Tonlé Sap & Pêcheries : La situation s’est largement améliorée par rapport à 2020

Dernière mise à jour : janv. 1

Avec des volumes d’eau bien plus importants dans le lac Tonlé Sap en 2021, le pêcheur Path Tol affirme que la pêche était la meilleure qu’il ait constatée en trois ans.

Le lac Tonlé Sap, le plus grand lac d’Asie du Sud-Est. En termes d’abondance de poissons, le lac est l’un des plus productifs au monde. Pendant environ huit mois de l’année, surtout pendant la saison sèche, le fleuve descend du lac et rejoint le Mékong à Phnom Penh. Pendant la saison des pluies, les grandes quantités d’eau qui descendent du Mékong poussent le Tonlé Sap vers le lac, inondant les plaines alluviales et permettant à de nombreuses espèces de poissons de se reproduire, de s’élever et de se nourrir. Ces « flux inversés » génèrent une énorme production de poissons, essentielle pour la sécurité alimentaire du Cambodge, où le poisson est le principal aliment de base après le riz.

Entre 1996 et 2005, les flux inversés ont atteint un volume moyen d’environ 43 km3 et durent environ 120 jours jusqu’à ce que l’eau commence à redescendre le fleuve vers le Mékong.

En 2020, ces flux inversés ont été considérablement retardés — environ deux semaines plus tard que 2019 et 40 jours plus tard que la moyenne entre 1997 et 2017. Le premier a commencé le 7 juillet et s’est terminé le 15 juillet, avec un volume de seulement 0,21 km3. Un deuxième s’est produit fin juillet, le renversement majeur n’ayant lieu qu’en août. Des flux inversés ont également eu lieu fin septembre et la troisième semaine d’octobre, pour finalement s’arrêter la dernière semaine d’octobre.

Village flottant. Photo WorldFish - Jamie Oliver
Village flottant. Photo WorldFish - Jamie Oliver

Avec 18,89 km3, le volume de 2020 ne représentait qu’environ 44 % de la moyenne et constituait le plus faible volume depuis 1997. En conséquence, le lac souffrait de conditions extrêmement sèches à la fin du mois d’octobre. C’est à ce moment-là que commence habituellement la saison des pêches, avec la migration des poissons vers le Tonlé Sap, qui abrite la plus grande pêcherie commerciale du bassin du Bas-Mékong. Les prises de cette pêcherie — située sur le fleuve au nord de Phnom Penh et dans la province voisine de Kandal — atteignent généralement leur maximum en décembre ou janvier.

Sur la base d’un accord conclu entre le Cambodge, le Laos, la Thaïlande et le Vietnam en 1995, la Commission du Mékong - Mekong River Commission (MRC) considère le revers des eaux comme « instable » en 2020. Sauf en cas d’inondations ou de sécheresses historiquement graves, l’accord prévoit de coopérer pour maintenir les débits du Mékong à partir de dérivations, de libérations de stockage ou d’autres actions de nature permanente « pour permettre l’inversion naturelle acceptable du flux du fleuve Tonlé Sap pendant la saison humide. »

Dans le cas de 2020, la MRC a conclu que le volume du débit inverse semblait minime en raison des faibles précipitations entre mai et juillet ainsi que de l’arrivée tardive des pluies de mousson annuelles, qui durent d’août à octobre. Les caractéristiques des flux inversés dans le lac Tonlé Sap reflètent bien ce schéma pluviométrique.

Pêche au filet.  Photo Finn Thilsted - WorldFish
Pêche au filet. Photo Finn Thilsted - WorldFish

Par rapport aux volumes moyens à long terme, de faibles débits ont persisté dans le lac Tonlé Sap en 2021. Mais la situation était loin d’être aussi critique qu’en 2020. Le débit inverse a commencé à la mi-juin, soit environ trois semaines plus tôt que l’année précédente. En octobre, le volume du flux avait dépassé celui de 2019 et est ensuite remonté à peu près au même niveau que celui de 2018. Début novembre de cette année, les volumes n’étaient considérés comme « critiques » que pour un seul mois (septembre). Cela peut se comparer à cinq mois critiques en 2020 et à deux en 2019. Mais au cours de ces trois années, les volumes ont été soit faibles, soit critiques — et pas un seul mois n’a connu des conditions « normales » sur la base des volumes moyens entre 1997 et 2019.

Avec des volumes d’eau plus importants dans le lac Tonlé Sap en 2021, le pêcheur Path Tol affirme que la pêche était la meilleure qu’il ait vue en trois ans :

« Les prises sont beaucoup plus importantes », a-t-il déclaré à la revue Catch and Culture - Environment début novembre, alors que la principale saison de pêche du Cambodge commençait.

Path Thol est chef de village à Kampong Koh, dans la commune de Kampong Luong, dans le district de Krakor, province de Pursat. Kampong Luong est situé près de deux zones de conservation des poissons et possède de nombreux lieux de pêche. Les principaux habitats des poissons sont le lac et la forêt inondée, qui constituent de riches zones d’alimentation lorsque la plaine inondable du Tonlé Sap est sous les eaux chaque année.

