Santé & Cambodge : S'attaquer aux problèmes de santé mentale liés à la pandémie dans le Royaume

La pandémie menace la santé mentale au Cambodge, en particulier dans le cas des populations cambodgiennes vulnérables, comme les travailleurs migrants. L’OMS et les Nations Unies s’efforcent d'agir pour que ces groupes vulnérables aient accès à un soutien en matière de santé mentale et à une aide psychosociale.

Le Dr Yel Daravuth, responsable technique à l'OMS, à gauche, et le professeur Kao Sovandara, professeur de psychologie au RUPP, à droite, s'entretiennent avec M. Num Samkhan dans sa maison familiale à Banteay Meanchey. © MoEYS/Hang Bou
Le Dr Yel Daravuth, responsable technique à l'OMS, à gauche, et le professeur Kao Sovandara, professeur de psychologie au RUPP, à droite, s'entretiennent avec M. Num Samkhan dans sa maison familiale à Banteay Meanchey. © MoEYS/Hang Bou

Pas de santé sans santé mentale

Si le virus menace la santé physique des gens, il a également un impact énorme sur leur santé mentale. En mai, la Banque mondiale a estimé que la pandémie avait mis en péril au moins 1,7 million d’emplois au Cambodge, faisant peser un immense stress socio-économique et émotionnel sur les Cambodgiens. Les travailleurs de nombreux secteurs ont vu leurs salaires réduits ou leurs moyens de subsistance menacés ; les étudiants et les familles ont dû s’adapter à la fermeture physique des écoles ; et chacun a dû faire face à un isolement social et une incertitude accrue.

Ces difficultés ont suscité l’anxiété et la détresse de nombreuses personnes. Les travailleurs migrants ont été particulièrement touchés, luttant pour trouver une source de revenus à leur retour, ce qui a provoqué un stress considérable et d’autres problèmes de santé mentale.

À ce jour, plus de 225 000 travailleurs migrants cambodgiens (46 % de femmes) sont revenus au Cambodge depuis les pays voisins depuis le début de la pandémie. En conséquence, la demande de services de santé mentale a augmenté.

Le professeur Kao Savandara, professeur de psychologie au RUPP, anime une formation de renforcement des capacités MOH-RUPP pour les VHSG sur la prévention du suicide et la gestion de l'anxiété. © MoEYS/Hang Bou
Le professeur Kao Savandara, professeur de psychologie au RUPP, anime une formation de renforcement des capacités MOH-RUPP pour les VHSG sur la prévention du suicide et la gestion de l'anxiété. © MoEYS/Hang Bou

La santé mentale et le soutien psychosocial sont des éléments essentiels de toute réponse de santé publique. Il est essentiel de s’attaquer aux effets du COVID-19 sur la santé mentale pour prévenir les répercussions à long terme sur le bien-être des Cambodgiens.

Priorité

Les Nations unies font de la santé mentale une priorité en matière de droits de l’homme. En mai 2020, le Secrétaire général a publié une note d’orientation appelant à des actions concrètes. Cette note fournit des orientations de fond et de politique pour les Nations unies, les gouvernements, la société civile et d’autres parties prenantes afin de minimiser les conséquences sur la santé mentale causées par la pandémie. Le Secrétaire général note que les violations des droits de l’homme à l’encontre des personnes souffrant de graves problèmes de santé mentale sont répandues dans tous les pays du monde.

Les Nations Unies au Cambodge travaillent en étroite collaboration avec le gouvernement royal pour renforcer les services de santé mentale proposés dans les établissements de santé et dans les communautés. Un soutien technique et financier a été fourni au gouvernement en utilisant une approche globale du système, atteignant la population la plus vulnérable au niveau communautaire par le biais des groupes de soutien à la santé des villages, des centres de santé et des hôpitaux de référence, des centres de réadaptation et du personnel de santé des prisons, afin de s’assurer que tous ceux qui en ont besoin ont accès aux services sans discrimination. Elle a assuré la prestation de services essentiels de santé mentale et de soutien psychosocial dans le cadre de COVID-19.

En collaboration avec le département de la santé mentale et de la toxicomanie du ministère de la Santé, les Nations Unies ont formé le personnel de santé à fournir un soutien approprié en matière de santé mentale et de soutien psychosocial aux populations vulnérables, notamment aux migrants de retour.

