Société : Cette courageuse conductrice de tuktuk qui soutient sa famille en travaillant la nuit

La culture traditionnellement conservatrice du Cambodge reste fortement imprégnée d'attitudes sexistes et de domination patriarcale ou paternaliste des femmes dans la société. Le travail domestique est toujours considéré comme un "travail de femme" - par opposition au "travail d'homme" - bien que la plupart des femmes adultes rejoignent aujourd'hui la main-d'œuvre régulière dans une variété de rôles, y compris certains qui étaient auparavant considérés comme réservés aux hommes.

Sokleap, 50 ans, attend les clients au centre commercial Olympia pendant son service qui commence généralement à 16 heures et dure jusqu'au petit matin. Photo Hong Menea
Sokleap, 50 ans, attend les clients au centre commercial Olympia pendant son service qui commence généralement à 16 heures et dure jusqu'au petit matin. Photo Hong Menea

La prochaine fois que vous penserez que votre vie est difficile, imaginez être une Cambodgienne célibataire de 50 ans travaillant comme chauffeur de tuk-tuk pour subvenir aux besoins de sa mère âgée et de sa nièce.

L’herbe n’est pas toujours plus verte chez le voisin. Parfois, l’herbe est morte et il ne reste qu’une parcelle de terre et beaucoup de poussière. Mais au Cambodge, une parcelle de terre est une opportunité qui n’attend que quelqu’un avec un chariot mobile pour se garer et en profiter.

L’espoir est toujours vivant — demandez à Mme Sokleap.

Sa vie est un reflet authentique du genre de difficultés que l’on doit endurer en tant que femme indépendante dans le Royaume, mais elle met également en lumière une autre fixation culturelle du Cambodge : La dévotion filiale, dont elle fait preuve en tant que fille aimante et reconnaissante envers sa mère.

Cette loyauté, associée à son éthique de travail et à sa détermination à gagner sa vie dans un domaine longtemps dominé par les hommes, a inspiré de nombreuses personnes qui l’ont rencontrée et gagné leur respect.

Certains ont rencontré Sokleap en se faisant conduire à l’autre bout de la ville, d’autres l’ont aperçue au centre commercial Olympia, sur le boulevard Monireth.

« Avant de travailler comme chauffeur de tuk-tuk, je vendais du café et des boissons dans un chariot près du stade olympique. À l’époque, comme je vendais dans la rue sans permis, j’étais souvent délogée par la police. »

« J’en ai eu assez de devoir déplacer toutes mes affaires d’un endroit à l’autre en permanence et il était difficile de trouver des emplacements stables où je pouvais me garer et travailler, alors j’ai abandonné cette idée », raconte au Sokleap, qui a commencé à conduire des tuktuks en 2018.

Après l’épisode café, Sokleap s’est retrouvée à la maison avec sa mère pendant une longue période à réfléchir aux moyens de gagner sa vie et à devenir vraiment déprimée parce que tout lui semblait être une impasse et qu’elle n’avait pas d’économies à investir dans la création d’une entreprise.

Sokleap préfère travailler la nuit en raison du trafic plus léger et de la fraîcheur. Photo Hong Menea
Sokleap préfère travailler la nuit en raison du trafic plus léger et de la fraîcheur. Photo Hong Menea

« Avec la vente de boissons, je ne gagnais pas beaucoup d’argent et cela ne couvrait jamais que le loyer. J’en avais assez. Je n’avais donc pas vraiment le choix. J'ai fini par décider d'acheter un tuk-tuk à crédit », explique-t-elle.

Avec la totalité de ses économies, elle a réussi à couvrir la moitié du prix du tuktuk, puis a commencé à effectuer des paiements mensuels en travaillant sans relâche pour payer ses mensualités. Sokleap ne sait pas exactement ce qui l'a poussée à conduire un tuk-tuk, car elle n'y connaissait rien.

Elle n’avait jamais conduit ce type de véhicule et ne savait même pas utiliser Google Maps sur son smartphone à ce moment-là. Mais l’entreprise à laquelle elle a acheté le tuktuk lui a donné une leçon gratuite sur leur fonctionnement et, ensuite, elle a lentement fait son chemin jusqu’à la maison à bord de ce véhicule, avec plusieurs arrêts en cours de route.

