Social : Investir davantage dans la sécurité des transports pour les travailleurs

La campagne « Speak Up » veut inciter les usines à investir davantage dans la sécurité des transports pour les travailleurs.

La campagne « Speak Up » a été lancée à la Factory à Phnom Penh
La campagne « Speak Up » a été lancée à la Factory à Phnom Penh

Une nouvelle initiative en matière de sécurité routière, financée par l’USAID et en collaboration avec le Solidarity Center et la Fondation AIP, souligne que les usines et les marques internationales pour lesquelles elles produisent doivent investir davantage dans la sécurité et le confort des transports de leurs employés.

La campagne intitulée « Speak Up » encouragera les travailleurs à entamer un dialogue constructif avec leurs employeurs au sujet des transports collectifs mis à leur disposition et les incitera à prendre de meilleures habitudes pour les déplacements privés à moto entre le domicile et le lieu de travail.

Le projet se concentrera initialement sur 30 usines cibles le long des routes principales et nationales, principalement à Phnom Penh, Kandal et Kampong Speu et dans d’autres provinces à haut risque.

Une étude menée en 2016 auprès de 233 usines révélait que 7 619 jours dans l'année avaient été perdus en raison d’accidents de la route.

Le programme se concentrera sur trois composantes et activités clés, notamment :

  • Mener des recherches pour promouvoir un changement de politique et de pratique reposant sur des données probantes

  • Collaborer avec les parties prenantes de l’industrie, les organisations de la société civile et les syndicats

  • Accroître la portée de l’intervention en matière de sécurité dans 30 usines cibles

« Nous espérons que la prise en compte de ces facteurs permettra de réduire l’environnement actuellement dangereux pour les travailleurs qui font partie intégrante de l’industrie cambodgienne de l’habillement et de la chaussure, dont le chiffre d’affaires dépasse les 10 milliards de dollars », indique l'USAID.

Un dialogue productif entre le personnel et les employeurs

Lors du lancement de la campagne, Kim Pagna, directeur national de la Fondation AIP au Cambodge, a souligné l’importance de la sécurité routière pour l’économie ainsi que l’impact des accidents du travail sur la productivité des usines.

Kim Pagna, directeur national de la Fondation AIP pour le Cambodge
Kim Pagna, directeur national de la Fondation AIP pour le Cambodge

« Les travailleurs doivent s’exprimer auprès des propriétaires d’usines et de leurs collègues pour s’assurer que le transport vers et depuis le lieu de travail suit les meilleures règles, comme le port du casque, la conduite sûre et l’absence de surcharge dans les transports partagés », a-t-il déclaré.

« En outre, nous étudions l’idée d’exiger des distributeurs de motos et même des organismes de financement qu’ils soient tenus par la loi de fournir des casques et des vêtements de sécurité de bonne qualité pour l’achat de nouvelles motos », a-t-il ajouté.

Le Cambodge compte plus de 700 000 ouvriers d’usine. Le rapport du Fonds national de sécurité sociale (NSSF) sur les réalisations annuelles 2019 et les plans d’action 2020 révèle que 36 % de tous les risques professionnels signalés par les ouvriers concernent des accidents de trajet.

D’après ce rapport, de nombreux véhicules utilisés pour le transport ne sont pas adaptés à l’usage auquel ils sont destinés : ils ne sont pas immatriculés, ne sont pas suffisamment entretenus et sont surchargés. Les conducteurs sont souvent moins expérimentés ; beaucoup n’ont que récemment obtenu leur permis.

Pour ceux qui n’utilisent pas les transports collectifs, le danger réside dans le non-respect des règles de sécurité, les conducteurs imprudents et la mauvaise infrastructure routière. Ces travailleurs, qui se déplacent souvent en moto, doivent connaître les règles du Code de la route cambodgien, ainsi que les dangers d’une conduite à risque.

Un camion surchargé transporte des travailleurs de la confection au Cambodge
Un camion surchargé transporte des travailleurs de la confection au Cambodge

DJ Nana, une influenceuse bien connue sur les médias sociaux, a expliqué lors du lancement qu’il était important que les employeurs soient fermes avec leur personnel et créent une culture de conduite prudente pour leurs déplacements professionnels.

« Les travailleurs doivent aussi assumer une certaine responsabilité pour leurs propre conduite, et les usines doivent s’assurer que les transports fournis sont correctement entretenus, que les conducteurs respectent le Code de la route et que des casques de bonne qualité soient portés », a-t-elle déclaré.

Aucun cadre à suivre pour les marques internationales

William Conklin, directeur national pour le Cambodge du Solidarity Center financé par le mouvement syndical américain, a déclaré que les usines cambodgiennes ne respectaient pas la sécurité routière depuis longtemps.

« Ce problème de sécurité routière n’est pas nouveau pour le Cambodge et les marques qui gagnent des milliards de dollars par an doivent assumer la responsabilité de veiller à ce que leurs travailleurs disposent d’un moyen de transport sûr et confortable pour se rendre au travail et en revenir », a-t-il déclaré.

DJ Nana s’exprimant lors de l’événement de lancement
DJ Nana s’exprimant lors de l’événement de lancement

Répondant à une question de Cambodia Investment Review sur ce que la Fondation AIP attendait spécifiquement des marques internationales, Kim Pagna a exprimé « plus d’assistance » dans la mise en œuvre de politiques et d’initiatives visant à réduire les traumatismes routiers :

« Les marques internationales devraient travailler avec les organisations et les usines pour mettre en œuvre les programmes susceptibles d'améliorer la sécurité routière »

Selon la Fondation AIP, la législation cambodgienne ne prévoit actuellement aucun cadre de protection pour les travailleurs qui font la navette. La NSSF couvre les frais médicaux nécessaires en cas d’accident du travail (y compris les accidents de trajet), mais l’indemnisation à long terme est limitée.

« Les conséquences d’une blessure ou d’un décès pour un travailleur et sa famille peuvent souvent être dévastatrices et irréversibles. Les mesures prises au niveau de l’usine pour prévenir les accidents de la route sont essentielles, en plus d’un soutien durable après le rétablissement ».

Les interventions réussies du secteur de la société civile, telles que le groupe de travail sur les transports (TWG) et ses membres affiliés, ont jeté les bases de nouvelles actions », indique la fondation.

Le TWG, qui est coordonné par Better Factories Cambodia (OIT) a été créé en 2016 et ses membres comprennent des acheteurs/marques internationales de vêtements et d’habillement s’approvisionnant au Cambodge, Solidarity Center, Deutsche Gesellschaft für Internationale Zusammenarbeit (GIZ) GmbH et AIP Foundation.

Harrison White avec notre partenaire Cambodia Investment Review

Merci pour votre envoi !

  • Instagram
  • Facebook Social Icône
  • Gazouillement
  • LinkedIn Social Icône