Siem Reap & Patrimoine : Cambodge et ASEAN ensemble pour protéger les biens culturels

Siem Reap accueille actuellement une conférence internationale visant à trouver des mesures et des solutions efficaces pour protéger le patrimoine culturel et empêcher le pillage d’artefacts historiques et de biens patrimoniaux. La conférence se poursuivra jusqu’au 8 septembre 2022 sur le thème de « la protection des biens culturels : La prévention du trafic illicite de biens culturels - une perspective de l’ASEAN ».

Les participants à la conférence internationale sur la protection des biens culturels posent pour une photo, dans la ville de Siem Reap. Photo AKP
Les participants à la conférence internationale sur la protection des biens culturels posent pour une photo, dans la ville de Siem Reap. Photo AKP

Selon le ministère de la Culture et des beaux-arts, l’objectif de la conférence est de débattre des problèmes et d'envisager des mesures stratégiques visant à garantir le retour des objets pillés.

S’exprimant lors de cette conférence, la ministre de la Culture et des beaux-arts, S.E. Phoeurng Sackona, a déclaré que de nombreux biens culturels cambodgiens avaient été pillés, en particulier pendant les périodes de conflit, puis illégalement exportés du royaume. Ainsi, de nombreux objets volés ont été retrouvés en vente sur des marchés parallèles, dans des salles des ventes et des galeries à l’étranger.

Pour la ministre, le pillage et la contrebande de ces biens culturels constituent « des actes de destruction qui nuisent à la compréhension des cultures et à l’identité des descendants de leurs créateurs ».

Elle a ajouté que le Cambodge et tous les pays de la région reconnaissaient qu’il était nécessaire de protéger les patrimoines culturels en luttant contre le commerce illégal et en formant « un marché culturel dans un esprit de responsabilité mutuelle ».

« Ces dernières années, le Cambodge et d’autres pays de l’ASEAN ont pris des mesures actives pour prévenir conjointement la destruction et le pillage de ces biens par le biais d’échanges culturels entre les musées et le secteur privé. C’est la raison pour laquelle le Cambodge s’efforce de favoriser la coopération entre les pays de la zone et la communauté internationale pour lutter ensemble contre le commerce illégal et pour la protection du patrimoine culturel », a déclaré Mme Sackona.

La conférence a également pour objectif de promouvoir la compréhension de la culture, d’encourager la paix et la sécurité régionales et d’explorer les possibilités de développement économique liées au patrimoine dans la région.

Le ministre des Affaires étrangères et de la Coopération internationale, Prak Sokhonn, assistait en visioconférence à cette première journée et a déclaré que le Cambodge avait récemment fait un grand pas en avant en rapatriant bon nombre d’objets culturels.

Il a également confié qu’il s’attendait à ce que le reste des objets pillés, qui se trouvent actuellement dans des musées et des collections privées à l’étranger, soient rendus au Cambodge dans un avenir proche :

« Nous pensons que le pillage d’objets anciens est un problème complexe auquel sont confrontés tous les États membres de l’ASEAN. C’est la raison pour laquelle nous avons invité les gouvernements et des experts internationaux dans ce domaine à venir discuter de ces questions. »

M. Sokhonn a ajouté que la restitution des objets pillés au Cambodge servirait à motiver les Cambodgiens et à les inspirer tout en permettant la création de nouveaux musées pouvant intégrer des éléments tels que la musique pour « une expansion globale du tourisme culturel ».

Le Cambodge assurant la présidence de l’ASEAN cette année, le prochain sommet doit se tenir dans le royaume en novembre et M. Sokhonn a exhorté les états membres à aborder cette question lors de cet événement :

« J’espère que les ministres de la Culture de la communauté de pays créeront un programme d’orientation pour la région avec la participation des groupes de travail sur le patrimoine culturel et du ministère de la Culture de chaque pays »

Le vénérable Son Chan Chivak Chanmony de la pagode Chanppak Chotanaram, a raconté comment il avait retrouvé statue de Bouddha en bronze qui n’avait pas de socle. Les yeux de la statue, probablement des pierres précieuses, manquaient également.

« Selon les experts, cette statue de Bouddha aurait été coulée entre le 18e et le 19e siècle, sous le règne du roi Norodom », a déclaré le moine qui, en juillet dernier, s’était rendu chez des bouddhistes thaïlandais à Bangkok et avait vu cette statue. En raison du style de celle-ci, il s’était douté qu’il pouvait s’agir d’une sculpture d’origine khmère et s'était alors renseigné sur l’histoire de l’objet.

« Le bouddhiste thaïlandais m’a tout de suite dit que son père avait acheté la statue de Bouddha à un antiquaire cambodgien vers 1988 ou 1989. Les yeux de la statue avaient été enlevés par les antiquaires cambodgiens et vendus séparément, alors que la statue avait été vendue à son père pour 550 000 bahts », a-t-il raconté.

Le vénérable Chanmony a ajouté qu’après avoir entendu l’histoire de la statue, il a demandé l’intervention d’experts du département des cultes et des religions et du département de la culture et des beaux-arts de la province de Kampong Chhnang. Début août, les autorités compétentes ont demandé le retour de la statue au Cambodge.

Après avoir appris ce qu’elle représentait, le propriétaire thaïlandais — un fervent bouddhiste — a accepté de rendre la statue au Cambodge, ce qu’il a fait le 4 septembre. Elle est actuellement conservée à la pagode Chanppak Chotanaram.

Ouk Sokha, directeur général du département général du patrimoine au ministère de la Culture, a déclaré que son équipe d’experts allait inspecter la statue, car aucun rapport ou document officiel ne leur a encore été envoyé par la pagode :

« Pour l’instant, notre équipe inspecte la statue de Bouddha pour essayer de la dater et de déterminer ses origines ».

Lay Samean et Khouth Sophak Chakrya avec notre partenaire The Phnom Penh Post

Merci pour votre envoi !

  • Instagram
  • Facebook Social Icône
  • Gazouillement
  • LinkedIn Social Icône