Solidarité : La jeune Cambodgienne Vimuolea Hang s’engage à redonner à sa communauté et à son pays

La jeune Cambodgienne Vimuolea Hang s’est engagée à redonner à sa communauté et à son pays. Elle a choisi de le faire en parrainant deux enfants du CCF. Bien que cela fasse plus de cinq ans, Vimuolea Hang se souvient de sa première rencontre avec Chantou.

Vimuolea — connue sous le nom de Vim — était étudiante et effectuait du bénévolat au Cambodian Children’s Fund (CCF) dans le cadre du programme de bénévolat SEALNET (Southeast Asian Service Leadership Network).
Vimuolea — connue sous le nom de Vim — était étudiante et effectuait du bénévolat au Cambodian Children’s Fund (CCF) dans le cadre du programme de bénévolat SEALNET (Southeast Asian Service Leadership Network).

Vim avait d’abord été bénévole au CCF avec son école secondaire à Phnom Penh, où elle avait pu voir pour la première fois comment les enfants et les familles de son quartier vivaient dans des conditions désastreuses. Cette fois-ci, son stage a été plus concret avec les enfants du programme de l'association.

« J’ai été très proche des enfants en l’espace d’une dizaine de jours, et l’une d’entre elles était Chantou », se souvient Vim.

« C’était une expérience très courte, mais très significative. Je me souviens qu’elle était très amicale, très assidue et très courageuse. » Bien que sa vie ait évolué, Vim n’a pas oublié la jeune fille de 12 ans qu’elle avait rencontrée ce jour-là.

Chantou à l'école du CCF
Chantou à l'école du CCF

Deux ans plus tard, de retour au Cambodge après avoir terminé ses études, Vim naviguait sur le site Web de la CCF en pensant faire un don lorsqu’elle est tombée sur la section consacrée au programme de parrainage de la CCF.

Sur la page, il y avait la photo de Chantou, qui avait besoin d’un parrain. Quand j’ai vu Chantou, je me suis dit : « Wow, est-ce le destin ou une coïncidence ? », raconte Vim.

« En la voyant sur la page à la recherche d’un parrain, j’ai su que je devais le faire. J’ai décidé de la parrainer. »

C’était en juin 2018. Chantou avait 14 ans.

Redécouvrir l’écolière dont elle se souvenait, et renouer en tant que sa marraine, a été une expérience enrichissante. « J’ai l’impression que c’est une sœur », dit Vim. « Il y a une affinité avec elle. C’est quelqu’un dont il faut s’occuper, mais aussi je veux qu’elle s’épanouisse. »

En décembre de l’année dernière (2020), Vim a parrainé une deuxième enfant du CCF, une fillette de deux ans appelée Kannitha.

Kannitha sur le terrain de jeux du CCF
Kannitha sur le terrain de jeux du CCF

Vim, aujourd’hui âgée de 26 ans, possède un solide sentiment de service public, un désir de faire son devoir pour contribuer à sa société et à son pays, et de donner en retour ; des traits de caractère qui peuvent être attribués à sa famille et à son milieu.

Son père, le Dr Hang Chuon Naron, est actuellement ministre cambodgien de l’Éducation, de la Jeunesse et des Sports, tandis que Mme Vim est aujourd'hui employée au ministère de l’Économie et des Finances après être rentrée au Cambodge à la fin de sa maîtrise aux États-Unis.

« Je pense qu’il est très important de contribuer à la communauté et à la société dans son ensemble, que ce soit par le biais du bénévolat ou d’un apport financier, en particulier pour les jeunes », déclare Vim.

« On en retire beaucoup plus quand on est jeune, dans le sens où c’est une période où l’on grandit et où l’on peut élargir sa perspective. » Ses parents sont tous deux fiers de son engagement à redonner et elle leur parle de son parrainage par la CCF.

« Ils en sont très heureux et m’encouragent beaucoup à le faire », dit-elle.

Vim a rencontré la CCF pour la première fois lorsqu’elle était élève à l’International School of Phnom Penh (ISPP) et qu’elle a participé à leur programme d’engagement dans la communauté locale. Le fondateur de la CCF, Scott Neeson, a également pris la parole lors de la remise des diplômes de son école.

« C’était très instructif. Il est très rare de trouver quelqu’un qui renonce à une vie de notoriété pour aider les communautés dans le besoin », se souvient Vim.

C’est en faisant du bénévolat au CCF alors qu’elle était lycéenne que Vim s’est rendu compte pour la première fois de l’existence de communautés aussi pauvres que celle de Steung Meanchey au Cambodge, son propre pays.

