top of page
Ancre 1

Réflexion sur les 75 ans de la Convention pour la prévention et la répression du crime de génocide

Il y a plus de 75 ans, Raphaël Lemkin créait le mot « génocide » pour décrire la destruction odieuse et délibérée de l’humanité qui avait été commise dans d’innombrables épisodes de l’histoire. Ce mot était porteur d’une signification importante qui allait évoluer vers la Convention pour la prévention et la répression du génocide que la communauté internationale commémorait il y a quelques jours.

La définition juridique du génocide reflète l’accord de la communauté internationale sur le crime de génocide et la responsabilité de l’humanité d’agir pour prévenir et punir ces crimes. Toutefois, à l’occasion du 75e anniversaire de la Convention pour la prévention et la répression du crime de génocide, il est difficile de ne pas se rendre compte qu’un grand nombre des obligations imposées par la Convention ne sont toujours pas respectées aujourd’hui. En effet, les mots de la Convention n’ont de valeur que dans la mesure où ils se concrétisent dans l’action humaine, et la communauté mondiale a incontestablement un grand décalage entre les mots de la Convention et les engagements tels qu’ils sont démontrés sur le terrain.

Entre 1975 et 1979, le Cambodge a subi une destruction extraordinaire de sa civilisation. Le régime des Khmers rouges a tenté de mettre en œuvre une forme radicale d’idéologie communiste maoïste, qui a été appliquée par le biais d’un éventail de politiques et de pratiques horribles qui défient l’imagination. Les Cambodgiens ont été emprisonnés, torturés et tués. Les communautés ethniques et religieuses ont été prises pour cible et l’ensemble du peuple cambodgien a été terrorisé par les formes les plus flagrantes d’inhumanité. On estime que plus de deux millions de Cambodgiens sur sut une population de sept millions sont morts sous le régime des Khmers rouges (1975-1979).

Les Chambres extraordinaires au sein des tribunaux cambodgiens (un tribunal des Nations unies et du Cambodge) ont finalement conclu que les hauts dirigeants des Khmers rouges avaient commis des crimes de guerre et des crimes contre l’humanité, ainsi qu’un génocide à l’encontre des Vietnamiens et des musulmans Chams. Bien que le régime génocidaire des Khmers rouges soit tombé il y a plus de quarante ans, on peut encore constater les effets importants de cette période sur l’histoire du Cambodge et de son peuple, qu’il s’agisse des traumatismes mentaux et des handicaps physiques des survivants ou des dommages causés à la fonction publique, à la société civile et aux institutions culturelles, qui ne se sont pas encore totalement rétablis à ce jour.

Le Centre de documentation du Cambodge (DC-Cam) représente les plus importantes archives rares au monde d’objets et de documents historiques du régime des Khmers rouges. En coordination avec le gouvernement royal du Cambodge et avec le soutien crucial de l’Agence des États-Unis pour le développement international, il met en œuvre son programme d’éducation sur le génocide (également connu sous le nom d’éducation sur les crimes d’atrocité) dans tout le pays depuis près de vingt ans, soutenant ainsi les cinq millions de survivants de la période des Khmers rouges, la prochaine génération et un pays qui lutte encore contre son terrible passé. Le travail de proximité de DC-Cam avec les survivants lui a permis d’acquérir une perspective éclairée sur la signification de la Convention sur le génocide.

« De nombreux Cambodgiens se demandent encore pourquoi le peuple cambodgien (khmer) a tué des Khmers. Dans presque chaque forum public, formation ou événement, cette question est soulevée, non seulement par les jeunes qui sont nés des décennies après le génocide, mais aussi par les survivants. »

Il s’agit d’une question légitime qui n’a pas de réponse complète, car quel que soit le nombre de récits recueillis, de recherches effectuées ou d’analyses réalisées, la question ne peut être satisfaite par une analyse humaine ou des conclusions sur le passé. La remise en question du passé est cruciale ; en fait, elle est primordiale. Mais l’étude du passé doit s’inscrire dans le cadre d’un engagement manifeste en faveur du présent et de l’avenir.

