top of page
Ancre 1

S.E. Pen Bona : Des pistes de réflexion pour la « presse indépendante » en difficulté

Le secrétaire d’État au ministère de l’Information, S.E. Pen Bona, appelle à une réflexion sur le professionnalisme, la légalité et l’éthique en tant que principes journalistiques, en particulier parmi certains médias autoproclamés indépendants.

Le secrétaire d’État au ministère de l’information, S.E. Pen Bona
Le secrétaire d’État au ministère de l’information, S.E. Pen Bona

Le secrétaire d’État, S.E. Pen Bona, a publié son avis sur la question le 19 juillet 2023 sur sa page Facebook à la suite d’une réaction « sans fondement et politisée » contre les mesures prises par le gouvernement pour lutter contre les « fake news » et les sites de désinformation.

En termes de légalité, explique-t-il, « un journaliste et un média doivent respecter les lois du pays dans lequel ils opèrent ».

« Les journalistes professionnels et les médias sont tenus de rapporter des faits en s’appuyant sur les vérifications et les preuves nécessaires, et ils doivent faire preuve d’éthique, y compris dans l’utilisation de leur langue dans leurs reportages », écrit-il.

L’article 41 de la Constitution du Royaume du Cambodge inclut l’esprit de la liberté d’expression et précise clairement que nul ne peut faire l’objet d’immixtions arbitraires dans sa vie privée, sa famille, son domicile ou sa correspondance ni d’atteintes à son honneur et à sa réputation, et que la presse doit être régie par des lois.

Guidé par la Constitution, a poursuivi le secrétaire d’État et journaliste de formation, le Cambodge a également adopté une loi sur la presse depuis 1995. Citant le Cambodia Daily et Radio Free Asia (RFA), S.E. Pen Bona décrit leur violation des principes du journalisme ainsi que de la Constitution et des lois cambodgiennes. Il tient à décourager les médias de « tenter de justifier leurs fausses informations, leurs insultes et leurs accusations malveillantes par des critiques constructives et les a encouragés à s’inspirer de médias tels que Radio France Internationale (RFI) et Voice of America (VOA).

« Le Premier ministre Hun Sen accorde une grande importance aux journalistes professionnels et ne cesse de leur rappeler de ne pas abuser d’autrui ni de déformer la vérité », ajoute-t-il

Il rappelle enfin que le gouvernement royal du Cambodge, par l’intermédiaire du ministère de l’information, a accordé des licences à quelque 2 000 médias, « afin d’encourager la libre circulation de l’information, a assuré la formation continue des journalistes et éviter la diffusion d’informations erronées susceptibles de menacer la sécurité et la stabilité nationales ».

Comments


Merci pour votre envoi !

  • Instagram
  • Facebook Social Icône
  • Gazouillement
  • LinkedIn Social Icône

Accueil   Économie   Tourisme     Culture     Destination     Gastronomie     Sport   Environnement 

bottom of page