Tourisme : Les entreprises du secteur se disent exclues du programme de prêts de 150 millions $

Les entreprises privées locales axées sur le tourisme auraient du mal à obtenir des fonds d’un programme de cofinancement de 150 millions de dollars récemment lancé pour soutenir le secteur, qui souffre toujours des restrictions imposées par le Covid-19.

L’industrie du tourisme et des voyages a représenté 1,8 % du produit intérieur brut (PIB) en 2021, en baisse par rapport aux 3 % et 12,1 % respectivement enregistrés en 2020 et 2019, respectivement.
L’industrie du tourisme et des voyages a représenté 1,8 % du produit intérieur brut (PIB) en 2021, en baisse par rapport aux 3 % et 12,1 % respectivement enregistrés en 2020 et 2019, respectivement.

Les exigences de l’initiative concernant les états financiers des deux dernières années constituent le principal problème parmi une série de points de désaccord.

Le 17 mai, le gouvernement a lancé le programme de cofinancement de la relance du tourisme (TRCS), doté de 150 millions de dollars et financé par un fonds de contrepartie entre le gouvernement et les institutions financières.

Un total de 75 millions de dollars doit être déboursé du budget national sous la forme de prêts émis par la banque publique Small and Medium-sized Enterprise Bank of Cambodia Plc (SME Bank), et les 75 autres millions de dollars sous la forme de prêts accordés par des institutions financières participantes (IFP).

Les principales caractéristiques du programme comprennent un taux d’intérêt maximal de 6,5 % par an, un délai de grâce de 12 mois, une durée de prêt pouvant aller jusqu’à sept ans, un montant de prêt pouvant atteindre 400 000 dollars et la possibilité de recevoir les fonds en riel ou en dollars américains.

Le programme est censé donner la priorité aux entreprises liées au tourisme dans tout le pays qui sont considérées comme ayant été fortement touchées par la crise de Covid-19, en particulier les hôtels, les pensions, les restaurants et les fournisseurs du secteur du tourisme.

La présidente de l’Association cambodgienne des agents de voyage (CATA), Chhay Sivlin, pense que le TRCS stimulera la reprise du secteur du tourisme, mais fait remarquer que les IFP auront besoin d’états financiers cohérents et solides pour bénéficier du programme.

« Il s’agit d’un obstacle que le secteur privé ne peut pas surmonter, car depuis plus de deux ans, les revenus ont chuté, ce qui a conduit certaines sociétés et entreprises du secteur à s’effondrer et à ne pas pouvoir être sauvées. Bien que le gouvernement ait rouvert le Cambodge aux touristes étrangers en novembre 2021, seuls environ 40 % des entreprises touristiques ont repris à ce jour. Ce prêt nécessite une plus grande coordination entre la SME Bank et les banques privées vis-à-vis des états financiers, car aucune entreprise touristique n’a pu rester en activité pendant plus de deux ans », dit-elle.

Le président de la section cambodgienne de la Pacific Asia Travel Association (PATA), Thourn Sinan, a déclaré au Post, le 29 mai, que le taux d’intérêt annuel plafond de 6,5 % était trop élevé car proche du niveau des banques privées.

Il suggère un taux d’intérêt annuel de 3 à 5 % et une durée de prêt de 10 à 15 ans pour soutenir efficacement le secteur du tourisme.

Les rapports de l’ère Covid de Credit Bureau (Cambodia) Co Ltd (CBC) ont dressé un sombre tableau d’entreprises touristiques à court d’argent, dont le commerce est réduit, qui ne parviennent pas à rembourser leurs prêts et voient leur profil de crédit se détériorer.

Le degré d’incertitude plus élevé qu’à l’accoutumée souligne la difficulté inhérente à l’évaluation de l’avenir de ces entreprises, déclare M. Sinan.

Kim Nou, propriétaire de Maisons Wat Kor dans la ville de Battambang, se fait l’écho de l’opinion de M. Sinan selon laquelle la remise en marche des services touristiques après l’interruption imposée par la pandémie nécessiterait des conditions plus favorables en matière de taux d’intérêt et de garanties.

« Si les conditions sont clémentes, j’envisagerai de contracter un prêt pour développer mon lieu avec une meilleure qualité, et me préparer à recevoir une partie du nombre croissant de touristes, notamment étrangers », dit-il.

La crise du Covid-19 a ravagé le secteur du tourisme national et mondial, faisant chuter les arrivées de touristes étrangers dans le Royaume de près de 84,96 % en 2021 par rapport à l’année précédente. Les recettes du tourisme international ont chuté de 82 % l’an dernier pour atteindre 184 millions de dollars.

L’industrie du tourisme et des voyages a représenté 1,8 % du produit intérieur brut (PIB) en 2021, en baisse par rapport aux 3 % et 12,1 % enregistrés respectivement en 2020 et 2019.

Hin Pisei avec notre partenaire The Phonm Penh Post

Merci pour votre envoi !

  • Instagram
  • Facebook Social Icône
  • Gazouillement
  • LinkedIn Social Icône