’environnement grâce à la réduction de la pollution atmosphérique qui se traduirait par des bénéfices pour la santé publique. En outre, le coût d’exploitation d’un VE sur un kilomètre est presque deux fois moins élevé que celui d’un véhicule traditionnel à moteur à combustion interne.

Poser les bases d’une transformation du VE au Cambodge

Pour de bonnes raisons, le gouvernement cambodgien a inclus les VE dans la politique nationale des transports du pays, en mettant l’accent sur les villes. Avec l’urbanisation rapide, les villes offrent l’environnement idéal pour les VE : routes pavées, sources d’électricité fiables et stations de recharge de plus en plus nombreuses.

La stratégie à long terme pour la neutralité carbone du Cambodge, soumise à la Convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques en décembre dernier, comprend l’engagement d’avoir 40 % de voitures et de bus urbains électriques et 70 % de motos électriques d’ici 2050.

Comme première étape dans cette direction, le Cambodge a réduit les droits d’importation sur les véhicules électriques en 2021 à environ 50 % de moins que les taxes sur les véhicules traditionnels à moteur à combustion interne. Cela incite les consommateurs à se tourner vers les véhicules électriques.

Le gouvernement encourage en outre les investissements dans des usines d’assemblage de VE au Cambodge. Cette initiative pourrait créer davantage d’emplois et d’investissements verts et contribuer à positionner le Cambodge dans les chaînes d’approvisionnement mondiales et régionales émergentes pour les VE.

L’un des principaux obstacles à l’adoption généralisée des VE dans le monde est l’insuffisance des infrastructures de recharge.

Le développement des stations de recharge à travers le pays pourrait être l’un des principaux moteurs de l’adoption à grande échelle des VE. Cependant, il faut davantage de VE pour inciter les entreprises à investir dans de nouvelles stations de recharge — un scénario classique de la poule et de l’œuf.

Conscient de cette situation, le ministère des Travaux publics et des Transports encourage les exploitants de stations-service du pays à installer des bornes de recharge pour VE sur des sites sélectionnés. Il développe également les conditions d’octroi de licences pour ceux qui souhaitent établir des stations de recharge indépendantes.

Le PNUD, l’Union européenne et le gouvernement suédois travaillent dans le cadre de l’Alliance pour le changement climatique au Cambodge afin d’aider le pays à élaborer une feuille de route pour la mise à niveau et l’expansion de son infrastructure de VE. L’Alliance aide également le ministère des Travaux publics et des Transports à élaborer le cadre réglementaire nécessaire pour encourager l’adoption de motos électriques et inciter le secteur privé à en faire un meilleur usage — par exemple, comme véhicules de livraison.

Prochaines étapes

Avec la hausse du prix de l’essence due aux tensions géopolitiques, le moment est venu de repenser le transport et la mobilité durables.

Si le Cambodge fait des progrès significatifs et impressionnants pour encourager l’adoption généralisée des véhicules électriques, un large éventail de réformes pourrait être nécessaire avant que le marché des VE n’atteigne sa maturité. Une étude complète est nécessaire pour déterminer le potentiel de croissance du marché des VE, avec des priorités pour les mesures à court, moyen et long terme.

Les domaines à prendre en compte pourraient être les suivants :

  • L’évaluation de l’impact de la recharge d’un nombre croissant de VE sur le réseau actuel ;

  • Développer des sources d’énergie durables pour la recharge des VE ;

  • Déterminer les impacts environnementaux de la mise au rebut des batteries usagées des VE, avec des réglementations régissant leur élimination en toute sécurité ;

  • Introduire des normes et des règlements pour garantir que les produits offrent la meilleure expérience et la meilleure sécurité aux consommateurs cambodgiens ;

  • Introduire une limite d’âge pour l’importation de véhicules d’occasion et de véhicules utilisés dans le pays afin d’éliminer les véhicules inefficaces du parc automobile et de répondre aux préoccupations en matière de sécurité routière ;

  • Développer les compétences requises au sein de la main-d’œuvre locale pour maintenir l’ensemble de la chaîne de valeur des VE, notamment pour que les jeunes Cambodgiens puissent accéder à la nouvelle génération d’emplois.

  • Engager le secteur privé à construire l’infrastructure des VE et mettre en place des partenariats public-privé bien conçus pour la financer et l’exploiter.

Alors que le Cambodge diversifie son économie et se prépare à sortir de son statut de pays le moins avancé, le développement d’une infrastructure de transport plus durable sera la clé de sa réussite. Les années à venir seront passionnantes pour façonner le secteur des transports du 21e siècle en accord avec les objectifs de développement durable du Royaume. Nous sommes impatients de travailler avec tous les partenaires intéressés des secteurs public, privé et à but non lucratif afin de maximiser les avantages économiques, environnementaux et sociaux d’un transport durable pour tous.

Par S.E. Sun Chanthol, ministre principal des travaux publics et des transports et Mme Alissar Chaker, Représentante résidente, PNUD Cambodge

Merci pour votre envoi !

  • Instagram
  • Facebook Social Icône
  • Gazouillement
  • LinkedIn Social Icône