SM le Roi Norodom Sihanouk : Un portrait personnel & Entretien avec l'ambassadeur Julio Jeldres

Merci à Bernard Cohen — Angkor Database et Julio A. Jeldres pour cette entrevue qui permet d’en savoir un peu plus sur la personnalité de l’un des monarques les plus emblématiques de la royauté cambodgienne et de l’Histoire.

Q : Tenter de dresser le profil psychologique d'un grand dirigeant politique, surtout s'il a dû faire face à tant d'époques différentes au cours de sa carrière, est toujours un exercice délicat. Vous, l'Ambassadeur Jeldres, avez eu le privilège de travailler et de partager tant de moments dans les coulisses de SM le Roi Norodom Sihanouk, et en tant qu'historien vous-même, vous voulez voir l'homme et son caractère à travers le prisme de l'histoire, indépendamment des liens personnels. Le Roi Père a souvent été décrit comme "mercuriel", notamment par les médias occidentaux...

R : Mercuriel, je trouve le terme offensant. Imprévisible, oui, Sa Majesté l’était. Je dirais qu’il avait besoin d’être imprévisible, que l’imprévisibilité est devenue une partie importante de sa personnalité par nécessité, en particulier pendant les décennies d’avant-guerre et de guerre, lorsque les puissants voisins du Cambodge, la Thaïlande et le Vietnam, ont relancé les anciennes tentatives de division du pays entre eux. À cette époque, il était impératif de « laisser l’ennemi dans le doute ». Et même après cela, pendant le retour prolongé à la stabilité, l’élément de surprise était un élément important.

« Je me souviens qu’à plusieurs reprises, nous pouvions travailler sur un communiqué de presse à minuit, puis il le modifiait de manière significative à six heures du matin. »

Jusqu’en 1970 (le coup d’État de Lon Nol ), cette imprévisibilité était à peu près le seul moyen politique dont il disposait, et le modus operandi fonctionnait plutôt bien. Mais lorsqu’on est imprévisible, on peut aussi déconcerter et décevoir ses amis, et c’est pourquoi le jeune roi - et plus tard le prince en tant que chef d’État - voulait établir des amitiés solides, des relations personnelles avec le plus grand nombre possible d’amis dans le monde. Sa vision du monde était intrinsèquement immunisée contre la bipolarisation, les excès de la guerre froide. Sa fibre artistique depuis son plus jeune âge, embrassant à la fois le théâtre classique français et le cinéma, a beaucoup contribué à son penchant pour le non-alignement, pour un post-colonialisme créatif et énergique.

Q : Justement, certains historiens ont affirmé que le coup d’Etat de Lon Nol était une riposte fabriquée par la CIA à la diplomatie non conventionnelle de Norodom Sihanouk.

Plus que les proclamations idéologiques, ce qui intéressait Sihanouk, c’était les réalisations des jeunes nations nées du processus de décolonisation dans le domaine de l’éducation, du développement technologique, de l’agriculture… Par exemple, il était si impressionné par les méthodes d’éducation musicale tchécoslovaques qu’il a encouragé son fils, SM le Roi Norodom Sihamoni depuis la seconde abdication du Roi Père en 2004, à poursuivre ses études à Prague, où le Prince a obtenu un Master sur la musique et la danse cambodgiennes.

« Il a également salué publiquement le succès d’Israël pour son système d’irrigation révolutionnaire. »

Avec l’Union soviétique, les relations étaient prudemment amicales. Le prince Sihanouk se trouvait à Moscou en mars 1970 lorsque le coup d’État contre lui a été perpétré, mais il est encore difficile d’imaginer à quel point les services de renseignement et les gouvernements étrangers étaient au courant de cette tentative d’effacer à jamais l’institution monarchique cambodgienne.

J'ai fait des recherches sur la question et elle reste obscure, même s'il existe un document dans les archives de l'Élysée qui semble montrer que le président Georges Pompidou (qui avait été élu en juin 1969 ) était au courant de la préparation du coup d'État. Quant au gouvernement britannique, il n'a jamais compris le Cambodge de toute façon...

Le roi Sihanouk avec le leader indien Jawaharlal Nehru (photo tirée de Biographie sommaire...)
Le roi Sihanouk avec le leader indien Jawaharlal Nehru (photo tirée de Biographie sommaire...)

