Société & Parcours : La leçon de vie et de courage de Nayheang

À l’âge de 9 ans, la petite Cambodgienne Oark Nayheang déménage à Phnom Penh avec sa sœur Nayhouy dans l’espoir d’obtenir une meilleure éducation. Au lieu de cela, elles se sont retrouvées à travailler dans la décharge de Steung Meanchey.

Oark Nayheang

Avec l’aide du Cambodian Children Fund (CCF), Nayheang est aujourd’hui sortie de la décharge, est diplômée de l’université et travaille maintenant pour le CCF, une façon de remercier l’ONG qui l’a sortie de sa situation de pauvreté.

Les parents de Nayheang ont toujours compris l’importance et la valeur d’une bonne éducation. Ni l’un ni l’autre n’avaient pu aller au collège lorsqu’ils étaient plus jeunes et, comme beaucoup de parents, ils souhaitaient un avenir meilleur pour leurs deux filles.

Espoir à Phnom Penh

Mais vivant pauvrement dans un petit village de la province de Kandal, ils savaient que les opportunités à la campagne seraient limitées. Ils se doutaient que leurs deux filles, Nayheang et sa sœur aînée seraient plus en mesure d’obtenir une meilleure éducation à Phnom Penh et ont pris la décision de les envoyer dans la capitale.

Ainsi Nayheang et sa sœur aînée, Nayhouy, qui n’avaient jamais quitté leur village natal auparavant, ont été emmenées à Phnom Penh par leur père pour vivre avec leur tante qu’elles n’avaient jamais rencontrée. La famille de Nayheang pensait sincèrement que sa tante pouvait aider les filles à aller dans une bonne école de la ville. Mais les attentes étaient bien différentes. Il s’est avéré que la tante avait déjà sa propre famille et s’attendait à ce que ses nièces travaillent en échange d’un hébergement.

Nayheang et sa sœur aînée, Nayhouy

Déception amère

Au lieu d’aller à l’école, les deux jeunes filles ont été mises au travail sur la tristement célèbre décharge de Steung Meanchey, fouillant dans les déchets nauséabonds, afin de gagner de l’argent pour leur nouvelle « famille ». Nayheang n’avait que neuf ans et sa sœur un an de plus.

« Nous avons travaillé à ramasser les ordures. Je ne peux pas décrire ce que j’ai ressenti. C’était la première fois que je ramassais des ordures et je n’avais jamais travaillé comme ça auparavant », explique Nayheang.
La tante, ses enfants et ses deux nièces

C’était une nouvelle famille pour ma sœur et moi. Nous ne connaissions pas notre tante auparavant. Nous nous sommes donc adaptés à la situation et avons obéi à ses exigences. Nous ne pouvions rien dire parce que nous vivions avec elle et qu’elle nous donnait de la nourriture, nous devions donc travailler pour la rembourser.

C’était une situation extrêmement pénible, surtout pour la jeune Nayheang. Elle était habituée à vivre avec sa famille à Barong, une petite île du Mékong. À présent, elle était forcée de travailler toute la journée sur la « montagne des ordures » — l’une des plus grandes décharges d’Asie du Sud-Est à l’époque. Les journées de Nayheang et Nayhouy étaient consacrées à la collecte des déchets hospitaliers, des métaux industriels et de la nourriture. De gros camions allaient et venaient constamment, ajoutant de plus en plus de déchets pourris à fouiller. La puanteur était extrême et les deux enfants ne voyaient pas la fin de leur calvaire.

Heureuse rencontre

Leurs parents et leur ancienne maison leur manquaient, mais elles se sentaient impuissantes. Les deux jeunes filles semblaient destinées à ne jamais pouvoir partir de la décharge. Mais heureusement, alors qu’elles travaillaient un jour, elles ont rencontré Scott Neeson, le fondateur du CCF. C’était en 2004 et Scott venait tout juste de fonder l’association et œuvrait sans relâche pour aider les jeunes enfants cambodgiens à sortir de la décharge et à aller à l’école.

Scott a trouvé Nayheang, vêtue d’une robe rose en lambeaux et sale, fouillant des tas de morceaux de métal pour récupérer tout ce qu’elle pouvait vendre. Lorsqu’il lui a demandé si elle voulait aller à l’école, la réponse fut claire.

Nayheang a donc pu s’inscrire en première année à plein temps avec le CCF et déménager avec sa sœur dans un logement du CCF. Elles ont perdu le contact avec leur tante qu’elles ne reverront jamais. Mais, les deux sœurs ont maintenu des contacts réguliers avec leurs parents. Apprenant vite, Nayheang obtenait d’excellents à l’école, progressant rapidement au fil des années. Quand vous lui demandez quel était son sujet préféré, elle répond en riant :

« J’étais si jeune, je ne pouvais pas vous dire quelle était ma matière préférée, car j’aimais tout. Mais quand je suis allé au lycée, l’anglais était ce que je préférais. » Revenant sur son enfance avec le CCF, elle sourit :

« J’ai eu une opportunité avec l’ONG et cela a changé ma vie. Je ne pouvais pas imaginer aller à l’école et bénéficier d’une éducation complète, d’un logement, de repas et de vêtements décents »

Le CCF était vite devenu ma nouvelle maison et ma nouvelle famille — c’était comme une deuxième famille pour moi. Ils se souciaient de moi et me conseillaient toujours si j’éprouvais des difficultés. Ils m’ont encouragé sans relâche.