« Bien sûr, ce n’est jamais facile de partir de zéro. Dans mon cas, bien que je vive à Phnom Penh depuis longtemps, je n’ai jamais eu l’occasion de m’éloigner de ma zone de confort où je vivais et travaillais. Donc, pour moi, conduire des gens partout dans la ville pouvait paraître une folie. À mon âge, je ne connaissais pas non plus beaucoup les téléphones intelligents ou les cartes Google. C’était vraiment une période difficile durant les premiers mois. »

« J’ai une mauvaise mémoire et je suis nulle avec les indications. Je n’ai tiré aucun profit de mes débuts, car après avoir déposé des passagers, j’étais souvent perdue à effectuer des allers-retours avant de pouvoir retrouver mon chemin. Mais la vie m’a appris à aller de l’avant. À ce moment-là, je ne pensais même pas à faire des bénéfices ».

« J’étais prise par la volonté de savoir où j’étais, de me souvenir du chemin que je prenais et de réussir à déposer des gens chez eux. Mais je peux dire fièrement que j’ai réussi. Je connais maintenant tous les coins de la ville et je ne me perds plus depuis que je sais comment utiliser Google Maps », déclare Sokleap.

Sokleap brave les stigmates sociaux et les dangers d’être une femme seule dans les rues la nuit afin de soutenir sa mère et sa nièce. Photo Hong Menea
Sokleap brave les stigmates sociaux et les dangers d’être une femme seule dans les rues la nuit afin de soutenir sa mère et sa nièce. Photo Hong Menea

Actuellement, Soklea conduit des passagers entre 16 heures et 9 heures du matin, toute la nuit et jusqu’au matin. Elle dit qu’elle le fait en fonction de sa forme. S’il y a des jours où elle se sent pleine d’énergie, elle commence tôt, à 14 heures, et ne termine qu’à 10 heures le lendemain matin.

Si elle choisit de travailler de nuit, c’est parce que, contrairement à de nombreux Cambodgiens, elle ne se sent pas à l’aise en pleine chaleur et que sa santé a commencé à se dégrader après quelques semaines en plein soleil. De plus, elle estime subir moins de concurrence et moins de problèmes de circulation en conduisant la nuit.

« Bien sûr, c’est l’heure de dormir, et j’aimerais pouvoir dormir, mais tout le monde n’a pas le privilège de le faire. Je dois choisir ce qui fonctionne le mieux pour moi. À cet égard, il est également vrai que je ne travaille pas bien sous le soleil — la nuit me convient parfaitement. Je pense que j’ai économisé beaucoup d’énergie en conduisant la nuit, car il n’y a pas d’embouteillages. Je peux effectuer deux fois plus de trajets qu’en journée », explique-t-elle.

Sokleap a trois frères et sœurs. Elle confie que certains Cambodgiens qui la voient conduire un tuk-tuk se demandent comment sa famille peut la laisser faire, mais elle ajoute que ses frères et sœurs ont essayé de l'aider, mais qu'ils vivent au jour le jour comme elle.

La nièce qui habite avec elle étudie à l’université. Sokleap ne gagne pas beaucoup d’argent avec son nouveau travail, mais elle confie que c’est au moins suffisant pour couvrir les dépenses quotidiennes.

Elle dit que son travail ne lui rapporte pas un salaire régulier. Parfois elle gagne beaucoup, parfois un peu moins et d’autres jours, rien du tout. Pendant le Covid, comme tout le monde, elle a souffert des conséquences du verrouillage, mais cela va mieux à présent.

« Je suis heureuse que les gens m’aient tendu la main et je suis très reconnaissante envers mes clients d’avoir fait preuve de compréhension à mon égard. Cela représente le monde entier pour moi. Ma mère m’a toujours appris à tout faire à la sueur de mon front et de ne jamais mendier, et je suis fière de parvenir à suivre ses conseils ».

Pour plus d’informations ou pour réserver une course avec Sokleap, il est possible de la joindre par téléphone : 096 845 3960.

Roth Sochieata avec notre partenaire The Phnom Penh Post

Merci pour votre envoi !

  • Instagram
  • Facebook Social Icône
  • Gazouillement
  • LinkedIn Social Icône