L’éducation aux crimes d’atrocité sous toutes ses formes, y compris l’éducation formelle et informelle, est la prévention des crimes d’atrocité. L’éducation est le moyen le plus efficace de prévenir les conditions et les catalyseurs des crimes d’atrocité à l’avenir. Une éducation réussie exige un travail acharné de la part des gouvernements et de la société civile. En outre, l’éducation requiert des ressources et un engagement manifeste qui dépassent ce que l’humanité a historiquement accordé à la réponse, à la poursuite et à la punition de ces crimes.

L’éducation requiert également de l’imagination. Les programmes d’enseignement axés sur la prévention des crimes d’atrocité devraient inclure des exercices d’imagination qui incitent les apprenants à réfléchir à la manière dont la société aurait pu être différente si les crimes d’atrocité n’avaient pas eu lieu, à la manière dont la société serait affectée s’ils se produisaient aujourd’hui, et à la manière dont la prévention se présentera à l’avenir, lorsque nous pourrons imaginer un monde qui sera vraiment à la hauteur de la déclaration « Plus jamais ça ».

Le DC-Cam demande à tous les États d’intégrer l’enseignement des crimes d’atrocité dans tous les programmes obligatoires de l’enseignement secondaire au niveau national. Toutes les forces armées devraient également être tenues d’inclure la formation sur les crimes d’atrocité dans le cadre de la formation militaire professionnelle des officiers et des hauts responsables. Et surtout, l’éducation aux crimes d’atrocité devrait être inscrite dans toutes les politiques de développement international - en exigeant que les ponts, les routes et les autres aides au développement soient conditionnés à la mise en œuvre d’un programme crédible d’éducation aux crimes d’atrocité. Les conversations sur l’éducation ne devraient pas être accessoires au développement post-conflit, elles devraient commencer par ces questions, ne serait-ce que parce que l’aide internationale est le principal moyen de mettre en place les éléments et les mécanismes permettant de prévenir les crimes d’atrocité à l’avenir. Les termes de la Convention exigent une action, non seulement dans l’intérêt du respect de la loi, mais aussi pour garantir notre promesse aux générations futures.

Youk Chhang & Farina So

 

Youk Chhang est le directeur du Centre de documentation du Cambodge (DC-Cam), créé en 1997 en tant qu’organisation indépendante et non gouvernementale de la société civile cambodgienne dédiée à la justice et à la mémoire. Chhang a travaillé avec des organisations de la société civile et des dirigeants du monde entier, notamment en Irak, en Afghanistan, en Syrie, au Myanmar et dans d’autres pays en développement sortant d’un conflit. Il s’appuie actuellement sur le travail du DC-Cam pour établir l’Institut Sleuk Rith, un centre permanent d’études sur le génocide en Asie, basé à Phnom Penh. Conformément à cet objectif, le DC-Cam a créé en 2020 la Bibliothèque de la Reine Mère, nommée en l’honneur de la Reine Mère Norodom Monineath Sihanouk. La bibliothèque de la Reine-Mère détient les plus importantes archives rares au monde d’objets et de documents historiques du régime des Khmers rouges, dont beaucoup ont été utilisés pour soutenir le travail des Chambres extraordinaires au sein des tribunaux cambodgiens.

Farina So est directrice adjointe principale du DC-Cam. Elle est l’auteure et co-auteure de dizaines d’articles et de livres sur les droits de l’homme, le genre et la religion dans le contexte des crimes d’atrocité au Cambodge. Elle a fait des présentations lors de nombreuses conférences universitaires au Cambodge et dans le monde entier sur l’éducation aux crimes d’atrocité, l’histoire orale, l’islam et les femmes, la documentation et la violence fondée sur le genre. Ses recherches antérieures portaient spécifiquement sur l’expérience des femmes en matière d’atrocités de masse et sur les moyens de faire face au passé. Actuellement, elle dirige le travail du DC-Cam dans la mise en place du premier corps de jeunes volontaires à l’échelle nationale, dirigé par la société civile du Cambodge, appelé CamboCorps, qui soutient les survivants du régime des Khmers rouges et leurs familles.

Kommentare

Mit 0 von 5 Sternen bewertet.
Noch keine Ratings

Rating hinzufügen

Merci pour votre envoi !

bottom of page