Santé : L’OMS Cambodge et le ministère de la Santé informent au sujet de la variante Omicron

Le ministère de la Santé et l'OMS tenaient hier après-midi une conférence de presse concernant la variante COVID-19 Omicron. S.E. Dr Or Vandine, secrétaire d’État et porte-parole du ministère, et du Dr Li Ailan, représentante de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) au Cambodge animaient cette conférence.

S.E. Dr Or Vandine, secrétaire d’État et porte-parole du ministère
S.E. Dr Or Vandine, secrétaire d’État et porte-parole du ministère. AKP

Les deux intervenantes ont publié ensemble un communiqué à la suite de leurs interventions :

Omicron circule rapidement, sans frontières ni passeports, à travers le monde : soyez vigilants, et préparez-vous, afin de ne pas avoir de mauvaise surprise.

Le gouvernement royal du Cambodge (GRC) et la communauté cambodgienne ont déployé avec succès la campagne de vaccination COVID-19 dans tout le pays : au 7 décembre, 101,10 % des 10 millions de personnes ciblées (personnes âgées de 18 ans et plus) avaient reçu au moins une dose de vaccin ; 96,44 % des adultes, 95,22 % des personnes âgées de 5 ans et plus, 100 % du personnel de santé et 99 % des personnes âgées de 60 ans et plus étaient entièrement vaccinés.

« Il s’agit d’une réussite considérable, mais nous ne pouvons pas nous reposer sur nos lauriers »

Depuis le premier cas détecté de COVID-19 le 27 janvier 2020 jusqu’au 7 décembre 2021, le Cambodge a signalé 120 300 cas et 2 971 décès. Plus de 99 % du total des cas de COVID-19 au Cambodge et tous les décès ont été signalés depuis février de cette année.

L’épidémie n’est pas encore terminée, et nous pouvons encore être confrontés à une continuation de l’infection, en particulier pour les nouvelles variantes.

« Il est essentiel que la communauté cambodgienne s’y prépare dès maintenant »

Avec l’émergence d’une nouvelle variante de COVID-19 nommée Omicron, le monde craint une nouvelle vague de transmission. Le premier cas connu d’Omicron confirmé en laboratoire a été identifié à partir d’un spécimen prélevé le 9 novembre 2021 en Afrique du Sud, le variant (B.1.1.529) ayant été signalé pour la première fois à l’OMS le 24 novembre.

Au 7 décembre 2021, la variante Omicron a été confirmé dans 57 pays.

Les responsables des ministères de la Santé, avec le soutien de l’OMS, s’efforcent de relever ce défi et de voir quel impact ce variant aura sur les outils et mesures existants. Bien qu’il n’y ait actuellement aucune preuve de la présence d’Omicron au Cambodge, les enseignements tirés de la circulation de Delta nous permettent d’anticiper que le virus pourrait entrer dans le pays à tout moment, ce n’est qu’une question de temps.

Dr Li Ailan, représentante de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) au Cambodge
Dr Li Ailan, représentante de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) au Cambodge. AKP

Pour ralentir l’introduction d’Omicron, des mesures sont mises en œuvre à la frontière internationale, mais l’arrivée d’Omicron peut se produire à tout moment. Les individus, les familles et les communautés doivent être vigilants et se préparer à prévenir la transmission du virus, quelle que soit la variante en appliquant strictement les trois choses à faire et à ne pas faire et en étant pleinement vaccinés, a déclaré S.E. le professeur Mam Bunheng, ministre de la Santé et président du Comité interministériel de lutte contre le COVID-19.

« Il est très difficile d’éradiquer le virus et encore plus difficile d’arrêter sa transmission si les gens n’appliquent pas strictement toutes les mesures préventives nécessaires »

Omicron a été désignée comme une variante préoccupante (VoC), car elle présente de multiples mutations qui peuvent avoir un impact sur son comportement. Nous avons besoin de recherches rapides pour comprendre cela. En même temps, nous ne devons pas oublier que nous avons déjà affaire à une variante dangereuse et hautement transmissible — la variante Delta — qui représente encore la quasi-totalité des cas dans le monde.

