top of page
Ancre 1

Siem Reap & Célébration de la francophonie : le français sous toutes ses déclinaisons

Destinée à tous les publics, la Célébration de la francophonie va s’attacher à faire découvrir au plus grand nombre les multiples aspects de notre langue et de nos cultures.

Célébration de la francophonie : le français sous toutes ses déclinaisons

C’est une frénésie d’activités qui s’empare de Siem Reap. Ce weekend, la ville a vibré à l’unisson de la rivière, qui était mise à l’honneur pour la plus grande joie de ses habitants. À l’heure où ces lignes sont écrites, les candidates du Raid Amazones enchaînent les compétitions, entre les temples d’Angkor et les villages flottants du Tonlé Sap. Et, dans un mois, trois jours de folie totale vont s’emparer de la ville lors des festivités du Nouvel An. Un autre événement d’ampleur s’apprête quant à lui à prendre place, qui culminera le week-end des 23-24 mars : la Célébration de la francophonie.

Marché français dans les Jardins royaux

Un grand marché se tiendra durant ces deux journées, qui rassemblera des exposants aux activités variées, démontrant tout le dynamisme et l’éclectisme d’une communauté française qui ne manque ni de ressources ni d’idées. Des animations compléteront la découverte des stands, puisque des spectacles, des performances artistiques et des jeux pour les enfants seront assurés.

Mais le grand marché du weekend sera pas le seul point fort de cette célébration : tout au long de la semaine, artistes, artisans, restaurateurs ou encore enseignants rentreront dans la danse et mettront en valeur culture et langue française. Nous avons interrogé les organisateurs et quelques-uns des participants qui, tous, s’impliquent et s’appliquent à défendre une facette de la culture française.

Mis en place par la Chambre de Commerce et d’Industrie France-Cambodge (CCIFC), l’École d’hôtellerie et de restauration Paul Dubrule, l’Alliance française et le Siem Reap Tourism Club, cet événement fera écho à la Journée internationale de la francophonie, qui sera célébrée le 20 mars prochain.

Célébration de la francophonie : le français sous toutes ses déclinaisons

Le Cambodge, candidat au Sommet de la Francophonie 2026

« Nous avions l’habitude d’organiser chaque année avant Noël le marché Soursdey France, mais le timing a été cette année difficile à respecter, raconte Lionel Maitrepierre, membre de la section locale de la CCIFC. Par contre, nous avons trouvé judicieux de faire coïncider la Journée de la francophonie avec l’organisation d’un grand marché français. Entre-temps, le Cambodge a posé sa candidature à l’organisation du Sommet de la Francophonie, qui se tiendra en 2026. Non seulement la candidature est déposée, mais les chances du Cambodge sont réelles. Avec 88 chefs d’État ou de Province présents, se serait l’événement international le plus important jamais organisé au Cambodge. De plus, sachant que ce sommet n’a pas forcément vocation à avoir lieu dans la capitale du pays hôte, il nous semble tout à fait crédible que Siem Reap soit en mesure d’accueillir ce sommet. Ce serait là un moyen formidable de mettre un coup de projecteur sur la ville, ses activités culturelles (au-delà des temples) aussi bien que ludiques ou gastronomiques. »

« Redonner à la langue française sa place au Cambodge »

Acteurs majeurs de la francophonie, les écoles, ainsi que l’Alliance française, jouent un rôle prépondérant dans la diffusion de la langue et de la culture. Des activités sont organisées par les principales d’entre elles. L’École française de Siem Reap, qui fête cette année ses vingt ans d’existence, en fait partie. « Nous proposons un enseignement de qualité, homologué par le Ministère de l’éducation français, qui va de la toute petite section (2 ans) au lycée, dans un environnement familial soucieux d’offrir un parcours individualisé pour chacun », déclare l’École française, qui, en plus d’un tour en vélo, a choisi le cinéma comme vecteur de diffusion culturelle. Le très beau film d’animation La prophétie des grenouilles sera diffusé dans ses murs le 19 mars. L’EHT Paul Dubrule projettera le film de S.M. Norodom Sihanouk Ombre sur Angkor le 21 mars.

Pierre Hourst, qui a cofondé en 2014 l’école Saèk Thmey, s’est lui aussi joint à cette célébration. « Notre école gère un petit internat de 36 filles et garçons de 14 à 22 ans, et accueille tous les jours plus de 200 jeunes du quartier pour dispenser l’enseignement du français et les bases de la conversation anglaise. Nous les préparons ainsi à une insertion professionnelle dans les métiers du tourisme et de l’enseignement. Il est important de noter que Saèk Thmey ne se substitue pas à l’école publique cambodgienne, mais lui vient en complément et en soutien.