Q : Quelle était la dimension asiatique dans la vision des relations internationales du Roi Père ?

R : La famille royale cambodgienne a toujours été un ardent promoteur de l’ASEAN (bien qu’aucun des pays de l’ASEAN n’ait pris le parti du roi Sihanouk lorsqu’il a été évincé par Lon Nol) et de la coopération régionale. Préserver la neutralité du Royaume pendant la guerre du Vietnam a été une tâche terriblement difficile. Si le prince Sihanouk entretient des relations étroites avec le Premier ministre du Nord-Vietnam, Pham Van Dong (1906-2000), et participe aux célébrations de la fête du Têt dans les années 1970, il ne rencontre jamais en personne Hô Chi Minh. Pourtant, il a assisté aux funérailles du président vietnamien en septembre 1969.

« Parce que le père de la Reine Mère, Jean François Izzi, avait travaillé à Saigon comme directeur du Crédit Foncier, la propagande de la République khmère a vainement tenté de salir la famille de Sa Majesté avec des rumeurs d’une quelconque connexion vietnamienne, ce qui était un non-sens. »

Mme Pomme Peang (1904-1991), la mère de SM la Reine Monineath, a épousé Izzi à Phnom Penh, et en fait elle était étroitement liée à la famille royale cambodgienne puisque sa propre mère, Madame Ouk, avait été mariée à SAR Norodom Duongchak, fils aîné du Roi Norodom. Pour la petite histoire, c’est lorsque le prince Duongchak et Mme Ouk ont emmené la jeune Monique-Monineath en visite à la résidence de SAR Norodom Suramarit — qui deviendra l’ambassade de Corée du Nord — en 1951, que le roi Sihanouk l’a remarquée pour la première fois et en est tombé amoureux.

En parlant de la Corée du Nord, je noterai simplement que le Cambodge a été le premier royaume à reconnaître son indépendance, et que le roi Sihanouk a été tellement impressionné par la vision de Kim Il-sung pour son peuple qu’il a écrit un petit livre sur les réalisations de la Corée du Nord en matière d’éducation publique et de système de santé.

Je me suis moi-même rendu à Pyongyang pour la première fois en 1981, alors que le Roi Père y effectuait une retraite, et non des vacances comme le disaient certains de ses détracteurs. Une fois de plus, il ne voyait pas le monde en noir et blanc, et s’il pouvait s’identifier à Kim Il-sung, il était toujours réticent aux traits autoritaires de Lee Kuan Yew, déplorant que le dirigeant singapourien soit toujours en train d’essayer et de lui « faire la leçon ». Pourtant, ce dernier a reçu les éloges de tous les faucons occidentaux, de Kissinger à Margaret Thatcher. Cependant, Lee lui-même et les dirigeants singapouriens suivants sont venus au Cambodge pour assister directement à la marche innovante du Royaume vers la modernisation.

Q : Dans le film de fiction Crépuscule, tourné en 1969 à Angkor, le Roi Père jouait le rôle du Prince Adit, « adit » signifiant « passé » en khmer. Au fond, quels étaient ses sentiments envers Angkor, une sorte de nostalgie, de « souvenir du passé » ?

R : Il y a certainement ce que j’appellerais une « Mélancolie d’Angkor » dans ses nombreuses références à la capitale de l’ancien empire khmer. D’un autre côté, Angkor en tant que symbole de la souveraineté nationale, et en tant que formidable patrimoine culturel à préserver pour les générations futures, était très présent dans son esprit. Souvenez-vous du périlleux voyage à Angkor qu’il fit avec la Reine Mère en 1973, en pleine guerre civile et bombardements américains, expérience hautement symbolique et audacieuse que Sa Majesté a consignés dans le Journal que j’ai eu l’honneur d’éditer et de publier à sa demande en 2021.

Après la guerre, le Roi Père a placé Angkor et le Ballet Royal du Cambodge au centre même de la « diplomatie culturelle » du Cambodge. Dans toutes ses visites officielles ou privées à l’étranger, il insistait pour que des panneaux de photos présentant les deux merveilles culturelles soient pris par son entourage. Pour ce qui est de la conservation et de la préservation d’Angkor, il n’avait pas froid aux yeux :

« Les Français ont le savoir-faire et l’expérience, ils sont les plus qualifiés, laissons l’EFEO s’en occuper », me disait-il souvent, surtout après la controverse sur l’utilisation de certains produits chimiques par des conservateurs indiens dans les années 1990.

