Siem Reap & Initiative : Graines de Cambodge sème la beauté dans le monde

Alors que les accessoires scintillants fabriqués à partir de métaux précieux et de pierres fines doivent être extraits de la terre, la société Graines de Cambodge, basée à Siem Reap, utilise une variété de graines récoltées pour créer des bijoux durables, éthiques et écologiques.

Rany Som, 34 ans, fondatrice de Graines de Cambodge, pose avec sa collection de bijoux en graines. Photo fournie
Rany Som, 34 ans, fondatrice de Graines de Cambodge, pose avec sa collection de bijoux en graines. Photo fournie

En 2011, après son divorce, Rany Som — la fondatrice de Graines de Cambodge, âgée de 34 ans — est rentrée d’Inde dans sa ville natale de Siem Reap. Malheureusement, à l’époque, ses parents désapprouvaient le divorce et ne voulaient pas qu’elle revienne dans la famille.

N’ayant personne sur qui s’appuyer, la précarité de la survie au quotidien a fait naître en elle des talents qu’elle ne soupçonnait pas vraiment.

« Après mon divorce, je suis revenue les mains vides et je me suis sentie seule et honteuse. Je vivais seule et j’avais du mal à trouver du travail. Je n’ai pas de diplôme ni de formation scolaire, alors je savais que je ne trouverais pas un bon emploi. Je ne supportais pas d’entendre tous les ragots à mon sujet et, si j’avais trouvé un travail régulier, car cela m’aurait déçue et encore plus déprimée », raconte Rany.

C’est à cette époque qu’elle conçoit ses bijoux à base de graines et les vend à quelques boutiques jusqu’à ce qu’elle puisse acheter sa propre boutique l’année suivante.

« J’ai donc choisi de faire tout ce qui était en mon pouvoir pour devenir autonome. Et pour avoir un bon revenu sans trop d’investissement, j’ai décidé de travailler pour moi et de fabriquer des objets de mes propres mains », raconte Rany.

Les temps étaient durs et elle a démarré son entreprise avec seulement cent dollars en poche. Après avoir réfléchi, l’idée de créer des bijoux en utilisant différentes sortes de graines lui est venue à l’esprit en repensant à sa vie en Inde. L’ex-mari de Rany est guide touristique et il a rapporté des bijoux en graines lorsqu’il était en voyage d’affaires. Elle raconte qu’il ne s’agissait que de cinq ou six colliers et qu’ils ont essayé de les exposer dans leur petit café.

Ces colliers se sont combinés à l’inspiration qu’elle a éprouvée en observant la nature au Cambodge. Elle dit alors qu’il existe de nombreuses variétés de plantes d’arbres et qu’ils sont tous naturellement si beaux, avec une grande variété de graines différentes.

Elle les a utilisées pour créer des colliers, des bracelets et des boucles d’oreilles délicats et complexes, en utilisant uniquement une perceuse et une aiguille.

Collier court Angkor stylisé avec une fleur faite de petites graines brunes et de morceaux de métal. Photo fournie
Collier court Angkor stylisé avec une fleur faite de petites graines brunes et de morceaux de métal. Photo fournie

« Après avoir terminé quelques modèles, je les ai emmenés pour essayer de les vendre au marché de nuit ainsi qu’à quelques stands et magasins étrangers. Ils ont dit que c’était trop simple et que personne n’achèterait. J’ai donc recommencé et j’ai tenté de créer des modèles différents », explique Rany.

N’ayant aucune formation en joaillerie, elle a appris cet art uniquement par elle-même. Les cicatrices sur ses mains et ses jambes rappellent les premières expériences qu’elle a vécues en essayant de percer de minuscules graines glissantes aux formes et surfaces irrégulières.

« Dix jours après ma première visite, je suis retournée au marché leur montrer ce que j’avais et ils ont trouvé que c’était bien mieux, alors ils ont acheté, et j’ai continué à améliorer mes créations. Principalement grâce au soutien des clients étrangers, je me suis retrouvé propriétaire d’une boutique un an plus tard, en 2012 », raconte Rany.

La boutique — Graine de Cambodge — se traduit du français par Seeds of Cambodia. Elle explique qu’elle a donné un nom français à sa boutique parce qu’au début, beaucoup de ses clients étrangers étaient français.

Lorsque Rany a commencé, elle ne savait pas comment s’assurer que ses créations dureraient au lieu de pourrir par décomposition naturelle comme le font certaines graines.

