Société & Économie : Aider les Edjai, communauté qui se bat contre l’impact du COVID-19

« Je n’ai plus les moyens d’acheter facilement de la nourriture avec l’épidémie de COVID-19 », déclare Phorn Sambath, 30 ans, qui travaille comme Edjai depuis 15 ans à Phnom Penh.

Sans revenus

Rappelons-le, « Edjai »est le terme qui désigne les travailleurs du secteur informel des déchets, aussi appelés chiffonniers. Il dérive du mot vietnamien pour les déchets Ve Chai, car le Cambodge dépend du Vietnam pour le traitement de ses matières recyclables.

Un rôle majeur

L’activité de recyclage reste peu développée au Cambodge et la communauté d’Edjai joue un rôle majeur, bien qu'assez méconnu, dans cette économie de recyclage. Plus de 2000 Edjai travaillent à Phnom Penh et des milliers d’autres récupèrent les déchets à travers le Cambodge, contribuant à la collecte et au recyclage de près de 8 % du total des déchets solides municipaux, estimés à plus de 300 000 tonnes par an. Ils travaillent jour et nuit, parcourant les rues et les décharges pour localiser, acheter et collecter des matériaux recyclables tels que le plastique, le papier, le verre, l’aluminium et les métaux. Ils transportent ensuite ces matériaux à l’aide de chariots à main ou en motos, et les vendent à des intermédiaires dans les dépôts du pays. Les gérants des dépôts les vendent à leur tour, principalement aux entreprises de recyclage à l’étranger.

Sans revenus

Cependant, la pandémie de COVID-19 a entraîné la fermeture des dépôts pendant plus de trois mois, d’avril à juin 2020. N’ayant nulle part où vendre leurs produits, les Edjai se sont alors retrouvés quasiment sans revenus. Math Et, un Edjai de 61 ans travaillant à Phnom Penh confie :

« Je m’inquiète et j’ai très peur des risques d’une infection au COVID-19. Que dois-je faire si je suis infecté, si ma famille et mes proches le sont également ? »

La communauté Edjai est très exposée aux risques de COVID-19. Ils passent méticuleusement les ordures au peigne fin sans équipement de protection, risquant d’être infectés par des masques usagés ou d’autres matériaux contaminés Même en temps normal, la vie est difficile pour cette communauté. Beaucoup travaillent également la nuit pour éviter le harcèlement, car ils collectent les matières recyclables dans les rues, les restaurants et les magasins.

Comme la plupart des résidents et des entreprises ne trient pas correctement les déchets qu’ils génèrent, les Edjai doivent ouvrir et fouiller eux-mêmes les sacs à ordures. Sans vêtements réfléchissants, les communautés d’Edjai sont aussi confrontées à un risque plus élevé d’accidents de la route. « J’ai peur de mourir en étant heurté par une voiture », déclare Moeun Aann, 36 ans, tout en expliquant à quel point les accidents de la route sont fréquents dans les communautés d’Edjai.

Chute des prix

En juillet, la plupart des dépôts de recyclage ont rouvert, mais le prix des déchets recyclables tels que les bouteilles en plastique a chuté de plus de 50 %. Par rapport à leur revenu moyen d’avril à septembre en 2019, le revenu de nombreux Edjai a baissé jusqu’à 80 %, pour la même période en 2020. Luttant pour survivre, beaucoup ont été forcés de rogner sur la nourriture. Certains ont sollicité l’aide d’ONG et du gouvernement pour obtenir une aide immédiate en nourriture et en espèces.

Aider les Edjai, communauté qui se bat contre l’impact du COVID-19

Cependant, tous n’ont pas accès à une telle assistance. La plupart des ramasseurs de déchets informels restent exclus des systèmes formels tels que le registre familial et ne peuvent donc pas accéder aux programmes de protection sociale tels que « IDPoor ». De nombreux Edjai vivent dans des quartiers isolés, dans des maisons louées et n’ont pas de documents officiels. De plus, Edjai n’est pas reconnu comme une main-d’œuvre officielle et son accès aux déchets recyclables reste donc précaire.

Sans aucun accès à d’autres revenus, nombre d’entre eux ont été contraints de contracter des prêts pour répondre à leurs besoins essentiels, souvent auprès de prêteurs informels appliquant des taux d’intérêt élevés, simplement pour satisfaire leurs besoins fondamentaux. Cela les entraîne souvent dans la spirale de la dette.

Urgent d'agir

Par conséquent, il est urgent de fournir des aliments tels que du riz, des nouilles et d’autres aliments de base aux communautés d’Edjai, en particulier à celles qui sont les plus durement touchées et sont tombées dans la pauvreté. Des équipements de protection individuelle (EPI) tels que des masques et des gants réutilisables sont également nécessaires pour fournir une protection contre les risques de COVID-19. Les vestes réfléchissantes peuvent également augmenter la visibilité, pour éviter les accidents de la circulation de jour comme de nuit. En coopération avec le gouvernement et les ONG, le PNUD prévoit très rapidement de fournir des plateaux de nourriture et des équipements de protection à 600 familles Edjai, de Phnom Penh.

Pourtant, afin d’assurer un bien-être à long terme, plusieurs interventions supplémentaires sont nécessaires. L’une consiste à aider le registre Edjai pour le système IDPoor, au bureau municipal local. Un soutien supplémentaire est nécessaire pour surmonter le manque de statut officiel pour recevoir une carte d’équité.

Urgent d'agir

Une autre consiste à intégrer la communauté Edjai dans une économie circulaire, tout en reconnaissant officiellement son rôle dans la collecte et le recyclage des déchets. Le gouvernement royal du Cambodge élabore une stratégie nationale d’économie circulaire. L’une des étapes clés consiste à utiliser ce réseau Edjai et ses dépôts de recyclage très efficaces et à les intégrer dans un système de recyclage plus formel. D’autres pays comme les Philippines, l’Inde et l’Indonésie ont réussi à intégrer les récupérateurs informels dans une économie formelle de recyclage.

Le COVID-19 a affecté des millions de personnes à travers la planète. Alors que nous nous dirigeons vers la reprise et la reconstruction, nous devons veiller à ce que personne ne soit laissé pour compte. Cela est particulièrement vrai de la communauté Edjai qui fournit au Cambodge des services de recyclage inestimables.

Par Nick Beresford, Représentant résident du PNUD au Cambodge et Michael Wasserman, consultant en économie circulaire. Photographies : Michael Wasserman & Christophe Gargiulo

Merci pour votre envoi !

  • Instagram
  • Facebook Social Icône
  • Gazouillement
  • LinkedIn Social Icône