Le chemin de l’université

C’est avec une grande fierté que Nayheang a été admise à l’Université royale de Phnom Penh lorsqu’elle a réussi ses examens de 12e année. Étudier la gestion du tourisme dans la plus prestigieuse université du Cambodge grâce à une bourse du CCF était tellement excitant pour la jeune fille. Mais rapidement, elle se sentit dépassée. Ce n’était pas comme au lycée. Il y avait beaucoup de pression pour réussir, et Nayheang se demandait si l’université était vraiment une voie qui lui convenait. C’était trop. Elle a vu plusieurs de ses amis de l’université abandonner leurs cours afin de trouver du travail pour aider leur famille.

C’était difficile, mais Nayheang souhaitait aller au bout de ses rêves. Elle devait continuer. Elle pensait que ce serait un gâchis d’avoir parcouru tout ce chemin et d’abandonner au premier obstacle sérieux. Elle le devait à elle-même, pour la fillette de neuf ans en vêtements sales en lambeaux obligée de fouiller dans les ordures pour survivre…« Il y avait beaucoup de sujets et de devoirs et j’avais envie d’arrêter d’étudier. C’était parfois trop pour moi », explique Nayheang.

« Mais je me suis motivé et je me suis fait violence. J’ai fait de mon mieux pour terminer mes études universitaires, et j’ai obtenu mon diplôme »

La Cambodgienne a été diplômée en 2018 et ses parents étaient venus depuis Kandal pour admirer leur fille marchant la tête haute sur la scène lors de la cérémonie de remise des diplômes du CCF et prononcer un discours à tous les invités avec sa sœur Nayhouy, qui avait également obtenu son diplôme universitaire cette même année.

La Cambodgienne a été diplômée en 2018

« Depuis que j’ai étudié et que je travaille maintenant pour le CCF, j’ai eu la chance de voyager aux États-Unis, en Australie et à Hong Kong pour des événements de collecte de fonds du CCF. J’ai adoré l’Australie et aujourd’hui, je me sens en confiance. Je n’ai pas peur de parler en public, car je l’ai fait sur scène quatre fois et j’ai aussi Scott (Neeson) pour me soutenir ».

Travailler avec le CCF

Nayheang travaille maintenant en tant que responsable des relations avec les sponsors au CCF. Elle a postulé pour ce travail, car elle voulait remercier le CCF et aussi travailler avec les enfants.

“J’adore les enfants. J’aime travailler avec les étudiants, je veux partager mes connaissances”, dit-elle.

Avec la responsabilité de 50 comptes d’enfants, Nayheang supervise les communications entre les enfants et les sponsors. Elle traduit les e-mails, gère les visites et coordonne les conversations par Skype. Les aspects de son travail qu’elle préfère sont les sorties avec les enfants et les anniversaires. Elle rend aussi parfois visite aux étudiants à leur domicile pour traduire les courriels de leur parrain.

Travailler avec le CCF

“Je vais chez eux chez eux pour savoir ce qui se passe, je peux tout voir. J’adore faire ça”, déclare la jeune femme. Nayheang, a maintenant 25 ans, elle vit actuellement avec des amis dans une colocation. Elle veut des enfants un jour, mais pas dans l’immédiat.

Ambitions

Parlant d’objectifs à long terme, elle se dit confiante et confie avoir de grands projets. Toutefois, à l’heure actuelle, elle souhaite se concentrer sur son travail au CCF et aider ses étudiants. Dans l’avenir, elle confie envisager de fonder et gérer sa propre ONG pour les enfants — comme l’a fait Scott Neeson.

“Je ne veux pas voir les enfants rester à la maison, ramasser les ordures ou ne rien faire. Je veux créer une petite organisation ou un centre qui puisse leur dispenser une éducation”

Ayant eu les mêmes expériences que beaucoup d’enfants avec lesquels elle travaille, Nayheang se révèle excellent mentor et conseillère. À l’université, elle était souvent celle vers qui ses amis se tournaient pour obtenir des conseils. Bon nombre d’entre eux avaient des difficultés avec leur charge de travail et envisageaient d’abandonner leurs cours.

Lorsqu’on lui a demandé quel serait son conseil à toute personne en difficulté avec son éducation, Nayheang réfléchit un instant et annonce : “N’abandonnez pas et ayez toujours de l’espoir”

CCF Media Team & C.Gargiulo.

Avec l’aimable autorisation du Cambodian Children Fund

APAC_FR_807X123_SERIES.gif

S'abonner à Cambodgemag

  • Instagram
  • Facebook Social Icône
  • Gazouillement
  • LinkedIn Social Icône