Il désapprouvait les tentatives d’instrumentalisation d’Angkor à des fins politiques : par exemple, lorsque l’ambassadeur de Pologne m’a demandé de convaincre le roi d’aider personnellement à collecter des fonds pour financer un programme polonais de préservation d’Angkor, il a été scandalisé.

La confiance que le roi Sihanouk accordait à l’EFEO était telle qu’au moment de son abdication, en février 2004, il a décidé d’envoyer tous les documents originaux de ses archives personnelles à partir de 1970 à l’École à Paris, arguant que toute sa bibliothèque et ses archives antérieures à 1970 avaient été détruites par les Khmers rouges. Plus tard, il a envoyé une lettre demandant qu’une partie des archives soit fermée pendant trente ans.

En juillet 2007, alors que j’étais invité sur place pour aider à mettre de l’ordre dans les archives, j’ai découvert que les archives Sihanouk avaient toutes été transférées de l’EFEO aux Archives nationales du palais de Soubise, qui font partie des Archives nationales françaises [2]. Beaucoup plus tôt, le roi avait fait don de la plupart de ses films de fiction et documentaires à la Cinémathèque française, tandis que certaines séquences originales sont restées en Corée du Nord et que d’autres films, ainsi que les partitions musicales du roi, ont été déposés dans une collection d’archives spéciale à l’université Monash, à Melbourne, en Australie.

14 novembre 1991 : le couple royal cambodgien, avec Julio Jeldres à ses côtés, rentre en avion à Phnom Penh après les années d'exil. Une journée extraordinaire (photo avec l'aimable autorisation de J.J.)
14 novembre 1991 : le couple royal cambodgien, avec Julio Jeldres à ses côtés, rentre en avion à Phnom Penh après les années d'exil. Une journée extraordinaire (photo avec l'aimable autorisation de J.J.)

Q : Le souvenir le plus attachant de vos nombreuses années en tant que secrétaire privé, biographe officiel et ambassadeur personnel du Roi Père ?

R : Il y a beaucoup de bons souvenirs, car le roi Sihanouk était également remarquable pour sa gentillesse, ses manières avenantes. Le voir interagir avec les « petites gens » — il ne considérait jamais personne comme « petit » -, la façon dont les villageois cambodgiens se réjouissaient véritablement de voir « Papa » faire soudainement irruption dans leur humble existence, la façon dont ils dansaient au son des groupes de musique qu’il emmenait souvent avec lui dans ses tournées à la campagne, tout cela était vraiment émouvant. Il est à noter que SM le Roi Sihamoni chérit ces rencontres avec les citoyens autant que son défunt père, même si les opportunités ont été réduites par la pandémie de Covid et d’autres limitations.

J’ai également été charmé et ému par le fait que le roi prenait toujours le temps, malgré son emploi du temps très serré, de dire un mot gentil, de serrer la main et d’offrir un petit cadeau à toutes les personnes impliquées dans ses voyages à l’étranger, des chauffeurs officiels du cortège aux pilotes, aux stewards et hôtesses de l’air à bord d’un avion, des préposés aux expositions artistiques aux serveurs et serveuses des restaurants.

Le moment que je chéris le plus est survenu un jour de juin 1991, alors que nous travaillions tard dans sa résidence de Pékin, lorsqu’il m’a dit à l’improviste : « Et au fait, félicitations, Votre Excellence ! ».

« Sachant qu’il y aurait bientôt une nouvelle session de la Conférence internationale de Paris sur le Cambodge, il avait décidé de m’accorder le rang d’ambassadeur. »

Cet honneur, venant du souverain d’un royaume lointain, mystérieux et merveilleux, que j’avais découvert en tant qu’adolescent naïf à Santiago du Chili en tombant sur la couverture du numéro de novembre 1967 du magazine Life représentant Mme Jacqueline Kennedy se promenant dans les ruines d’Angkor, m’allait droit au cœur.

