Social & Actualité : La grève se poursuit à NagaWorld malgré plusieurs arrestations

Les grévistes n’ont pas mis fin à leur manifestation devant le casino NagaWorld de Phnom Penh. Cet après-midi vers 16 h, ces derniers poursuivaient leur mouvement. Plusieurs associations demandent à la direction de NagaWorld de revenir à la table des négociations.

Pour rappel, près de 2 000 travailleurs de NagaWorld sont en grève, des groupes d’entre eux manifestant devant le complexe hôtelier et exigeant la réintégration de 365 dirigeants syndicaux et délégués du personnel qui ont été licenciés.
Pour rappel, près de 2 000 travailleurs de NagaWorld sont en grève, des groupes d’entre eux manifestant devant le complexe hôtelier et exigeant la réintégration de 365 dirigeants syndicaux et délégués du personnel qui ont été licenciés.

Arrestations

La police municipale de Phnom Penh a arrêté neuf personnes le 31 décembre pour avoir organisé une manifestation non autorisée devant le complexe hôtelier intégré local NagaWorld pour avoir « porté atteinte à la sécurité, à l’ordre public et à la sécurité ».

Le matin du 31 décembre, le ministère du Travail et de la Formation professionnelle a appelé les manifestants à cesser immédiatement de manifester et à reprendre le processus de résolution conjointe des conflits du travail qui était en cours, dans l’esprit des articles 302 à 317 de la loi sur le travail et du prakas 317 sur les procédures de résolution conjointe des conflits du travail.

Dans un communiqué de presse, la police municipale a confirmé avoir arrêté les neuf personnes le 31 décembre à 19 heures. Toutefois, d'autres sources indiquent qu'il y aurait eu quelques arrestations supplémentaires mais cela n'a pas été confirmé.

Les agents ont déclaré qu’avant l’arrestation, l’administration municipale leur avait demandé à plusieurs reprises de « mettre fin aux manifestations illégales dans l’intérêt du maintien de la sécurité ».

« L’arrestation de ces neuf personnes est conforme aux articles 194 et 195 du Code pénal. Actuellement, la police suit les procédures conformément à la loi », indique le communiqué de presse.

Toutefois, le 1er janvier, IDEA a publié une déclaration cosignée par des dirigeants syndicaux, des négociateurs et des militants, condamnant l’arrestation effectuée la veille.

Soutien d’association

L’association Independent Democracy of Informal Economy (IDEA) a demandé à la police d’agir de manière neutre « en réglant l’affaire sans inculpation judiciaire et en libérant les personnes arrêtées ».

IDEA soutient « l’exercice des droits fondamentaux des employés de NagaWorld à faire grève pacifiquement et rappelle que ces droits sont garantis par la Constitution, le droit du travail, la loi sur les syndicats et d’autres lois régissant les activités des syndicats enregistrés auprès du ministère du Travail ».

« Nous sommes profondément déçus et nous condamnons les actions des autorités responsables qui n’ont pas rempli leur rôle et leurs devoirs pour protéger la sécurité des grévistes pacifiques. Les travailleurs en grève ont exercé ce droit fondamental de tous les syndicats comme leur dernière alternative. »

« Nous demandons instamment à NagaWorld de revenir à la table des négociations et de trouver une solution pacifique », a déclaré IDEA.

L’organisation a appelé la police à « faire preuve de professionnalisme, de neutralité et d’impartialité dans l’exercice de son rôle dans le processus de résolution du conflit de travail et a demandé la libération immédiate des travailleurs en grève ».

Elle a également appelé toutes les organisations publiques, nationales et internationales travaillant sur les droits de l’homme et du travail à suivre cette affaire de près .

Merci pour votre envoi !

  • Instagram
  • Facebook Social Icône
  • Gazouillement
  • LinkedIn Social Icône