top of page
Ancre 1

Société : Les médecins cambodgiens alertent la population sur les méfaits de la « junk food »

La restauration rapide, les snacks et les boissons gazeuses sucrées - communément appelés « junk food » - sont extrêmement populaires au Cambodge aujourd’hui, bien loin des légumes et du poisson produits localement qui faisaient vivre les générations précédentes. Avec ces nouvelles habitudes émergent de sérieux nouveaux risques…

Les médecins cambodgiens alertent la population sur les méfaits de la « junk food »

L’évolution des modes de vie, et en particulier la façon dont les gens s’alimentent à l’époque moderne, a entraîné une augmentation des maladies chroniques telles que l’hypertension artérielle et le diabète.

Le docteur Sum Satha, spécialiste du diabète, de l’endocrinologie à l’hôpital Calmette et membre de l’American College of Endocrinology, annonce que les Cambodgiens ont modifié leur mode de vie et leur alimentation, en phase avec le développement économique rapide du Royaume. Les aliments occidentaux riches en calories deviennent très populaires au Cambodge.

« Dans le passé, nous aurions mangé du riz avec des soupes de légumes mixtes khmères comme le samlork ou le korko, et beaucoup de poisson. Aujourd’hui, les fast-foods comme les pizzas, les hamburgers et les boissons sucrées bon marché sont largement disponibles. Les habitants des centres urbains, en particulier, semblent apprécier la restauration rapide plus que jamais », dit-il.

L’augmentation des cas de diabète est étroitement liée à l’évolution du régime alimentaire des gens. Il a reconnu qu’il s’agit d’un problème mondial, qui ne se limite pas au Cambodge.

Satha cite les estimations de la Fédération internationale du diabète (FID) en 2019, selon lesquelles un adulte cambodgien sur 16 serait diabétique. Les données de la FID indiquent qu’en 2021, près de 600 000 Cambodgiens vivaient avec cette maladie. Ce nombre pourrait dépasser le million d’ici 2045.

Une récente vidéo éducative de Ros Rattanak — plus connue sous le nom de Chef Nak — visait à attirer l’attention des gens sur la qualité de ce qu’ils mangent, et ne pas se contenter du goût.

Chef Nak estime que les mauvaises habitudes alimentaires sont probablement responsables de plus de décès au Cambodge que l'alcool ou les cigarettes.
Chef Nak estime que les mauvaises habitudes alimentaires sont probablement responsables de plus de décès au Cambodge que l'alcool ou les cigarettes. Photo The Post

« Il semble que le fast-food soit considéré comme la chose la plus tendance à manger en ce moment, mais les gens doivent être conscients des conséquences d’une mauvaise alimentation. Nous pouvons dire que l’alcool tue beaucoup de gens, mais si nous regardons les statistiques, c’est probablement le glucose qui tue plus de gens que l’alcool », dit-elle.

Selon chef Nak, les habitudes alimentaires actuelles du public semblent être basées sur des produits fortement transformés et très sucrés ou salés. Manger ce type d’aliments chaque jour crée une dépendance :

« De toute évidence, s’ils mangent une cuillerée de sucre aujourd’hui, demain leur corps aura besoin d’une cuillerée et demie. »

Elle rappelle que dans le passé, lorsque les gens avaient soif, ils buvaient du café, de l’eau ou du thé. Aujourd’hui, il existe de nombreuses boissons sucrées sur le marché. Elle n’a pas voulu citer de marque en particulier, mais avance que des milliers de dollars sont dépensés pour faire de la publicité pour des boissons riches en sucre auprès du public, et en particulier des enfants.

« La consommation excessive d’aliments et de boissons sucrés augmente le risque de diabète. Nous devons comprendre la quantité et la qualité du sucre contenu dans nos aliments, ainsi que la façon dont ils sont préparés » appuie le docteur Sum Satha.

Le docteur Sum Satha, spécialiste du diabète, de l'endocrinologie à l'hôpital Calmette et membre de l'American College of Endocrinology
Le docteur Sum Satha, spécialiste du diabète, de l'endocrinologie à l'hôpital Calmette et membre de l'American College of Endocrinology

Il prend l’exemple d’une pomme, expliquant que manger une pomme entière ou la transformer en jus donne la même quantité de sucre, mais que lorsque la pomme est mangée entière, elle est absorbée beaucoup plus lentement et présente donc moins de risques.

Les gens doivent connaître la quantité et la qualité des sucres présents dans leur alimentation. L’indice glycémique (IG) d’un aliment est la vitesse à laquelle il augmente le taux de glycémie lorsqu’il est consommé. Pour réduire le risque de diabète, les personnes doivent suivre un régime à faible IG.

« La plupart des fruits sont identiques, mais, les bananes trop mûres, par exemple, ont un IG beaucoup plus élevé que celles qui ne sont pas assez mûres. Les gens doivent comprendre comment fonctionne l’IG », explique-t-il.

Le Dr Chan Panhasokha, cardiologue à l’hôpital Ang Duong, avance que l’alimentation ne constitue pas la seule cause de l’hypertension artérielle ou du diabète, mais qu’elle en est l’un des principaux facteurs. Il précise que, selon une étude récente, si une personne consomme deux canettes de boissons sucrées par jour, elle a 20 fois plus de risques de développer une hyperglycémie.

« Les aliments que nous devrions consommer en plus grande quantité sont les légumes, les fruits, les protéines du poisson, du soja, des haricots et les protéines des céréales complètes. Les aliments que nous devrions consommer en moins grande quantité sont le bœuf, le porc, les aliments salés et les boissons sucrées », conseille-t-il.

Il ajoute que les Cambodgiens devraient éviter les aliments transformés tels que la viande en conserve ou la sauce tomate, car ils sont riches en sodium et contiennent beaucoup de conservateurs.

« Adoptez un régime alimentaire équilibré et veillez à faire de l’exercice régulièrement », conclut-il.

Hong Raksmey avec notre partenaire The Phnom Penh Post

Comments


Merci pour votre envoi !

  • Instagram
  • Facebook Social Icône
  • Gazouillement
  • LinkedIn Social Icône

Accueil   Économie   Tourisme     Culture     Destination     Gastronomie     Sport   Environnement 

bottom of page