Puis, il y a eu les derniers moments poignants. Après avoir abdiqué, le Roi Père passait plus de temps à Pékin, sa santé chancelante étant suivie par des médecins chinois. En mars 2012, alors que j'étais en Australie pour un temps, la Reine Mère m'a convoqué à Pékin. Le Roi Père avait l'air fragile, et ne parlait presque pas. Je lui ai montré les épreuves d'une biographie de Sa Majesté que j'étais alors en train d'achever avec la princesse royale SAR Norodom Arunrasmy (A Life Dedicated to Cambodia, 2013 ). J'étais profondément inquiète, mais je devais me rendre à Harbin pour un certain temps. Lorsque j'ai contacté la reine mère pour m'enquérir de la santé du roi, Sa Majesté m'a dit qu'elle craignait que la fin soit proche. Deux semaines plus tard, il est décédé.

 

[1} Lorsque nous avons interrogé le Pr. Olivier De Bernon sur ce projet lors de sa visite à Phnom Penh en octobre 2022, il nous a répondu : « Je viens de faire remarquer dans un article écrit à l’occasion du 50e anniversaire de la visite historique du Général De Gaulle à Phnom Penh en 2016 que cette affaire mériterait effectivement un livre entier ». L’admiration était réciproque. Par exemple, lorsque la France envisageait d’établir des relations diplomatiques avec la Chine, le Général a suggéré aux émissaires français de « s’arrêter à Phnom Penh et de voir le prince Sihanouk, car il a l’expertise. » De même, lorsque le dirigeant cambodgien est parmi les premiers à reconnaître le GPRA (Gouvernement Provisoire de la République Algérienne) algérien lors de la Conférence de Belgrade, les anti-indépendantistes du gouvernement français sont furieux, mais De Gaulle dit comprendre la position de Sihanouk. Le Général aurait même déclaré après le coup d’État de Lon Nol : « Le Prince Sihanouk à Pékin, c’est le général de Gaulle à Londres ! ». »

[2] Présentant à Phnom Penh le travail d’archivage de plus d’un million de documents et de 10 000 heures d’enregistrement audio en octobre 2022, le Pr. de Bernon a expliqué que le transfert n’a eu lieu « que pour des raisons de sécurité et d’efficacité. J’ai supervisé le traitement de chacun et de chaque document, comme le roi Sihanouk me l’avait confié. C’était une mission sacrée ». Selon lui, Norodom Sihanouk souhaitait que l’ensemble des archives soit immédiatement accessible aux chercheurs, mais la réglementation française imposait de classer les documents liés à certains sujets (la santé notamment) pendant trente ans.

Fax personnel envoyé par le roi Sihanouk à Olivier de Bernon le 19 février 2004 (présentation ODB des Archives du Roi) (Les conversations ont eu lieu à Phnom Penh en juin-juillet 2022. Edité par Bernard Cohen)
Fax personnel envoyé par le roi Sihanouk à Olivier de Bernon le 19 février 2004 (présentation ODB des Archives du Roi) (Les conversations ont eu lieu à Phnom Penh en juin-juillet 2022. Edité par Bernard Cohen)

Et aussi

En 2013, le Phnom Penh Post a recueilli divers témoignages sur le défunt roi auprès de journalistes, d’hommes politiques, d’historiens dont l’ambassadeur Julio Jeldres : Souvenirs du roi père (3 février 2013).

Outre les affaires d’État et la diplomatie, le défunt roi avait l’habitude de prendre des milliers de notes manuscrites liées à la littérature, à la poésie et aux arts (y compris l’art culinaire).

L’une d’entre elles, particulièrement poignante, surtout de la part d’un dirigeant qui, par ailleurs, professait l’optimisme et la « joie de vivre », est une citation tirée de Richard II quarante de l’écrivain français Louis Aragon, qui reflète son chagrin face à certains moments tragiques de l’histoire du Cambodge (« Plus chagrin que le chagrin, je reste le roi de mon chagrin ») :

« La patrie est comme une barque

Qu’abandonnèrent ses haleurs

Et je ressemble à ce monarque

Plus malheureux que le malheur… »

Richard II quarante a été écrit en septembre 1940 et est paru pour la première fois dans un recueil de Louis Aragon intitulé Le crève-coeur, dans un tirage clandestin de 250 exemplaires publié par Gallimard en France en 1941.

