forum 1.jpg
forum 2.jpg

Solidarité : « Socials », les premiers cafés du Royaume qui embauchent les jeunes sourds et muets

Le « Socials Coffee and Humanity » a été créé dans le but de générer des opportunités d’emploi pour la communauté malentendante et muette.

Waddey et Socheata, baristas à la succursale de Russei. Photographie fournie
Waddey et Socheata, baristas à la succursale de Russei. Les masques de protection ont été enlevés uniquement pour la prose de photo.

La première rencontre de Swapnil Deshmukh avec un restaurant embauchant exclusivement du personnel malentendant a eu lieu lors de vacances au Vietnam en 2017, lorsque le serveur lui a tendu un menu avec un stylo et un papier sans dire un mot.

« Je ne savais pas que le personnel était malentendant. J’ai demandé où m’asseoir et ce qu’il fallait faire, mais je n’ai pas eu de réponse. Puis j’ai lu le menu, qui précisait : “Tout notre personnel est sourd, veuillez écrire ce que vous voulez”. Il n’y a pas de Wi-Fi, pas de musique et nous demandons à nos clients de ne pas parler », explique Deshmukh.

Swapnil Deshmukh
Swapnil Deshmukh. Photographie fournie

À l’époque, Deshmukh, de nationalité indienne, était cadre supérieur pour Maybank au Cambodge. Mais son expérience au Vietnam a éveillé sa curiosité et il s’est demandé comment il pourrait appliquer ce concept au Cambodge. Peu après, l’homme de 36 ans a quitté son emploi dans le secteur bancaire et a décidé de parcourir le monde pour en apprendre davantage sur la culture du café. Et bien qu’il n’ait aucune expérience dans ce domaine, il a décidé de retourner au Cambodge et de créer Socials Coffee and Humanity.

Le concept était simple : une entreprise socialement responsable créée dans le but de générer des opportunités d’emploi pour la communauté des sourds et muets. Mais bien que Socials ait un élément de conscience sociale, il ne perçoit pas cette communauté comme une population à plaindre.

« Les personnes sourdes et muettes n’ont pas besoin de complaisance. Elles doivent avoir la possibilité de travailler et nous leur offrons cette opportunité. En fait, nous voulons que d’autres cafés et d’autres entreprises embauchent à leur tour des personnes sourdes et muettes », dit-il.

Au début, trouver un emplacement pour sa nouvelle entreprise était un nouveau défi, mais il a conclu un partenariat avec PPCBank qui a pu résoudre ce problème.

« J’ai commencé à chercher des locaux à BKK 1 et Tuol Tumpoung, mais ils étaient tellement chers. Si j’avais essayé de me lancer comme Brown et Starbucks, j’aurais échoué. Ce sont de grandes entreprises et je suis tout seul. Mais nous nous sommes associés à PPCBank, et nous avons à présent une succursale à l’intérieur même de la banque. »

« Le premier café a ouvert à la PPCBank sur le boulevard Preah Monivong en novembre 2019, un deuxième a ouvert à Orussey en décembre, et un troisième en février. Avant, les clients devaient attendre 30 minutes avant l’ouverture de la banque. Maintenant, ces derniers sont heureux de pouvoir prendre un verre et de soutenir les malentendants en même temps », explique-t-il.

Meng Huoy, 28 ans, originaire de la province de Tboung Khmum et sourd, est l’un des trois employés de Socials. Il a appris la langue des signes au Programme de développement des sourds (DDP) — une organisation caritative cambodgienne qui aide les personnes sourdes et muettes à s’intégrer dans la société — et a reçu une formation sur le terrain chez Socials.

Par l’intermédiaire d’un interprète en langue des signes, Huoy déclare qu’il ne pensait pas pouvoir trouver un emploi dans un café, ajoutant que cela le rendait heureux d’avoir les mêmes opportunités que les autres jeunes Cambodgiens.

Deshmukh explique que la totalité des employés doit suivre une formation afin de pouvoir communiquer avec leurs collègues.

« Nous invitons un professeur du DDP pour nous apprendre à communiquer avec les personnes sourdes et muettes. Il est ainsi plus facile pour nous de travailler avec eux. Tous les employés, y compris moi-même, étudient la langue des signes », dit-il.

Prom Phally, une jeune Cambodgienne de 23 ans qui travaille depuis trois ans dans l’un des cafés, confie qu’elle aime étudier la langue des signes pour communiquer avec ses collègues et qu’il n’y a aucun problème jusqu’à présent.

Outre ses objectifs sociaux, Socials propose également des boissons inhabituelles inspirées des expériences de Deshmukh à l’étranger. Les boissons les plus populaires étant le Iced Coconut Latte, l’Avocado Espresso et le Iced Hazelnut Latte.

Socials est toujours à la recherche de partenaires pour établir de nouvelles succursales, y compris dans les universités. Ses succursales sont ouvertes entre 8 et 16 heures en semaine. Pour plus d’informations, consulter la page Facebook de Socials : @ilovesocials ou appeler le 010 235 088.

Raksmey Hong avec notre partenaire The Phnom Penh Post

Merci pour votre envoi !

  • Instagram
  • Facebook Social Icône
  • Gazouillement
  • LinkedIn Social Icône