Avec son statut d’ONG, l’école est ouverte à toutes et tous sans critère de ressources, et son internat s’adresse aux jeunes de milieu défavorisé entièrement pris en charge par l’association. Participer à la Célébration de la francophonie nous est apparu naturel pour mieux faire connaître les possibilités d’apprentissage du français au sein de notre établissement et renseigner les visiteurs sur nos capacités d’accueil en les invitant à une journée portes ouvertes dans notre établissement. En participant à redonner à la langue française sa place au Cambodge, nous rétablissons une tradition et pouvons créer un appel pour que les francophones retrouvent le goût de visiter, dans les meilleures conditions possibles, le pays du sourire. »

Les artistes ouvrent leurs portes

Artiste internationalement reconnu, le photographe Damien Dufresne ouvre les portes de son studio pour héberger l’exposition Côte à Côte & Face à Face, dont le vernissage aura lieu le mercredi 20 mars. « Mon studio est avant tout un endroit où peuvent se réunir des arts tels que la photographie, la peinture, la musique ou la sculpture. Un endroit à la fois animé et paisible. » Autre lieu culturel à participer à l’événement, l’atelier Jayav Art de Philippe Brousseau sera pour cette occasion ouvert au public l’après-midi du 22 mars. « Dans notre galerie atelier, nous créons et fabriquons des sculptures à partir de papier recyclé qui sont à la fois légères et solides, de beaux souvenirs originaux que les touristes pourront ramener chez eux. »

Voyages culinaires

Mais que serait la culture française sans l’art de la bonne chère ? Restaurateurs et bistrotiers se sont joints aux activités, en élaborant menus spéciaux et animations. Ayant longtemps résidé et officié au Maroc, Serge Haritonoff orchestrera une rencontre entre la cuisine orientale et l’Asie du Sud-Est le 19 mars, dans son restaurant Chez Ali. Olivier, de la Kh’mère Poulard, s’est inspiré de la thématique « De Sète à Nice “, dont la description met l’eau à la bouche : tielle à la sétoise, aïoli marseillais, calamars farcis à la toulonnaise, gardiane de taureau à l’arlésienne et nougat glacé avec ses zézettes de Sète seront au menu, accompagnés d’un choix de vins provençaux proposés au verre ou à la bouteille. « L’objectif est de partager un bon repas et un bon moment avec de bons vivants au son des cigales et de travailler dans ma cuisine emplie des parfums de la Provence. Les places sont limitées et le repas, qui aura lieu le vendredi 22 mars au soir, sera sur réservations uniquement (017 418 782 via Telegram ou Messenger). »

Tournoi de pétanque

Enfin, pour boire un verre et pousser la chansonnette, quoi de mieux qu’une guinguette ou qu’un bistrot ? Un tournoi de pétanque, qui se déroule successivement à La Guinguette de Siem Reap et au Bicycle Bistrot, réunira les aficionados d’une activité populaire tant auprès des Français que des Khmers. « La Francophonie tient une place importante au Cambodge, représentée par toutes ces personnes qui, venant de France, s’intègrent dans la culture cambodgienne tout en partageant la leur », déclarent les propriétaires de la Guinguette, avant d’ajouter :

« Notre lieu, à l’image de la mixité de notre couple, est tout autant destiné aux Khmers qu’aux Français. Notre ardoise propose autant de saveurs cambodgiennes que de plats français. »

Place à la musique

La musique ne sera pas en reste. En plus de la soirée dansante qui se tiendra samedi soir à côté du marché français, un concert d’orgue de barbarie suivi d’un karaoké sera proposé par Thierry dans son établissement, Graines de Piaf. « Le français est une langue magnifique que les Khmers apprécient à travers les textes des chansons que j’interprète », confie-t-il. Pour lui, les deux cultures sont intimement mêlées, grâce, notamment, aux chansons francophones dont le Roi-Père se montrait friand. « Il y a eu aussi quelques reprises de chansons françaises par des Cambodgiens, dont notamment Aline, de Christophe, l’une des chansons, si ce n’est LA chanson française la plus populaire ici. Et les jeunes adorent Belle, de ZAZ ».

Karaoké et shopping, gastronomie et culture, enseignement et jeux, cette Célébration de la francophonie s’adresse à tous les âges et tous les publics, français et étrangers, francophones ou non, résidents ou simples touristes.

Le marché français se tiendra au Royal Residence Garden.

Commenti


Merci pour votre envoi !

  • Instagram
  • Facebook Social Icône
  • Gazouillement
  • LinkedIn Social Icône

Accueil   Économie   Tourisme     Culture     Destination     Gastronomie     Sport   Environnement 

bottom of page