Santé : 2,1 millions $ de l’USAID pour des services ophtalmologiques abordables et de qualité

L’USAID fournit 2,1 millions de dollars pour développer les services liés aux erreurs de réfraction au Cambodge.

S.E. Veasnakiry Lo, secrétaire d’État, ministère de la Santé, lors de la cérémonie d’ouverture. (Photo : Sin Sareth, AKP)
S.E. Veasnakiry Lo, secrétaire d’État, ministère de la Santé, lors de la cérémonie d’ouverture. (Photo : Sin Sareth, AKP)

Les erreurs de réfraction sont des problèmes de vision qui surviennent lorsque la capacité de l’œil à focaliser la lumière est affectée.

La réunion de lancement d’un projet visant à améliorer l’accès au dépistage et à accélérer la disponibilité de produits abordables et de qualité dans le pays s’est tenue la semaine dernière à Phnom Penh.

Les ministères cambodgiens de la Santé, de l’Éducation, des Affaires féminines, des Affaires sociales, le conseil d’action pour les personnes handicapées, 15 administrations provinciales et la Fred Hollows Foundation étaient présents pour le lancement de ce projet de mise en œuvre de l’extension des services de traitement des erreurs de réfraction.

Selon la Fred Hollows Foundation, la réunion a permis de rencontrer les partenaires et de définir l’orientation stratégique du projet, son plan d’activité détaillé, de développer un modèle de bonnes pratiques pour les centres de vision provinciaux afin d’en assurer le fonctionnement, l’efficacité et la durabilité.

Mme Lenna Neat Arango, chef d’équipe des maladies infectieuses, Agence américaine pour le développement international, lors de la cérémonie d’ouverture. (Photo : Suos Chamroeun, APSARA TV11)
Mme Lenna Neat Arango, chef d’équipe des maladies infectieuses, Agence américaine pour le développement international, lors de la cérémonie d’ouverture. (Photo : Suos Chamroeun, APSARA TV11)

La réunion était présidée par S.E. le Dr Veasnakiry Lo, secrétaire d’État représentant le ministre de la Santé, Mme Lenna Neat Arango, responsable de l’équipe des maladies infectieuses de l’Agence américaine pour le développement international, et 105 hauts fonctionnaires des agences gouvernementales et des ONG spécialisées.

L’ambition du projet est de renforcer les modèles de prestation de services et d’aborder d’autres aspects qui influencent le marché des lunettes. Il est financé par une subvention de l’USAID et avec le soutien de l’ATscale et de l’UNOPS.

De nombreux Cambodgiens n’ont pas accès à des lunettes et à des services ophtalmologiques abordables et de qualité. Il y a également un manque de travailleurs qualifiés dans le domaine des soins oculaires, et les fournisseurs de lunettes sont souvent mal équipés et non régulés.

Les données sur la prévalence des erreurs de réfraction sont insuffisantes pour éclairer les initiatives. Il n’existe pas non plus de modèle de financement permettant de fournir des lunettes à un prix abordable aux plus démunis et la demande des consommateurs est insuffisante.

Discussion de groupe sur le fonctionnement et la durabilité des centres de vision publics. (Photo : Sin Sareth, AKP)
Discussion de groupe sur le fonctionnement et la durabilité des centres de vision publics. (Photo : Sin Sareth, AKP)

Le gouvernement cambodgien a réalisé d’importants progrès dans la prestation de services de santé oculaire au cours de la dernière décennie. La prévalence de la cécité a fortement diminué (de 3,8 à 0,37 %), mais la fourniture de lunettes demeure problématique.

« L’USAID est heureuse de soutenir ce projet, car il permettra à des milliers d’enfants et d’adultes souffrant de déficience visuelle d’avoir accès à des lunettes abordables. Nous nous sommes engagés à promouvoir l’inclusion et des services de santé oculaire équitables, en particulier pour ceux qui en ont le plus besoin. Il s’agit notamment des femmes, des jeunes filles, des personnes handicapées, des minorités ethniques, des personnes en situation de pauvreté et de celles résidant dans des endroits reculés », a déclaré Mme Arango.

Lors de la cérémonie d’ouverture, le Dr Lo a formulé plusieurs recommandations :

Explorer le meilleur modèle pour faire fonctionner efficacement et durablement les centres de vision en fonction des ressources disponibles :

  • Inclure la planification et les budgets de la santé oculaire dans le plan de santé infranational ;

  • Inclure les indicateurs clés de la santé oculaire dans le système de gestion des informations sanitaires du ministère de la Santé

  • Promouvoir les activités de recherche sur la santé oculaire afin de recueillir des données factuelles permettant d’éclairer l’élaboration des politiques et les interventions

  • Que les départements provinciaux de la santé poursuivent leur coopération avec les autres départements provinciaux et les partenaires du développement pour promouvoir les interventions en matière de santé oculaire

  • L’appel à un soutien continu des donateurs, y compris l’USAID, pour mettre fin à la cécité au Cambodge

M. Sereybonn Te, directeur de l’hôpital ophtalmologique de Takeo, Caritas, contribuant à la réunion. (Photo : Sin Sareth, AKP)
M. Sereybonn Te, directeur de l’hôpital ophtalmologique de Takeo, Caritas, contribuant à la réunion. (Photo : Sin Sareth, AKP)

Grâce à ce projet, environ 80 000 enfants auront accès à des lunettes abordables et 30 000 femmes et hommes vivant sous le seuil de pauvreté obtiendront également des lunettes.

Selon l’USAID, le projet constituera un modèle susceptible d’être reproduit et étendu à d’autres pays ou à d’autres dispositifs technologiques d’assistance. Il s’agit d’un important programme de démonstration « d’une approche de la fourniture de lunettes axée sur le marché ».

La Fondation Fred Hollows, qui fête cette année son 30e anniversaire, travaille au Cambodge depuis 1998. Sa mission consiste à mettre fin à la cécité et aux déficiences visuelles.

C. Nika - AKP

Merci pour votre envoi !

  • Instagram
  • Facebook Social Icône
  • Gazouillement
  • LinkedIn Social Icône