 Elle a appris très tôt que si les mauvais produits chimiques étaient utilisés pour protéger les graines, les bijoux pouvaient provoquer des éruptions cutanées et des irritations, mais elle a finalement trouvé une méthode de conservation sûre.
Rany a appris très tôt que si les mauvais produits chimiques étaient utilisés pour protéger les graines, les bijoux pouvaient provoquer des éruptions cutanées et des irritations, mais elle a finalement trouvé une méthode de conservation sûre.

« Nous avons une équipe qui fait des trous dans les graines. Ensuite, nous devons chauffer celle-ci, puis la sécher. Nous les traitons ensuite avec de l’huile. Et je n’ai choisi qu’environ six espèces de graines, celles que je pense être les plus belles et les plus solides », explique Rany.

Elle explique que les bijoux qu’elle fabrique conviennent aussi bien aux tenues décontractées qu’aux occasions spéciales, et qu’elle propose même de grandes pièces qui peuvent être admirées sur tapis rouge. Ses bijoux préférés sont ses longs pendentifs faits de graines de lotus brunes et lisses.

Ils brillent d’un éclat riche obtenu non pas en les vernissant, mais en les frottant avec de l’huile de noix de coco et de la citronnelle, ce qui leur confère également un arôme agréable.

Parmi les nombreuses créations. Photographie fournie
Parmi les nombreuses créations. Photographie fournie

La sélection des graines à utiliser est un processus minutieux — chacune doit avoir la taille, la forme et la symétrie parfaites pour s’adapter aux modèles de Rany. Le prix de ses bijoux varie de 3 à 100 dollars et celui des objets décoratifs, comme les bouddhas, de 60 à 400 dollars.

Parvenir au succès dont elle jouit aujourd’hui n’a pas été facile et Rany l’attribue à sa persévérance et son refus d’abandonner au fil du temps. Son travail acharné a porté ses fruits et, au cours des dix dernières années, elle a réussi à se développer en ouvrant deux autres succursales et en employant une trentaine de personnes au total.

Rany a d’abord enseigné les techniques de fabrication des bijoux à ses collaborateurs, puis elle a laissé ces derniers les transmettre au reste de l’équipe, pour la plupart des femmes. Malheureusement, avec la chute du tourisme due au Covid-19, deux de ses boutiques ont été contraintes de fermer.

Graines de Cambodge utilise 20 types de graines cultivées localement pour créer des bijoux. Photo fournie
Graines de Cambodge utilise 20 types de graines cultivées localement pour créer des bijoux. Photo fournie

Cependant, Rany a toujours deux boutiques ouvertes - une nouvelle appelée A & Eva Fashion où elle vend des vêtements et des sacs 100 % lin qu’elle conçoit et qui sont également fabriqués à la main localement, tout comme les bijoux qu’elle continue de vendre à Graine de Cambodge.

Les clients de Rany sont principalement des touristes, mais elle expédie ses produits à l’étranger et les met en dépôt-vente dans les hôtels de Siem Reap.

« Les clients avec lesquels je travaille à l’étranger font de la vente en gros, notamment de France, d’Angleterre, d’Allemagne et d’ailleurs en Europe, des États-Unis et même de Hong Kong. Ils m’ont tous rencontré et ont vu mes boutiques, mes produits, ma qualité et mon atelier lorsqu’ils se sont rendus au Cambodge. Et même s’ils sont maintenant de retour dans leur pays, nous restons en contact et travaillons ensemble », explique Rany.

Bien que la situation des boutiques qu’elle possède encore reste difficile, Mme Rany espère toujours être là lorsque le tourisme — et de là l’économie de Siem Reap — fera son grand retour.

« Ces deux boutiques sont comme mes bébés. Je ferai de mon mieux pour les garder ouvertes quoiqu’il arrive. Je sais que les emplois sont également importants pour les quelques membres de mon personnel qui restent », dit-elle.

« Notre entreprise souffre du manque de clients et de touristes. J’aimerais pouvoir améliorer mon activité en ligne et compenser les pertes grâce à ces ventes, j’aimerais pouvoir toucher les clients partout et exporter davantage de mes produits dans le monde entier », explique Rany.

Rany rêve également de créer un espace où les gens pourraient apprendre le processus de fabrication de bijoux à partir de graines.

« À l’avenir, j’aimerais avoir un petit terrain à la campagne et avoir un véritable atelier et un jardin où je ferai pousser mes plantes, afin de pouvoir montrer notre belle activité au public. »

 

Pour plus d’informations, les clients peuvent contacter les boutiques de Rany sur Facebook : @aevafashion et @grainesdecambodge

Roth Sochieata avec notre partenaire The Phnom Penh Post

Merci pour votre envoi !

  • Instagram
  • Facebook Social Icône
  • Gazouillement
  • LinkedIn Social Icône