Selon Phat Thol, les captures de sprats de rivière sont soit exportées vers la Thaïlande où ces petites espèces peuvent atteindre des prix de gros de près de cinq dollars par kilo. Elles sont également utilisées localement pour la transformation en pâte de poisson fermentée. Ces poissons servent également à nourrir les fermes locales qui élèvent des poissons-serpents et des poissons-chats dans des cages et des étangs.

« Nous avons eu beaucoup de poissons en 2017, mais les prises ont commencé à s’effondrer en 2018 », indique Dy Ith.

Il y a quatre ans, elle affirme que « les femmes pouvaient facilement attraper 10 à 20 kg par heure » à partir de bateaux motorisés équipés de trois filets maillants d’environ 60 m de long. Les espèces ciblées étaient des carpes de vase utilisées pour fabriquer du prahok, la pâte de poisson fermentée qui sert d’aliment de base au Cambodge.

Préparation du prahok. Photo WorldFish
Préparation du prahok. Photo WorldFish

À partir de 2018, cependant, elle confie que les prises se sont réduites à seulement 2 à 3 kg par heure, même si les femmes utilisaient des filets plus longs, allant jusqu’à 1 200 m.

Incapable de tirer un revenu de la pêche, Dy Ith dit s’être tournée vers l’aquaculture. Mais les eaux de crue qui se déversent dans le village sont polluées et elle doit fréquemment déplacer les cages. « C’était trop difficile alors j’ai arrêté .... Maintenant, j’élève des poissons-chats », dit-elle, des poissons du genre Clarias, des poissons connus sous le nom de trey andeng en khmer. « Ils peuvent s’adapter plus facilement aux eaux troubles ». Dy Ith raconte qu’elle avait également commencé à échanger des prises d’autres espèces débarquées dans le village flottant pour les vendre à terre.

Malgré l’amélioration des captures cette année par rapport aux dernières années, lorsque les niveaux d’eau étaient exceptionnellement bas, Dy Ith déclare que les carpes de boue sont loin d’être aussi abondantes qu’il y a vingt ans. « J’avais l’habitude de ramer autour des canaux du village lorsque les eaux de crue se retiraient et je pouvais facilement attraper des carpes de boue en faisant claquer les rames à la surface. Les poissons sautaient hors de l’eau et j’avais de quoi manger pendant trois jours », raconte-t-elle.

« À l’époque, le village pouvait attraper des tonnes de poissons chaque jour avec des pièges à flèches », déclare Dy Ith, faisant référence aux engins de pêche commerciale à grande échelle exploités par des groupes de pêcheurs.

« Il arrivait que nous ayons trois ou quatre tonnes par jour et que nous devions en rejeter une tonne dans le lac parce que les acheteurs disaient ne pas en vouloir autant. »

Kouk Sokonn — un jeune pêcheur qui s’est installé dans le village il y a quelques années avec son épouse — explique que le pic de pêche entre novembre et janvier se situe entre le cinquième et le huitième jour de la lune croissante. « J’attrape maintenant 80 à 100 kg par jour », dit-il. « Mais nous devons passer plus de temps et poser des filets maillants plus longs qu’avant ». Kou Sokonn indique qu’il déchargeait ses prises quotidiennes à des commerçants basés dans le village flottant, qui revendaient ensuite le poisson à des commerçants terrestres basés à Kampong Luong.

Le suivi par la MRC de l’abondance et de la diversité des poissons dans cinq stations autour du lac Tonlé Sap montre des tendances à la hausse des prises dans quatre stations, dont une située à Kampong Luong, entre 2007 et 2018.

Faisant partie d’une étude plus large portant sur 25 stations dans les quatre pays du bassin du Bas-Mékong, le suivi a révélé que la composition des espèces de poissons était « assez stable » autour du Tonlé Sap (l’étude — la première de ce type — a trouvé 617 espèces à travers le bassin).

Pêcheries sur le lac. Photo WorldFish - Jamie Oliver
Pêcheries sur le lac. Photo WorldFish - Jamie Oliver

Publiée au début de l’année, l’étude de la MRC recommande de protéger l’abondance et la diversité des poissons afin de maintenir l’approvisionnement alimentaire de millions de personnes vivant dans le bassin.

« Les pêcheries sont soumises à des conditions de stress dues à la surpêche et à la dégradation de l’habitat induites par la croissance de la population humaine et le développement économique, ainsi qu’aux changements environnementaux (par exemple, la modification du débit), y compris le changement climatique », indique l’étude.

Le document recommande également de mettre en place davantage de stations de surveillance des poissons à proximité des projets de barrages hydroélectriques sur le cours principal du Mékong. « Cela permettra d’évaluer les projets hydroélectriques dans le courant principal du Mékong en termes d’impacts. » Parmi les autres recommandations, citons les aires protégées ou les zones de conservation des poissons dans les zones transfrontalières et une étude visant à évaluer l’impact de l’extraction du sable sur les populations de poissons.

Extrait de l'édition de décembre de « Catch and Culture – Environment », avec l’aimable autorisation de la Commission du Mékong.