« Ainsi, 2 778 (969 femmes et 1 809 hommes) membres du personnel de santé des centres de santé et des hôpitaux de référence des districts de 24 provinces et de Phnom Penh ont acquis des connaissances et des compétences dans ce domaine »

En octobre 2020, des inondations ont touché les Cambodgiens dans 19 provinces. Ce renforcement des capacités a permis au personnel de santé de fournir un soutien en matière de santé mentale et d’aide psychosociale dans certaines zones touchées par les inondations, montrant ainsi que l’investissement dans les services de santé essentiels dans le cadre de la préparation et de la réponse à la pandémie COVID-19 a des effets bénéfiques beaucoup plus larges.

Au niveau communautaire

Les Nations unies au Cambodge ont soutenu le département de psychologie de l’université royale de Phnom Penh pour organiser des séances de sensibilisation à la santé mentale et au soutien psychosocial à l’intention des chefs de village et des groupes de soutien sanitaire villageois. 2 134 (836 femmes et 1 298 hommes) chefs de village et groupes de soutien sanitaire de 11 provinces ont acquis des connaissances et des compétences sur les mesures de prévention de l’anxiété, de la dépression et du suicide, ainsi qu’en matière de conseil sur la manière d’atténuer les risques de violence sexiste.

En outre, 90 900 kits de sensibilisation sur la gestion de l’anxiété et de la dépression liées au COVID-19, la prévention du suicide, le soutien psychosocial de base et la relaxation ont été distribués à la population par l’intermédiaire des 2 134 groupes de soutien sanitaire de village dans 11 provinces.

Un soutien a également été apporté pour renforcer la santé mentale et le soutien psychosocial par des ONG spécialisées, telles que la Transcultural Psychosocial Organization et Child Helpline Cambodia, par le biais de lignes d’assistance, de médias sociaux, de conseils en face à face et d’orientations vers d’autres services. Child Helpline Cambodia a reçu 7 323 appels et tous ont reçu des informations éducatives sur la santé mentale.

Une professionnelle de la santé partage ses réflexions sur la prestation de services de santé mentale et de soutien psychosocial dans les établissements de santé lors d'une formation dirigée par Mme Chou Phallyka, directrice adjointe de la DMHSA. © DMHSA
Une professionnelle de la santé partage ses réflexions sur la prestation de services de santé mentale et de soutien psychosocial dans les établissements de santé lors d'une formation dirigée par Mme Chou Phallyka, directrice adjointe de la DMHSA. © DMHSA

De plus, 134 enfants et jeunes et 49 adultes ont reçu des conseils individuels, 445 enfants et jeunes et 58 adultes ont reçu des conseils de base sur la santé mentale et l’autoprotection, et 10 enfants et 7 adultes ont été orientés vers des services spécialisés.

En 2020, un total de 195 364 enfants et 104 651 adultes ont reçu des messages de la SMSPS et des messages de prévention du COVID-19 par le biais des médias sociaux, et 51 enfants et 630 adultes ont reçu un soutien spécialisé en matière de santé mentale de la part des psychologues et psychiatres de TPO.

Les messages de prévention ont également été intégrés au programme de parentalité positive et à d’autres messages de communication des risques et d’engagement communautaire mis en œuvre par l’ICS-SP.

Depuis 2020, un total de 112 611 enfants et 76 816 parents/soignants ont été touchés par les messages de prévention intégrés. En outre, 4 805 enfants et 5 392 parents/soignants ont suivi des sessions communautaires ciblées sur l’art d’être parent, l’éducation par les pairs et les visites à domicile, qui comprenaient des informations sur la santé mentale et le soutien psychosocial, menées par des animateurs communautaires formés. Tous ces efforts ont contribué à lutter contre l’anxiété et le stress dans le contexte du COVID-19.

« La santé mentale et le soutien psychosocial constituent une partie importante de la réponse à la crise COVID-19 et la poursuite des investissements dans ce domaine contribuera à un avenir plus sûr et plus sain pour tous les Cambodgiens »

Le moment est venu de tirer parti des progrès réalisés dans le cadre de la réponse COVID-19 et de construire de meilleurs systèmes de santé mentale pour l’avenir. Les actions clés comprennent la lutte contre le sous-financement chronique de la santé mentale, l’adoption d’une approche systémique pour fournir des services équitables, efficaces et accessibles basés sur les principes des droits de l’homme et la promotion de la santé mentale au-delà du secteur de la santé.

Renforcer davantage la capacité d’autres secteurs, notamment les autorités locales, les travailleurs sociaux et l’éducation, à s’occuper de la santé mentale est une étape vers la généralisation de la SMSPS à toutes les populations, y compris les plus vulnérables et les plus difficiles à atteindre.

Dr Li Ailan, représentante de l’OMS au Cambodge


Merci pour votre envoi !

  • Instagram
  • Facebook Social Icône
  • Gazouillement
  • LinkedIn Social Icône