Une nouvelle variante ne signifie pas que les choses seront nécessairement pires, mais elle signifie qu’elles seront plus incertaines. Nous devons être patients pendant que les données nous parviennent. En attendant, nous pouvons agir sur la base de ce que nous savons.

« Nous devons être prêts à faire face à une poussée épidémique et à réagir rapidement », a déclaré la représentante de l’OMS au Cambodge, Dr Li Ailan.

« Bien que nous soyons confrontés à de nombreuses incertitudes, Omicron nous donne l’occasion de renforcer encore nos systèmes de santé publique et de soins de santé ; nous préparer aux poussées épidémiques de COVID-19 nous aidera à éviter la ligne rouge — lorsque les systèmes de soins de santé sont débordés — et à protéger les personnes vulnérables. Ces mesures nous aideront à poursuivre une réouverture sûre et durable. »

Nous ne savons pas encore si l’infection par Omicron provoque une maladie plus grave par rapport aux autres variantes de COVID-19. Nous ne savons pas encore s’il y aura un impact sur l’efficacité du vaccin. Mais nous savons qu’Omicron est hautement transmissible. Nos mesures actuelles de santé individuelle et publique ont fonctionné contre les variantes précédentes. L’OMS continuera à soutenir la recherche pour apporter plus d’informations sur cette nouvelle variante.

« Au Cambodge, les trois choses à faire et à ne pas faire ainsi que la vaccination contre le COVID-19 sont efficaces et restent notre meilleure défense, notamment contre le Delta et l’Omicron.

« Par conséquent, les individus, les familles et les communautés doivent continuer à porter des masques, à respecter la distance physique, à éviter les foules, à augmenter la ventilation et à promouvoir l’hygiène des mains »

Nous devons rester vigilants, protéger les personnes vulnérables et nous préparer aux futures poussées. Nous devons agir maintenant : Ensemble, soyez responsables pour stopper la transmission du COVID-19 ». Votre santé est votre priorité absolue, vous seul pouvez prévenir la transmission du virus, vous seul, votre famille et votre communauté pouvez arrêter la propagation  », a déclaré S.E. Dr Or Vandine.

D’après ce que nous savons jusqu’à présent, il semble que les personnes qui ont déjà été infectées par le COVID-19 peuvent être réinfectées par l’Omicron et d’autres variantes, il est donc important que chacun reste vigilant et continue à prendre des mesures de prévention personnelles et communautaires pour atténuer la propagation de ce virus.

« Même avec nos meilleurs efforts, au niveau mondial, le COVID-19 ne disparaîtra pas de sitôt. Nous devons apprendre à vivre avec »

Tout en continuant à déployer les vaccinations pour atteindre les personnes non atteintes et à compléter les doses de vaccination recommandées, à renforcer les systèmes de détection précoce et de surveillance, et à mettre en œuvre des mesures de santé publique et sociales calibrées et ciblées, nous devons nous préparer à toute éventuelle recrudescence des cas à l’avenir, nous assurer que les systèmes de santé sont bien préparés à y faire face, et minimiser les perturbations sanitaires, économiques et sociales qu’elles entraînent. Nous devons continuer à mettre en œuvre nos mesures préventives afin de maintenir notre nouvelle vie « normale ».

Si vous avez des problèmes de santé ou des questions connexes, veuillez contacter la ligne d’urgence du ministère de la Santé 115 ou par téléphone au 012-488-981 ou 012-836-868, et le numéro de contact du Bureau de l’OMS au Cambodge est le 023-216-610. 

Merci pour votre envoi !

  • Instagram
  • Facebook Social Icône
  • Gazouillement
  • LinkedIn Social Icône