Voici le poème dans son intégralité :

Ma patrie est comme une barque

Qu’abandonnèrent ses haleurs

Et je ressemble à ce monarque

Plus malheureux que le malheur..."

Qui restait roi de ses douleurs

Vivre n’est plus qu’un stratagème

Le vent sait mal sécher les pleurs

Il faut haïr tout ce que j’aime

Ce que je n’ai plus donnez-leur

Je reste roi de mes douleurs

Le cœur peut s’arrêter de batter

Le sang peut couler sans chaleur

Deux et deux ne fassent plus quatre

Au Pigeon-Vole des voleurs

Je reste roi de mes douleurs

Que le soleil meure ou renaisse

Le ciel a perdu ses couleurs

Tendre Paris de ma jeunesse

Adieu printemps du Quai-aux-Fleurs

Je reste roi de mes douleurs

Fuyez les bois et les fontaines

Taisez-vous oiseaux querelleurs

Vos chants sont mis en quarantaine

C’est le règne de l’oiseleur

Je reste roi de mes douleurs

Il est un temps pour la souffrance

Quand Jeanne vint à Vaucouleurs

Ah coupez en morceaux la France

Le jour avait cette pâleur

Je reste roi de mes douleurs.

 

À Propos des auteurs

Angkor Database - មូលដ្ឋានទិន្នន័យអង្គរ - 吴哥数据库



Tout ce que vous voulez savoir sur Angkor et l'ancienne civilisation khmère, comment elle continue d'attirer l'attention du monde entier et imprègne le Cambodge moderne. Livres indexés et révisés, documentation en ligne, collections de photos et de films, biographies d'auteurs enrichies, publications consultables.

Nos ressources comprennent la bibliothèque sur place au Templation Angkor Resort, à Siem Reap, au Cambodge, avec un accès exclusif pour les clients du complexe. Les visiteurs qui ne séjournent pas sur place peuvent demander un laissez-passer quotidien.

Julio A. Jeldres


L'ambassadeur Julio Armando Jeldres (né le 1er décembre 1950 à Santiago du Chili) était un adolescent dans le lointain Chili quand, en 1967, il a écrit directement au Palais du Roi du Cambodge pour en savoir plus sur le fascinant royaume à l'autre bout du monde. Une relation épistolaire s'installe, jusqu'à ce que le jeune Chilien rencontre le roi Norodom Sihanouk à Pyongyang au début des années 1990, devenant le secrétaire personnel de Sa Majesté de 1981 à 1991, et son biographe officiel depuis 1993.

Titulaire d'un doctorat en histoire de l'Université Monash (2015), Julio Jeldres a écrit en 2003, parmi plusieurs livres et essais, "The Royal House of Cambodia", une référence sur tout ce qui est royal au Cambodge. Une édition mise à jour est sortie en janvier 2018. Depuis 2013, il est conseiller au cabinet de SM le Roi Sihamoni avec rang de ministre d'État, et reste un proche conseiller de SM la Reine Mère Norodom Monineath.

Spécialiste de l'histoire de la diplomatie cambodgienne, il a étudié l'évolution de la position cambodgienne sur la neutralité et le non-alignement, et a rédigé une étude perspicace sur la relation spéciale entre feu le roi Norodom Sihanouk et le ministre chinois des affaires étrangères Zhou En Lai.

Chercheur principal invité à l'Institut Sleuk Rith de Phnom Penh du Centre de documentation du Cambodge, l'ambassadeur Jeldres a contribué à l'installation de la bibliothèque de la Reine mère au Palais royal, qui a ouvert ses portes en 2021 (ouverte au public depuis juin 2022).

En juin 2022, Julio Jeldres a honoré la Base de données d'Angkor en faisant don d'une partie de sa collection personnelle de livres et d'archives à la bibliothèque de la BAD à Siem Reap.

Un portrait par Loeung Yongsoeng, 2021
Un portrait par Loeung Yongsoeng, 2021

Lire un bioportrait de Brent Crane dans le Phnom Penh Post (2016), « Sihanouk et l'adolescent de Santiago ».

Merci pour votre envoi !

  • Instagram
  • Facebook Social Icône
  • Gazouillement
  • LinkedIn Social Icône