« Même si je vis ici, je pense que nous ne connaissons pas vraiment la réalité quotidienne de certaines communautés », raconte Vim.
« Même si je vis ici, je pense que nous ne connaissons pas vraiment la réalité quotidienne de certaines communautés », raconte Vim.

« C’est la première fois que je m’en suis rendu compte, lorsque j’y ai été exposée », dit-elle.

« Je pense que vous voyez une perspective plus nuancée si vous visitez une communauté et heureusement, j’ai eu l’occasion de le faire. C’était très choquant et triste, et j’ai l’impression que les gens pourraient faire beaucoup plus ».

Vim s’est à nouveau portée volontaire auprès du CCF et a effectué un stage, ce qui lui a permis de mieux comprendre les programmes de l’ONG et les défis auxquels sont confrontés les enfants et les familles qui luttent quotidiennement pour simplement survivre.

« Même si je vis ici, je pense que nous ne connaissons pas vraiment la réalité quotidienne de certaines communautés, et même si nous la voyons, nous ne savons pas vraiment ce que les enfants vivent », dit-elle.

« À la fin du bénévolat, l’un des enfants a pleuré en disant qu’elle voulait que sa famille aille mieux et prospère, et j’ai l’impression que parfois les gens prennent les choses pour acquises et n’apprécient pas ce dont ils disposent. J’avais envie d’aider les enfants d’une certaine manière, de contribuer. »

Le parrainage d’un enfant a permis à Vim d’établir un lien et une plateforme pour donner en retour. Sa relation avec Chantou s’est épanouie de la même manière que l’écolière s’est épanouie sous les soins et les conseils du CCF.

Lorsqu’elle a rejoint l'association à l’âge de sept ans, Chantou n’avait jamais été à l’école. La vie était difficile pour ses parents, qui travaillaient comme éboueurs, et vivaient au jour le jour.

Aujourd’hui, Chantou, âgée de 16 ans, bénéficie d’une éducation grâce au CCF et a la chance d’avoir un avenir brillant.
Aujourd’hui, Chantou, âgée de 16 ans, bénéficie d’une éducation grâce au CCF et a la chance d’avoir un avenir brillant.

Vim adore la possibilité d’interagir directement avec Chantou par le biais de la correspondance électronique, ce qui lui permet d’avoir un aperçu de la vie quotidienne de l’écolière et de ses aspirations.

« J’aime vraiment cet aspect, le fait de savoir ce qu’elle vit, ses activités quotidiennes et ce qu’elle ressent », déclare Vim.

« Je pense que cela a vraiment aidé pendant la pandémie aussi, quand tout le monde cherchait un lien sous une forme ou une autre. Pour être honnête, ses courriels m’ont aussi beaucoup aidée. Je pense que j’avais aussi du mal à me réadapter au Cambodge, c’était stressant, et je pense que ses courriels m’ont beaucoup touchée aussi… ». Elles se sont aussi rencontrées en personne et ont profité d’une sortie au marché et d’un repas ensemble.

En décembre de l’année dernière, alors qu’elle avait 26 ans, Vim a décidé de s’occuper d’une autre enfant du CCF . Kannitha et son grand frère avaient été confiés à l’ONG car leurs parents, tous deux éboueurs, ne pouvaient pas pu s’occuper d’eux et les négligeaient.

Aujourd’hui âgée de trois ans, Kannitha est une petite fille curieuse et pleine de vie dans la pouponnière du CCF. Elle aime apprendre l’alphabet, chanter des chansons et courir dans la cour de récréation.

Kannitha aime apprendre l’alphabet, chanter des chansons et courir dans la cour de récréation.
Kannitha aime apprendre l’alphabet, chanter des chansons et courir dans la cour de récréation.

Avec son frère, elle vit avec une mère d’accueil au sein d’une famille aimante dans l’un des villages d’habitation du CCF.

« Elle est encore très jeune et j’ai l’impression que ma contribution peut faire beaucoup pour elle », déclare Vim.

Elle n’a pas encore rencontré Kannitha, mais elle espère le faire rapidement. En tant que marraine, Vim se voit comme un mentor pour ses deux filles, leur offrant des conseils et un soutien moral. Mais elle souligne qu’elle considère cette relation comme mutuellement bénéfique.

« J’ai l’impression de recevoir beaucoup plus », affirme-t-elle. « Je peux voir leurs réalités quotidiennes, ce qu’elles traversent, et cela me donne vraiment une autre perspective et je pense qu’elles me donnent aussi un soutien émotionnel. » Je sais quelle différence cela peut faire pour les enfants.

Pour parrainer un enfant du CCF

Kate Ginn avec l’aimable autorisation du CCF